RSS

Archives de Tag: société

Adieux aux Colonialismes?

Interroger le colonialisme aujourd’hui ce n’est plus seulement mettre en procès un siècle de domination politique mais essayer de construire une distance analytique, historique, anthropologique, sur un épisode lourd de l’histoire. Saïd Tamba, à qui ces deux numéros successifs sur le colonialisme sont dédiés, est un témoin privilégié de ces décennies où se sont mêlées profondément émancipation et aliénation. Voici un regard historique et neuf sur le colonialisme.

ADIEUX AUX COLONIALISMES ?
Tome I
L’Homme et la Société n°174
Coordonné par Bernard Hours et Thierry Pouch
HISTOIRE POLITIQUE SOCIOLOGIE

Publicités
 
6 Commentaires

Publié par le avril 15, 2010 dans May aime la lecture

 

Étiquettes : , , , , , ,

Quêtes idenditaires…Ré-ancrage territoriel

Que signifie pour nos sociétés l’organisation de l’étendue, la « matérialisation » des pratiques de vie et de travail sur des territoires « hors limites » ? L’apparition de nouvelles identités territorialisées apporte-t-elle des réponses aux brouillages des frontières et au déracinement à l’époque du cyberespace et de la mondialisation ?

L’Homme et la Société n°165
Coordonné par Margaret Manale et Roselyne de Villanova
SOCIOLOGIE

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 15, 2010 dans May aime la lecture

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Les musulmans et l’avarice

Pourquoi les musulmans de notre époque sont si avares?

Pourquoi plus un homme est versé dans l’islam, plus il est radin?

C’est un constat global, et général, je ne dis pas que tous les musulmans sont comme ça , seulement que la grande majorité l’est.

Avez vous fait le même constat dans votre entourage, partiellement , totalement?

Si oui , qu’en pensez vous , commet l’expliquez vous?

Sinon, quel constat avez vous fait, comment sont les musulmans de votre entourage?

Je vous serais reconnaissante de m’éviter la rhétorique stérile de ..comment devrait être le musulman.

Le réponse, pas besoin de faire El Azhar pour la connaitre..généreux..on le sait tous.

La question , vous l’avez donc compris, n’est pas d’ordre religieux mais sociétal…

Ou se situe la frontière subtile et invisible entre l’économie, la radinerie , le gaspillage

I wonder

 
10 Commentaires

Publié par le mars 10, 2010 dans May aime se poser des questions

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Ainsi soient-ils

De nos jours, le fémininement correct est en passe de supplanter le politiquement correct . Les hommes sont sommés d’exprimer leur part féminine , ce qui provoque chez eux une crise identitaire et sociale dans tous leurs rôles : compagnons, pères et citoyens. Les dégâts sont considérables : perte de désir, déficit de loi, société maternante. Quelle est l’origine de cette surprenante dérive ?

Quels en sont les méfaits au sein du couple, de la famille, de la société en général et du monde du travail en particulier ? Et surtout, pour donner enfin aux femmes la place qui leur revient, y a-t-il d’autres solutions que cette féminisation insensée des hommes ou qu’une absurde régression vers d’anciens schémas obsolètes ?

Avec son regard de psychanalyste, à la fois pertinent et impertinent et profondément novateur, Hélène Vecchiali remonte aux sources de nos comportements d’êtres sexués, et en particulier aux rapports différenciés des petits garçons et des petites filles à leur père et à leur mère. Ainsi soient-ils est un livre qui fourmille d’exemples concrets empruntés à des expériences personnelles, des faits de société, des contes, des films et des cas cliniques.

Çà et là, la mythologie et l’étymologie éclairent de façon inattendue cet essai joyeusement iconoclaste.

 
Poster un commentaire

Publié par le mars 9, 2010 dans May aime la lecture

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Le capitalisme nous prend pour des enfants… que nous sommes devenus

Benjamin Barber, Comment le capitalisme nous infantilise, Fayard, 2007, 524 p., 23 €.
Il fut un temps où le capitalisme, celui des premières heures de la révolution industrielle, pouvait aller de pair avec la démocratie. Synonyme de liberté de choix, il exigeait de nouvelles conduites sociales et véhiculait des valeurs éthiques, morales ou religieuses – celles même caractérisées par Max Weber -. Selon Benjamin Barber, nous entrons dans une nouvelle ère du capitalisme : d’un côté, les adultes développent des désirs impulsifs de type enfantin, de l’autre le système marchand propose des produits à caractère infantilisant pour coller à cette tendance nouvelle. Ainsi, le succès d’une Chantal Goya ou la deuxième carrière de Casimir chez les trentenaires.

