RSS

Archives de Tag: écriture

Avis de Recherche : Bêta-lecteur !

Je recherche donc des bêta-lecteurs  pour mon premier roman  Ad  feminam et pour les alentours de fin mars

C’est quoi un bêta-lecteur ? C’est peut-être vous ? En tout cas, c’est un lecteur actif qui veut bien m’aider à perfectionner mon texte en en faisant une critique objective (et ne pas être une tête en orthographe n’est pas un handicap pour ça, donc n’hésitez pas !)

Ça vous intéresse ? En allant directement sur le site  du roman, vous pouvez voir de quoi ça parle, lire quelques extraits également (avant correction), et si ça vous dit devenir bêta-lecteur vous pouvez remplir le formulaire ci-dessous. Le texte sera prêt (et envoyé) fin mars(et le retour devra être fait pour fin mai au plus tard). Attention, les « places » sont limitées (mais je choisirais en fonction de vos « motivations » et non de l’ordre d’arrivé, donc n’hésitez pas postuler !


J’ai trouvé les 10 commandements du Bêta-lecteur rédigé par un certain Cédric. Si ça peut vous donner une idée de ce qui vous attends :

1- AUX CONSIGNES DE L’AUTEUR, DE L’ATTENTION TU PRÊTERAS

Il peut arriver qu’un auteur demande une critique globale de son texte, mais souvent celle-ci est accompagnée de questions spécifiques qui taraudent particulièrement l’auteur : que valent mes personnages ? Mes dialogues sont-ils réalistes ? Ai-je commis des erreurs de concordances des temps ? Pensez donc à répondre à ses questions en priorité, car ce sont celles qui importent le plus à l’auteur.

2- SIMPLE LECTEUR OU AUTEUR, TU NE SERAS POINT

Vous êtes bêta-lecteur. Au contraire d’un lecteur classique, vous devez décortiquer le texte (même si vous pouvez bien entendu – c’est même recommandé – lire le texte une première fois en lecteur pur). Au contraire de l’auteur, vous devez rester objectif et respecter votre statut et votre rôle de critique. Le texte ne vous appartient pas. Ce qui m’amène à…

3- À LA PLACE DE L’AUTEUR, TU NE RÉÉCRIRAS POINT

Le texte appartient à l’auteur qui en est son seul créateur, et son juge ultime et absolu. En suggérant des reformulations, vous mettrez l’auteur dans une situation délicate : s’il accepte votre formulation, le texte ne lui appartient plus tout à fait ; s’il la refuse, il se prive peut-être d’une véritable amélioration de son texte.

4- L’ENNEMI DE L’AUTEUR, TU NE SERAS POINT

Le Bêta-lecteur n’est pas là pour régler des comptes, mais pour aider l’auteur. Si vous décidez de bêta-lire le texte de votre pire ennemi, apprenez à mettre de côté votre aigreur et rester objectif. L’agressivité, au-delà de n’être guère très noble, risque de démotiver l’auteur, et le découragera peut-être, à l’avenir, de proposer d’autres textes à la critique.

5- L’AMI DE L’AUTEUR, TU NE SERAS POINT

Bêta-lire ne sert à rien si le résultat du travail est une succession de remarques dithyrambiques hurlant à pleins poumons le génie de l’auteur. Tout ce que vous gagnerez à agir ainsi, sera la certitude de tuer dans l’oeuf toute velléité de l’auteur à améliorer son texte. Il est parfait, pourquoi le retravaillerait-il ? D’ailleurs, lui-même est un écrivain incroyable : pourquoi continuera-t-il à travailler son écriture ? Ce commandement, bien sûr, n’empêche pas que…

6- LES POINTS POSITIFS, TU N’OUBLIERAS POINT DE CITER

La bêta-lecture est un acte critique. La critique signifie que l’on analyse, que l’on catégorise, que l’on synthétise, puis que l’on expose. Il n’est donc pas question de se focaliser uniquement sur ce qui est mauvais. De plus, les écrivains, amateurs qui plus est, sont souvent sujet au doute, et omettre de leur signaler ce que leurs textes ont de bon risque de les abattre, voire de les faire abandonner.

