RSS

Archives de Tag: enfance

Jean Cocteau

«Combien d’hommes profondément distraits pénétrèrent dans des trompe-l’oeil et ne sont pas revenus.»
[ Jean Cocteau ] – Les enfants terribles

«Un chef-d’oeuvre est une bataille gagnée contre la mort.»
[ Jean Cocteau ] – Extrait des Secrets de beauté

«La mode, c’est ce qui se démode.»
[ Jean Cocteau ]

«La vérité est trop nue, elle n’excite pas les hommes.»
[ Jean Cocteau ] – Le coq et l’arlequin

«Le temps est élastique. Avec un peu d’adresse on peut avoir l’air d’être toujours dans un endroit et être toujours dans un autre.»
[ Jean Cocteau ] – Les parents terribles

«Les privilèges de la beauté sont immenses. Elle agit même sur ceux qui ne la constatent pas.»
[ Jean Cocteau ] – Les enfants terribles

«Les mauvaises moeurs sont la seule chose que les gens prêtent sans réfléchir.»
[ Jean Cocteau ] – Le grand écart

«Jouer coeur est simple. Il faut en avoir, voilà tout.»
[ Jean Cocteau ] – Lettre à Jacques Maritain

«Un général ne se rend jamais, même à l’évidence.»
[ Jean Cocteau ]

«Qui sait écrire ? C’est se battre avec l’encre pour se faire entendre.»
[ Jean Cocteau ] – La difficulté d’être

«La poésie est un exhibitionnisme qui s’exerce chez les aveugles.»
[ Jean Cocteau ] – Extrait des Lettres à Milorad

«La lune est le soleil des statues.»
[ Jean Cocteau ] – Extrait d’ Essai de critique indirecte

«Tout ce qu’on fait dans la vie, même l’amour, on le fait dans le train express qui roule vers la mort.»
[ Jean Cocteau ] – Opium, journal d’une désintoxication

«Mieux vaut donner à un faux pauvre que refuser son assistance à un vrai.»
[ Jean Cocteau ]

«A force d’aller au fond des choses, on y reste.»
[ Jean Cocteau ]

«Le génie est l’extrême pointe du sens pratique.»
[ Jean Cocteau ] – Opium

«Je voudrais que l’intelligence fût reprise au démon et rendue à Dieu.»
[ Jean Cocteau ]

«Tout ce qui n’est pas cru reste décoratif.»
[ Jean Cocteau ] – Opium

«On se consacre pas à la poésie ; on s’y sacrifie.»
[ Jean Cocteau ]

«Petit à petit, les chats deviennent l’âme de la maison.»
[ Jean Cocteau ]

«Le virtuose ne sert pas la musique ; il s’en sert.»
[ Jean Cocteau ] – Extrait des Portraits-souvenir

«Le poète est un mensonge qui dit toujours la vérité.»
[ Jean Cocteau ] – Extrait des Secrets de beauté

«Cent ans après ma mort, je me reposerai, fortune faite.»
[ Jean Cocteau ] – Le rappel à l’ordre

«Plus je vieillis, plus je vois que ce qui ne s’évanouit pas, ce sont les rêves.»
[ Jean Cocteau ]

«Le temps est un phénomène de perspectives.»
[ Jean Cocteau ] – Extrait du Journal d’un inconnu

«Faire la moitié du travail. Le reste se fera tout seul.»
[ Jean Cocteau ]

«Un académicien, c’est un homme qui, à sa mort, se change en fauteuil.»
[ Jean Cocteau ]

«Le libre arbitre est l’alibi de Dieu.»
[ Jean Cocteau ] – Bacchus

«Le chef d’oeuvre n’est, après tout, qu’un numéro de chien savant sur une terre peu solide.»
[ Jean Cocteau ] – Journal d’un inconnu

«L’oeuvre est une sueur.»
[ Jean Cocteau ] – Le secret professionnel

«Le rêve est la forme sous laquelle toute créature vivante possède le droit au génie, à ses imaginations bizarres, à ses magnifiques extravagances.»
[ Jean Cocteau ] – Extrait du Discours de réception à l’Académie française

«Il est indispensable de se sacrifier quelquefois. C’est l’hygiène de l’âme.»
[ Jean Cocteau ] – Les parents terribles

«L’opium dégage l’esprit. Jamais il ne rend spirituel.»
[ Jean Cocteau ] – Opium

«Le verbe aimer est difficile à conjuguer : son passé n’est pas simple, son présent n’est qu’indicatif, et son futur est toujours conditionnel.»
[ Jean Cocteau ]

«Je sais mieux faire l’amitié que l’amour.»
[ Jean Cocteau ]