Ce capitalisme inédit soumet les hommes à un « éthos infantiliste ». D’abord, nous dit l’auteur, les habitants des pays occidentaux vieillissent par l’âge mais rajeunissent par le comportement, le style et la mentalité. A côté de quoi les nouveaux « sophistes du marketing » jugent que pour faire régner le capitalisme consumériste, il faut rendre les consommateurs enfantins. Il résulte de ces dynamiques une infantilisation des adultes et une transformation des enfants en consommateurs en culottes courtes.

Caractéristiques constantes de cet éthos infantilisant : l’émotion domine la pensée, l’égoïsme prime sur l’altruisme, le privé sur le public et le rapide sur le lent. La culture adolescente l’emporte bientôt sur toutes les autres. Les fast food, jeux vidéos et autre succès de films comme Shrek le montrent : la culture consumériste est bien souvent celle de la régression.

En conséquence de quoi le « moi » qui se consacre à la satisfaction de ses plaisirs a tendance à occulter le « moi » citoyen. L’auteur alerte sur le risque qu’il y a à traiter la liberté comme une affaire pleinement privée : « elle scinde le moi qui choisit en deux fragments antagoniques, et, en dernière analyse, elle nie la légitimité du fragment que nous appelons « citoyen » ou « public ». En sommes quand le « je veux » se substitue au « nous voulons », c’est la citoyenneté qui disparaît.

http://www.marianne2.fr/Le-capitalisme-nous-prend-pour-des-enfants-que-nous-sommes-devenus_a81785.html

 
3 Commentaires

Publié par le mars 6, 2010 dans May aime l'actualité, May aime la lecture

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Islam

L’Islam, lui, ne connaît pas l’usure, sa Banque islamique (voir mes articles sur r-sistons) est mûe par l’éthique, l’argent est loin d’être la préoccupation première, obsessionnelle, du Musulman, plus axé sur les valeurs essentielles, la tempérance, la simplicité, la frugalité, le partage, que par la convoitise ou le besoin de consommer toujours plus…. Ce faisant, par son peu d’attachement à l’argent, par son souci d’authenticité, par sa modération, par son rigorisme, par sa sagesse, l’Islam constitue en effet un contre-modèle, et pour beaucoup un modèle, un idéal. Choc de civilisations ? L’avidité contre la témpérance, la futilité contre la Sagesse, le choc est réel… et à mon avis, pas à l’avantage des Occidentaux qui pourtant veulent imposer à tous leur pseudo démocratie, leur licence, leur consumérisme, la compétition planétaire…. leur boulimine insatiable, prédatrice, assassine ! Pfff !!!

L’Islam est-il le seul rempart à l’égoïsme débridé du Nouvel Ordre Mondial ? Je crois que l’âme slave, teintée de mysticisme, et la Sagesse chinoise, peuvent elles aussi tempérer l’hydre du Grand Désordre Mondial. Comment, et quand ? C’est toute la question…

Mais là, c’est sans doute une autre histoire que la plupart d’entre nous ne verront pas…

Eva R-sistons au modèle unique, militaro-financier.

Article Original: http://r-sistons.over-blog.com/

http://infosanonyme.blog.ca/2010/01/13/eloge-du-voile-islam-le-dernier-rempart-contre-le-nouvel-ordre-mondial-7746954/

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

L’islam, dernier rempart contre le n.o.m

Pierre Hillard était l’invité de Laurent Fendt, ce dimanche sur la radio « Ici et Maintenant ».

« L’Islam est l’ennemi du Nouvel ordre mondial », a indiqué le géopoliticien, auteur du livre La Fondation Bertelsmann et la gouvernance mondiale.

« Les musulmans ne se concentrent pas sur la société de consommation (…) Ce principe existait chez les catholiques, mais depuis Vatican II, les catholiques sont paganisé (…) L’Islam est le dernier carré à s’opposer à un esprit matérialiste mercantile. (…)  Il ne reste plus que l’Islam qui essaie de résister au Nouvel ordre mondial »

 
3 Commentaires

Publié par le février 21, 2010 dans May aime l'actualité

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,