RSS

Archives de Tag: monde

La paix dans le monde

«La miséricorde et la vérité se sont rencontrées;

La justice et la paix se sont embrassées.
La vérité  jaillira de la terre et
La justice brillera du haut des cieux.
Oui, le Seigneur donnera ce qui est bon;
Et notre terre produira son fruit» (Psaumes 85,11)

A un moment donné, tout est évalué non pas selon son apparence, mais selon le degré de son développement.

Tout ce qui existe que ce soit bon ou mauvais, même la chose la plus nuisible au monde, a le droit d’exister et ne devrait pas être éradiquée du monde, ni détruite… Nous devons la réparer et la transformer en bien, car tout regard sur le travail de la création est suffisant pour nous instruire sur la grandeur et la perfection de son opérateur et de son créateur. Nous devons, par conséquent, être très attentifs lorsque nous rejetons un défaut inhérent à un détail quel qu’il soit de la réalité et comprendre qu’en le jugeant redondant et superflu, nous calomnions son opérateur.
.
Tout le monde sait que le Créateur n’a pas achevé la création. Et nous pouvons voir dans tous les aspects de la réalité, dans le général comme dans le particulier, qu’elle observe les lois d’un développement progressif émanant de son absence jusqu’à l’achèvement de sa croissance. C’est pour cette raison qu’au début de sa croissance, lorsqu’un fruit a un goût amer, ce n’est pas considéré comme un défaut du fruit car nous savons tous qu’il n’est pas encore arrivé à maturation.
Il en est de même pour chaque aspect de la réalité, lorsque qu’une chose nous apparaît mauvaise et nuisible, ce n’est en vérité que le propre témoignage de cet aspect qui n’est encore que dans une phase de transition, dans le processus de son développement. Nous ne pouvons donc pas dire que c’est mauvais et ce ne serait pas sage de notre part de l’imposer comme tel.
Publicités
 
 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Il arrive un moment où tout ce qui reste c’est Dieu…

« Il arrive un moment où tout ce qui reste c’est Dieu…

Cela arrive dans la plupart des vies des gens plus d’une fois.   Il est de ces moments où vous vous sentez totalement et complètement isolé.   Il est de ces moments où vous vous sentez,  non pas que personne ne vous entende,  mais qu’il n’y a personne pour vous entendre.   Vous êtes vraiment tout seul.    Il n’y a personne d’autre,   même quand il y a quelqu’un d’autre dans la pièce.   Il n’y a rien de plus,  même quand il y a beaucoup plus tout autour.   Il n’y a que vous,  même quand le monde vous entoure.   Peut-être surtout quand le monde vous entoure,  il n’y a que vous.

Oui,  il arrive un moment où tout ce qui reste,  c’est Dieu.   Rien d’autre ne compte.   Rien d’autre n’a aucun sens.   Rien d’autre ne vous appelle,  vous magnétise,  ne demande votre attention  –  ou même ne la mérite.   Ce moment vient,  il me semble,  soit quand vous n’avez rien ou soit quand vous avez tout.   Ce moment arrive quand tout le reste vous a été pris et il ne reste rien,  ou lorsque tout vous a été donné et il n’y a rien de plus dont vous pourriez rêver.

Lorsque ce moment arrive,  c’est un grande délivrance.    Il s’agit d’un soulagement,  un lâcher prise.   –