«La richesse est une aptitude, la pauvreté de même.»
[ Jean Cocteau ] – Les enfants terribles

«Le diable est pur parce qu’il ne peut faire que le mal.»
[ Jean Cocteau ] – La difficulté d’être

«Les poètes parlent une seule langue, même s’ils ne se comprennent pas entre eux.»
[ Jean Cocteau ] – Le chiffre sept

«À force de ne jamais réfléchir, on a un bonheur stupide.»
[ Jean Cocteau ] – Les monstres sacrés

«L’enfance sait ce qu’elle veut. Elle veut sortir de l’enfance.»
[ Jean Cocteau ] – La difficulté d’être

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

Pour tout âge

AVOIR – Une fois vingt ans, c’est terminer l’indécision de l’enfance, partir d’un pas ferme sur la route. Emporter pour bagages, quoiqu’on puisse dire, beaucoup d’illusions, d’espoirs, de désirs.

Croire que l’on refera le monde, avec sa volonté et qu’on rencontrera le Grand Amour Unique !

Avoir une fois vingt ans c’est se débarrasser de tous les préjugés, travailler sans fatigue, tendre les mains vers le bonheur, dormir avec un songe et chanter, bien certain que cela durera toujours.

Avoir une fois vingt ans c’est comprendre le sens de la joie.

AVOIR – Deux fois vingt ans, c’est se placer en face des réalités, voir le chemin avec des yeux très clairs, répondre « présent » quand le devoir appelle.

Apprécier les caractères et les efforts des autres, supporter vaillamment les choses, les êtres, aimer plus largement, comprendre mieux aussi. En dépit de toutes les lacunes, les faiblesses, les ingratitudes, des déboires, avoir deux fois vingt ans c’est savoir qu’on est un rouage dans le monde, que nous sommes des ouvriers qualifiés, que nul travaille en vain, nul rêve inutile.

Avoir deux fois vingt ans, c’est comprendre le sens de l’action.

AVOIR – Trois fois vingt ans, c’est porter en son coeur tous ceux qui ont choisi notre existence, c’est regretter tout ce qu’on a pas su donner en temps voulu, c’est besogner plus dur en marchant d’un pas plus lourd et cependant c’est avoir encore tant de beauté à mettre dans le monde. C’est être encore si jeune par la pensée ! C’est se dire : « Comment ? J’en suis déjà là ! »

Avoir trois fois vingt ans, c’est prendre ses regrets pour aviver la flamme pour que ne s’éteigne pas le feu de l’espérance.

Avoir trois fois vingt ans, c’est comprendre le sens de l’indulgence !

AVOIR – Quatre fois vingt ans, c’est s’arrêter sur le bord du chemin. Comme en un film, c’est revoir tout ce que l’on a été, puis l’un après l’autre, les visages chers qui semblent maintenant bien loin.

C’est poser le fardeau, le remettre entre des mains plus agiles, avoir besoin de prévenances, d’attentions. C’est se trouver bien, assis près de la fenêtre et apprécier le rayon de soleil qui vous caresse la joue.

Avoir quatre fois vingt ans, c’est avoir dans son âme un trésor de noblesse, c’est prouver qu’on peut vaincre les pires épreuves avec un front serein, triompher des malheurs en gardant un esprit vif, et s’intéresser à tout ce qui respire, rester aimable, accueillant et compréhensif.

Avoir quatre fois vingt ans, c’est sourire au bonheur des autres, c’est donner à l’amitié fidèle l’occasion d’une fête.

Avoir quatre fois vingt ans, c’est comprendre enfin le sens de la vie.

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 18, 2010 dans May aime l'actualité

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Un enfant

Un enfant,
Ça vous décroche un rêve
Ça le porte à ses lèvres
Et ça part en chantant
Un enfant,
Avec un peu de chance
Ça entend le silence
Et ça pleure des diamants
Et ça rit à n’en savoir que faire
Et ça pleure en nous voyant pleurer
Ça s’endort de l’or sous les paupières
Et ça dort pour mieux nous faire rêver

Un enfant,
Ça écoute le merle
Qui dépose ses perles
Sur la portée du vent
Un enfant,
C’est le dernier poète
D’un monde qui s’entête
A vouloir devenir grand
Et ça demande si les nuages ont des ailes
Et ça s’inquiète d’une neige tombée
Et ça s’endort, de l’or sous les paupières
Et ça se doute qu’il n’y a plus de fées

Mais un enfant
Et nous fuyons l’enfance
Un enfant
Et nous voilà passants
Un enfant
Et nous voilà patience
Un enfant
Et nous voilà passés

Jacques Brel 1968

 

Étiquettes : , , ,