7- TON POINT DE VUE, TU ARGUMENTERAS

Dire à un auteur que son « texte est trop mou » ne l’aidera pas. Argumentez. Expliquez-vous le plus précisément et le plus clairement possible, afin que vos remarques soient utiles à l’auteur. Sans cela, il ne pourra rien en faire, et vous et lui aurez perdu votre temps.

8- CONSCIENCIEUX, TU TE FERAS

Il est souvent difficile pour un auteur d’exposer son travail. Cela signifie pour lui qu’il accepte de révéler au grand jour de possibles défauts d’écriture. Le fait qu’il passe à l’acte est révélateur de deux choses : premièrement, il fait preuve d’une véritable envie de progresser ; deuxièmement, il vous fait confiance. La moindre des choses semble être d’honorer cette confiance en vous efforçant d’étudier son texte avec attention. D’autant plus que c’est probablement ce à quoi vous vous attendriez de la part de ce même auteur, s’il bêta-lisait un de vos textes !

9- COURTOIS, TU RESTERAS

La critique est un exercice assez épineux pour prendre le risque du manque de diplomatie. Les écrivains, comme les autres créateurs, peuvent souvent être « légèrement » sur la défensive lorsqu’ils s’exposent à la critique, et il n’est pas bien difficile de les ménager.

10- HUMBLE, TU SERAS

La bêta-lecture n’est pas un duel visant à déterminer qui écrit le mieux. L’idée n’est pas d’étaler son savoir où de jeter au visage de l’auteur son incompétence, mais d’aider ce dernier à s’améliorer en portant un regard critique et juste sur son travail.

J’ai trouvé ces commandemants et ce texte sur blog: http://www.paumadou.com/2010/12/avis-de-recherche-beta-lecteur/

 
2 Commentaires

Publié par le mars 9, 2012 dans May aime la lecture

 

Étiquettes : , , , , ,

Schizophrénie et poésie dans l’écriture de la mer

L’articulation entre schizoïdie et poésie, c’est l’angoisse lorsque celle-ci trouve une résolution dans l’écriture poétique de qui a du goût et du talent.

Comme le disait Freud, la seule différence entre les fous et les écrivains, c’est la reconnaissance sociale.

Mais il n’est pas de bon ton de le dire parce que les artistes sont sacralisés et les fous méprisés. Et le risque encouru alors, c’est d’inciter au mépris des écrivains au lieu de conduire au respect des fous. Les schizoïdes ont généralement un problème à régler avec leur mère : c’est une insécurité affective initiale qui les incite, enfants, adolescents, puis adultes, à rester en retrait. Ceux qui passent à l’acte poétique sont les moins abîmés, à la fois parce qu’ils en sont capables et parce que cette capacité les tire d’affaire. Ils osent écrire (ou peindre, ou s’exprimer dans un autre domaine artistique) malgré leurs sensations de rejet. L’hypersensibilité et les émotions rentrées favorisent l’expression artistique. Tel est le lieu du lien entre la maladie mentale et l’art que l’on explore dans cet essai.

 
2 Commentaires

Publié par le mai 14, 2011 dans May aime l'actualité

 

Étiquettes : , , , ,

Histoire de May

Voici une modeste animation de 2 minutes 13 secondes qui retrace les principaux moments de l’histoire de mayaime

Aujourd’hui, c’était censé être no blogging day… Mais la tentation de partager avec vous cette petite vidéo est la plus forte

Créée grâce à Google, une histoire, vous aussi vous pouvez en réaliser  une sur le thème de votre choix.

C’est ultra simple et le résultat est sympa, non?

Alors , si vous en créez une, n’hésitez pas à laisser un lien vers la page youtube dans les coms, ou un commentaire ici même sur ce blog

On jettera un coup d’oeil de temps à autres.

 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 14, 2010 dans May a des coups de coeurs

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Poésie au féminin

Un  séminaire Poésie au féminin aura lieu le 8 avril 2011 à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Une communication y sera donnée par Françoise Urban-Menninger sur l’œuvre de Maximine sous le titre : Maximine, une poésie jubilatoire qui fait chanter l’âme et le corps au féminin dans une parfaite symbiose avec la nature et les quatre éléments.