Et pourtant,  pour beaucoup d’entre nous,  il y a toujours une infime partie de notre être qui aspire à la seule chose que beaucoup d’entre nous n’aient jamais eu:   l’acceptation complète et l’amour inconditionnel.   Que quelqu’un m’aime juste comme je suis.   Nous n’avons pas pu trouver cela chez quelqu’un autre.   Nous avons pensé que nous aurions pu le trouver chez quelqu’un d’autre,  nous avons espéré que nous aurions pu le trouver chez quelqu’un d’autre,  mais nous n’avons pas pu.    Nous n’avons même pas pu le trouver en nous-mêmes.  Et parce que nous n’avons pas pu le trouver en nous-mêmes, nous n’avons pas pu le donner à un autre et c’est pourquoi nous n’avons pas pu l’y trouver.  Parce que nous ne pouvons trouver nulle part ce que nous n’avons pas pu placer quelque part, et nous n’avons pas placé l’acceptation complète et l’amour inconditionnel nul part.   Nous ne pouvons même pas être d’accord avec la météo, pour l’amour de Dieu.  Nous pouvons trouver quelque chose à nous plaindre au sujet de tout.  Et donc, nous cherchons ce qui n’est pas là, parce que tout ce que nous cherchons à trouver dans la vie doit avoir été placé là par nous.   Si nous ne l’avons pas placé, nous ne pouvons pas le trouver. Ce que nous ne plaçons pas dans la vie, nous ne le trouvons pas, parce que nous sommes la Seule Source qui existe.   Si nous ne pouvons pas trouver le pardon dans nos vies, c’est parce que nous ne l’avons pas placé là.   Si nous ne pouvons pas trouver de la compassion dans nos vies, c’est parce que nous ne l’avons pas placé là.   Si nous ne trouvons pas la tolérance dans notre vie, c’est parce que nous ne l’avons pas placé là.   Si nous ne pouvons pas trouver grâce dans nos vies, c’est parce que nous ne l’avons pas placé là.   Si nous ne pouvons pas trouver la paix dans nos vies, c’est parce que nous ne l’avons pas placé là.   Si nous ne trouvons pas l’acceptation dans notre vie, c’est parce que nous ne l’avons pas placé là.   Et si nous ne pouvons pas trouver l’amour dans nos vies, c’est parce que nous ne l’avons pas placé là.  Toutes ces choses que nous devons placer dans la vie.   Tout d’abord, dans notre propre vie, puis dans la vie d’autrui.   Ou, pour certains, c’est l’inverse.   Je tiens à dire pour la plupart d’entre nous, c’est l’inverse.   Pour la plupart d’entre nous,  il est presque impossible de nous donner ce que nous voulons le plus recevoir  :   le pardon,  la compassion,  la tolérance,  la miséricorde,  la paix,  l’acceptation et l’amour.   Pour la plupart d’entre nous,  nous ne pouvons nous donner ces choses parce que nous en savons trop sur nous-mêmes.   Nous pensons que nous sommes indignes de ces choses.    Nous nous imaginons être autre chose que ce que nous sommes réellement.   Nous ne pouvons pas voir la divinité que la Divinité elle-même a placé en nous.   Nous ne pouvons pas voir l’Innocence.   Nous ne pouvons pas voir la Perfection dans notre imperfection.  Parce que nous ne pouvons pas voir ces choses en nous,  nous ne pouvons pas nous donner ce que nous voulons le plus recevoir.   Pourtant, parce que nous ne sommes pas totalement aveugles à ce qui est bon et digne dans le monde,  nous sommes souvent en mesure de voir ces choses dans d’autres.   On peut souvent voir la Divinité dans d’autres.    On peut souvent voir l’Innocence dans d’autres.   On peut souvent voir même la Perfection dans l’imperfection des autres.   Et alors nous pouvons donner aux autres le pardon,  la compassion,  la tolérance,  la miséricorde,  la paix,  l’acceptation et l’amour.   Nous pouvons,  mais la question est pouvons-nous ?  Trop souvent,  nous ne pouvons pas.   Parce qu’à cause de nos propres blessures,  nous ne pouvons pas guérir les blessures des autres.   Et alors nous renions de notre monde des choses que notre monde a le plus besoin.   Nous renions de notre monde le pardon,  la compassion,  la tolérance,  la miséricorde,  la paix,  l’acceptation et l’amour.    Et quand nous les renions de notre monde, nous les renions de nous-mêmes  – parce que ce que nous n’avons pas placé dans le monde, nous ne pouvons pas le recevoir du monde.   Encore une fois, laissez la Nouvelle Golden Règle d’Or se répéter :   Ce que nous n’avons pas placé dans le monde,  nous ne pouvons le recevoir du monde.   Il arrive un moment où nous nous rendons compte que nous sommes la Seule Source qui existe.   Personne ne va nous donner ou donner au monde ce que nous sommes incapables d’obtenir du monde,  et ainsi de nous.   Pas pour très longtemps.  Le premier endroit où nous le découvrons est dans la relation avec l’autre.   Ce que nous sommes incapables ou peu disposés à donner à l’autre,  nous ne le recevrons pas de l’autre.   Pas pour très longtemps.   Si nous ne pouvons pas donner à la personne le pardon,  la compassion,  la tolérance,  la miséricorde, la paix, l’acceptation et l’amour… nous ne pouvons pas demander à la personne de nous donner ces choses.   Car elles ne peuvent que donner ce que nous leur avons donné.   Nous nous imaginons que dans une relation l’autre personne a ce que nous n’avons pas,  et par conséquent,  qu’elle peut nous l’offrir.   C’est la grande illusion.   C’est une grande erreur.   C’est le grand malentendu.   Et c’est la raison pour laquelle tant de relations échouent.   On imagine que l’autre va nous offrir le pardon,  la compassion,  la tolérance,  la miséricorde,  la paix,  l’acceptation et l’amour.   On imagine que l’autre va nous offrir ce que nous ne pouvons pas lui offrir,  et ce que nous ne pouvons même pas nous offrir à nous-mêmes.  Et alors nous sommes en colère contre les autres.  Et puis nous devenons en colère  contre nous-mêmes.   Et puis… … nous nous rendons compte qu’il n’y a plus rien, mais Dieu. Nous nous tournons alors vers Dieu.   S’il te plait Dieu, donne-moi le pardon,  la compassion,  la tolérance,  la miséricorde,  la paix,  l’acceptation et l’amour.  S’il te plait donne-le moi,  afin que je puisse le donner aux autres. Le monde se rapproche rapidement de ce retournement.   Nous arrivons à comprendre que Dieu est la seule Source Originale.   Maintenant,  tout ce que nous devons faire est donc de comprendre qu’il n’y a pas de séparation entre Dieu et nous.   Lorsque nous saisirons enfin cette compréhension fondamentale,  quand nous embrasserons enfin,  cette vérité fondamentale,  nous nous changerons,  changerons nos relations,  et changerons le monde.   Avant cela, nous ne le ferons pas.   Et nous attendrons ce moment où nous nous rendrons compte que… il ne reste rien,  mais Dieu.   Espérons que nous atteindrons ce moment-là avant que nous le créions… d’une des manières les plus brutales possible :   en détruisant tout le reste jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien.   En détruisant notre relation jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien.   En détruisant notre monde jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien.   En nous détruisant jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien.

