RSS

Archives de Tag: savoir

Eloge de l’ignorance

 

L’Homme croit que les choses doivent se

passer ainsi ou que la vie ne l’aime pas.

L’ignorant n’agit pas, Il attend et s’adapte

L’Homme aime les animaux

Ils lui obéissent

L’ignorant les choisit comme maître

L’Homme souvent se raidi comme le savoir comme la mort

L’ignorant est souple Car Il ne sait pas

L’Homme sait ce qu’il y a en ces lieux,  sans y être allé

L’ignorant y va avec des yeux d’enfant et découvre

L’Homme court après des buts

Le sage s’émerveille des processus

Le désespéré n’a que des mauvais souvenirs

Il associe de la tristesse à tout chose

Et trouve çà très bien

Le sage essaye d’associer à toute chose de bon souvenir

Plaçant ainsi dans chaque geste futur une joie

Le sage ne sait pas

Il n’est donc pas inquiet

Il suit sa voie

Comme un enfant

Source:

http://xavier.lassabliere.free.fr/philo/lesage04.htm

Publicités
 
3 Commentaires

Publié par le août 17, 2011 dans May aime la philosophie

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

L’unification du savoir: l’eau

1) L’unification du savoir :

Sans le savoir, la science et l’art ont le même objectif : résoudre les mystères de l’univers par des métaphores. La poésie est une résolution du langage, à savoir, dans chaque poème, le mouvement circulaire du langage s’arrête. Le poème est une série d’équivalences, de ressemblances et d’analogies. Poètes et artistes ne perçoivent les mystères du mondes que pour mieux les annuler à travers une métaphore. De leur côté, les scientifiques cherchent à lever le voile de l’ignorance par la quantification de métaphores semblables. Il n’y a pas de hiérarchie entre ces deux approches et l’art a une mission tout aussi importante que la science. L’artiste est le gardien de l’imaginaire souvent malmené par la science qui dissocie rigueur et imagination. L’art et la science devrait s’épauler mutuellement car en étudiant l’univers et ses lois, le scientifique se connaît lui-même et, en explorant cette connaissance de soi,l’artiste redécouvre les lois de l’univers.

2) L’eau et la vie :

Nombreuses sont les mythologies qui font d’un océan mythique et infini le berceau du cosmos, du monde et de la vie. »Tout était eau » disent les textes de la tradition védique auxquels répondent certains textes de la taoïstes. L’Asie tient l’au pour le « chaos originaire », la source de toute chose et de toute existence »- en chinois Wou-Ki. « L’eau est la sève de la terre tout entière, la condition de chacune des vies qui s’expriment. Facteur de dissociation, d’ionisation, d’hydratation, le sein de l’eau est le lieu des transformations les plus actives et les plus compliquées dans notre corps. Et lorsque nous considérons que chez l’homme, l’eau représente plus de 65% de son poids et qu’un embryon de un mois est constitué de 97% d’eau, nous comprenons la nécessité de consommer chaque jour une eau de qualité. Une bonne eau doit être dépourvue de produits toxiques (nitrates, métaux lourds, polluants industriels etc…) et être faiblement chargée en minéraux. Elle doit être neutre ou légèrement alcaline et faire preuve de pureté bactériologique. Elle doit également présenter un aspect énergétique. En effet, en accord avec la mécanique quantique, l’eau obéit à une dualité onde particule, ce qui lui confère une dimension matérielle et ondulatoire. Pour un physicien l’eau apparaît comme un bio-oscillateur qui entretient sans cesse la matière inerte à l’aide des vibrations géocosmiques.

Vidéo

 

 

Étiquettes : , , , ,