Conversations avec Dieu contient une déclaration surprenante.   C’est quelque chose que je n’ai jamais oubliée.   Dieu dit :   « Il n’est pas nécessaire de passer par l’enfer pour aller au ciel ».   Je nous invite tous à nous en rappeler.   Je nous invite tous à accueillir une nouvelle notion de nous-mêmes et de la vie :   non pas qu’il n’y ait rien d’autre à part Dieu,  mais qu’il n’y a rien que Dieu.

Quand nous verrons Dieu dans chaque personne et dans toute autre chose,  alors nous aurons abandonné nos illusions,  nous nous serons écartés de nos imaginations enfantines,  et nous traiterons tout et tout le monde comme si elle,  ou il,  était Divin.   Et si vous ne pensez pas que cela changera votre vie et votre monde,  pensez-y à nouveau. »

« Neale Donald Walsh » – ( 6.12.2010 ) Texte traduit par Philippe – Source : http://www.humanitysteam.fr/

 

Étiquettes : , , , , ,

Aime toi

« C’est dans les cristaux d’eau que les gens du monde entier trouvent un langage commun.
L’eau parle pour ce qui est dans notre âme. L’eau éveille la mémoire subconsciente en chaque personne…
Je sais maintenant pourquoi l’eau est indispensable au phénomène de la vie, et pourquoi les thérapies alternatives existent et pourquoi elles sont efficaces.

L’eau m’aida à comprendre la religion et la prière, elle me fournit un fil directeur pour comprendre la nature de l’énergie. Elle
m’aida à comprendre la relation qui existe entre l’humanité et le cosmos. Je pouvais aller plus avant dans la compréhension du thème éternel de l’humanité qui demande d’où nous venons, pourquoi nous sommes ici et ce qui arrive quand nous mourons.
« Ainsi, pour ce nouveau volume du Message de l’Eau , je décidai de choisir ce dont le monde a un besoin urgent.
C’est, bien sûr, le besoin d’éradiquer la guerre et le terrorisme dans le monde. J’ai choisi le thème de la « prière ».

Quand j’y pensai plus profondément, je me rendis compte que la prière est envoyée de manière plus efficace quand chaque personne dans le monde élève son énergie d’amour en imaginant une scène où les gens du monde entier vivent en paix. J’ai appris cela en questionnant l’eau.
« Pour cette raison, le titre de ce livre est « Aime-toi ». Tout d’abord vous devez briller avec des vibrations positives et hautement spirituelles, et être empli d’amour. Afin d’y parvenir, je pense qu’il importe de vous aimer, de vous remercier et de vous respecter. Si c’est le cas, alors chacune de ces vibrations sera envoyée dans le monde et le cosmos, et la grande symphonie de cette vibration harmonieuse recouvrira notre planète de vagues d’amour qui permettront de nourrir notre vie céleste.

C’est le message de l’eau.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 12, 2010 dans May aime l'actualité

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

A propos de l’intelligence

Un sot ne dit pas de choses intelligentes, mais un homme intelligent dit beaucoup de bêtises.[Garabet Ibraileanu

La bêtise est nettement supérieure à l’intelligence car toute l’intelligence du monde ne permettra jamais de comprendre la bêtise universelle, tandis qu’un peu de bêtise suffit amplement à ne pas comprendre quoi que ce soit d’intelligent.[Philippe Geluck]

La raison, c’est l’intelligence en exercice ; l’imagination c’est l’intelligence en érection.[Victor Hugo]

L’intelligence doit vivifier l’action ; sans elle, l’action est vaine. Mais sans l’action, comme l’intelligence est stérile ![Roger Martin du Gard]

L’intelligence, c’est ce qui se passe quand rien n’empêche l’intelligence de fonctionner [Louis Pauwels]

> En général, les gens intelligents ne sont pas courageux et les gens courageux ne sont pas intelligents.[Charles de Gaulle]

Parmi toutes les variétés de l’intelligence découvertes jusqu’à présent, l’instinct est, de toutes, la plus intelligente [Friedrich Nietzsche]

L’intelligence sans humour est difficilement de la vraie intelligence.[Etienne Chatiliez]

> Ce qui caractérise notre époque, c’est la crainte d’avoir l’air bête en décernant une louange, et la certitude d’avoir l’air intelligent en décernant un blâme.[Jean Cocteau]

> Je choisis mes amis pour leur bonne présentation, mes connaissances pour leur bon caractère et mes ennemis pour leur bonne intelligence. Un homme ne peut être trop soigneux dans le choix de ses ennemis. [Oscar Wilde]

 
3 Commentaires

Publié par le novembre 3, 2010 dans May aime se poser des questions

 

Étiquettes : , , , , ,

Le colorithlon

Je voudrais dans ce billet définir ce qu’est le colorithlon, en terme de compétition de l’esprit, et définir les règles , la forme, les modalités

L’homme a besoin de se surpasser, aller au bout de soi , il a besoin de concourir, de se mesurer aux autres, de saine compétition voire compétitivité.

La compétition a été organisée dans tous le domaines de la vie de manière formelle, informelle, sportive, physique ou pas.
Elle est essentielle à la vie si ce n’est nécessaire.

Dans le sport , il y l’esprit sportif qui régit l’éthique de l’épreuve ou esprit de compétition: que le meilleur gagne, l’un doit perdre et un doit gagner, le plus important c’est de participer

Dans la société, cette même compétition existe entre les individus. Elles prend souvent la forme de jalousie, d’envie, de convoitise et leur cortèges de coups fourrés, de bâtons dans les roues, rétention de l’information, harcèlement moral, mobbing, exclusion sociale, marginalisation, stigmatisation , discréditaion ou décribilisation et autres phénomènes de société.
Une course à l’accumulation de richesses, au statut social.

Dans le travail, cette même compétition s’exprime en termes dévolution de carrière, de responsabilités assumées, de fonctions dirigeantes ou subalternes, valorisées, gratifiantes ou au contraire alimentaires insignifiantes. Une course à la productivité, compétitivité,contrôle et domination. on ne se pose pas la question du quoi , pourquoi.

Colorithlon est une réponse à un besoin .
Un besoin de compétition, de dépassement de soi , régi par une éthique, une éthique musulmane.

Colorithlon est une compétition de l’esprit , qui par son esprit sain répond à un manque existant , autant structurel que conjoncturel.

Colorithlon est une compétition pour le plaisir et le bonheur de compétiteur , concourir.

C’est une réponse culturelle à un manque réel.
En effet , les arabes, bien avant l’islam faisaint des concours ou compétition de poésies , c’était même leur spécialité. cela s’appelait  » mouallakates ». On les accrochait à la kaaba, dirais-je de mémoire.

Colorithlon, une compétition comme celles des jeux d’échec, de scrable, ou autre jeu de chiffres ou de lettres , pour intellos, pour cérébraux, pour ruminants de l’esprit . Pour tous ceux dont le bonheur passe par l’action réfléchie, la conception, l’imaginaire. qui pensent que tout nait de l’abstrait a qui on donne forme , rend concret par le pouvoir du verbe , son action sur la matière, son impact sur la vie. Et les autres.

Bien sur , il s’adresse aux musulmans. Aux musulamns de tous bords. Car tout nait d’un besoin.

Et ce sont bien les musulmans réduits à une ( seule) couleur de la vie , verte prairie, ou ils peuvent brouter , qui ont besoin de ce safari, safari de l’esprit, aux couleurs de la jungle, non pas la ferme de l’oncle Mac Donald.

Colore le monde ou colorithlon est une discipline qui s’impose d’elle même en fait , pour ceux qui comme moi croient que les vaincus d’aujourd’hui seront les vainqueurs de demain..parce que …les vaincus d’aujourd’hui sont les vainqueurs de demain.

A eux , je de dédie cette chanson.
http://www.dailymotion.com/video/x4905_revolution-permanente_news

Ou quand la circumbulation prends des airs de « Révolution Permanente »

Et pour mieux ouvrir officiellement les festivités, je vous dis simplement ceci:

A moi le mauve, à vous les couleurs

Bien qu’en ce moment c’est plutôt ceci:

A vous le monde, à moi les couleurs…. :oops:

Les couleurs vous attendent donc sur may diwan.Venez nombreux. Ne vous bousculez pas.

Parce que la couleur dans la vie fait la couleur de la vie

Et plus si investissement, militantisme et engagement.

Alors , à vos claviers, vos plumes ou vos palettes..l’arc en ciel apparait lorsque la pluie tombe tombe sous le soleil. ( enfin je crois!!)

Lui seul exprime par sa palette , par son effet, ce pouvoir magique de colorer plus que le monde , la vie.

Enfant né d’un désir de compétition, d’un rejet de guettoisation de l’âme et l’esprit, d’un besoin d’évasion, d’une volonté de liberté, farouche et refoulé, d’une volonté d’exister, du droit d’être soi , en toute simplicité , légitimité ,quand ce n’est pas le devoir, le colorithlon ne peut arborer qu’un seul et unique slogan:

Le colorithlon ..pour un monde aux couleurs de l’arc de l’en ciel….sous le ciel d’Allah, au nom d’Allah..Gloire à Allah

Bonne fin de ramadan.

http://maydiwan.forumactif.net/

 
2 Commentaires

Publié par le septembre 7, 2010 dans May aime l'actualité

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , ,

Albert Eistein

“Ne faites rien contre votre conscience, même si l’Etat vous le demande”, Albert Einstein

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire

Je ne sais pas comment sera la troisième guerre mondiale, mais je sais qu’il n’y aura plus beaucoup de monde pour voir la quatrième.

Le mental intuitif est un don sacré et le mental rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don.

L’homme solitaire pense seul et crée des nouvelles valeurs pour la communauté.

C’est le devoir de chaque homme de rendre au monde au moins autant qu’il en a reçu

L’Etat est notre serviteur et nous n’avons pas à en être les esclaves

La chose la plus difficile à comprendre au monde c’est l’impôt sur le revenu

La valeur d’un homme tient dans sa capacité à donner et non dans sa capacité à recevoir

Le progrès technique est comme une hache qu’on aurait mis dans les mains d’un psychopathe

La connaissance s’acquiert par l’expérience, tout le reste n’est que de l’information

Pour être un membre irréprochable parmi une communauté de moutons, il faut avant toute chose être soi-même un mouton

Se sacrifier au service de la vie équivaut à une grâce

N’essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur

Ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique : ce ne peut être que par erreur qu’ils ont reçu un cerveau, une moelle épinière leur suffirait amplement

La possession de merveilleux moyens de production n’a pas apporté la liberté, mais le souci et la famine

Je ne crois point, au sens philosophique du terme, à la liberté de l’homme. Chacun agit non seulement sous une contrainte extérieure, mais aussi d’après une nécessité intérieure

Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire

La valeur morale ne peut pas être remplacée par la valeur intelligence et j’ajouterai : Dieu merci !

 
2 Commentaires

Publié par le mars 5, 2010 dans May a des coups de coeurs

 

Étiquettes : , ,

Les «dix fondamentaux de l’étatisme moderne»

….qui animent en réalité nos États (tous sous tutelles Britanniques) :

1) Le premier devoir de l’État est de protéger l’État et son esprit élitiste-hiérarchique, pas le peuple.

2) D’autres états peuvent et doivent être en apparence des ennemis politiques et économiques occasionnels ou permanents comme diversions; les populations sont des ennemis perpétuels.

3) Le but de la taxation c’est la confiscation, le contrôle, la redistribution des richesses vers les supérieurs hiérarchiques, le contrôle par le gouvernement civil mais pour l’État mu par le militarisme.

4) Toutes les étapes nécessaires à l’accroissement du pouvoir de l’État doivent être accomplies au nom du Peuple, mais le peuple doit être utilisé et dépouillé de sa liberté dans le processus.

5) La liberté, la paix, la sécurité financière sont dangereux pour la Monarchie, les contrôles sont bons.

6) Le mot liberté doit être redéfini ; c’est le droit d’être moralement dissolu et irresponsable

7) Les enfants sont la propriété de l’État.

8) Les deux grandes sources du mal sont l’Égalité et la Famille.

9) Le seul monde est ce monde ; il n’y a pas de Dieu, ni de paradis, ni d’enfer.

10) Tout ce que gère ou fait l’État est bon, dans quelque domaine que ce soit, l’instruction, la guerre, la paix, les dépenses, etc. Ce qui est « public » ou étatique est bon ; ce qui est « privé » est mauvais.

http://informationshumanistes.blogspot.com/2009/10/feminisme-pour-depeupler-appauvrir.html

 
1 commentaire

Publié par le mars 5, 2010 dans May aime la philosophie

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,