Ce séminaire s’inscrit dans le prolongement du colloque international « Voi(es)x de l’Autre : poètes femmes XIX°-XXI° siècles » qui s’est tenu à la MSH de Clermont-Ferrand en novembre 2007 sur la poésie écrite par des femmes et la notion d’altérité. Ouvert à toutes les littératures, à travers les époques, ce séminaire, placé sous la responsabilité de Patricia Godi-Tkatchouk, a pour but d’élargir la recherche engagée par le colloque en mettant en relation des chercheurs et des poètes invitées. La poésie au féminin sera abordée sous l’angle des représentations de la position d’altérité du poète femme par rapport à l’autorité littéraire et culturelle masculine. Des séminaires ultérieurs compléteront cette approche en évoquant la dimension du féminin dans l’écriture, puis au contraire le rejet ou le  camouflage de l’identité sexuelle, voire la dépersonnalisation du sujet lyrique.

Les participants seront : Olga Blinova (Univ. Strasbourg), Caroline Crépiat (Univ. Blaise Pascal), Patricia Izquierdo (Univ. Nancy, Laboratoire Lire, Lyon 2), Camille Aubaude (poète, Paris), Elena Thuault (Zapadoceska Univerzita, Plzen, République tchèque), Nicole Michel Grépat (IUFM Versailles/UCP) et Françoise Urban-Menninger (poète, Strasbourg). Renseignements : Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand 2 – UFR LLSH, Centre de recherches sur les Littératures et la Sociopoétique – Maison des Sciences de l’Homme, 4, rue Ledru, Clermont-Ferrand.

Source

 
Poster un commentaire

Publié par le décembre 12, 2010 dans May aime l'actualité, May aime la poésie

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Le Mensonge

Il lui dit : vous ne connaissez pas votre valeur

Elle rétorqua : plus que le pétrole à qui vous faites honneur ?

Il  répondit convaincu : aucune commune mesure

Ai-je plus de valeur qu’un diamant, sa splendeur ?

Il hésita puis courageux émit : je ne saurais vous dire

Plus qu’une femme que vous aimez en cette heure?

Il pâlit, sans  pouvoir  émettre un  murmure

Elle se tut et calmement le fixa avec horreur

Mais qu’a-t-elle donc cet objet du désir…. ?

elle a son cœur, songea-t-elle dans un sourire.

Yano

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Entre sens et non sens

L’écriture contient en elle l’infini impensable de la pensée au-delà d’elle-même – c’est l’être en possession/dépossession (angoisse/repos) de ce qui l’excède, l’être hors de soi. Mais cet “hors-de-soi”, naturellement, ne prend de valeur qu’en relation avec l’être même. Il serait sinon une chose morte et vaine : hors du sens, et non inscrit dans cette dualité sens/non-sens qui marque notre condition.

S’il fallait donner un “sens” à la littérature, un sens à l’acte insensé d’écrire, c’est dans l’expression de cet excès de l’être, dans l’exploration de ce lieu d’angoisse où se noue la parole, qu’il faudrait le chercher.

A l’instar de la parole jaillie, l’écriture est essentiellement liée au souffle, à l’inspiration/expiration, à cette alternance de présence et d’absence d’air qui agit comme se présentent à nous l’absence et la présence du monde, dans le chaos et l’incohérence de leur succession angoissante/apaisante. Présence de l’air/du monde traduite en mots : matière de texte comme une matière d’existence – mouvement même de la pensée entre sens et non-sens.

Entre inspiration et expiration, entre présence et absence (au monde), entre sens et non-sens, c’est dans la dualité paradoxale (fusionnelle/oppositionnelle) de ces contraires indissociablement liés au sein d’un lieu de tension permanente que se cherche et s’exprime, se meut et se perd l’écriture de l’impossible.

Mais quelle écriture, précisément ?

L’écriture philosophique, évidemment, moins que toute autre. Mise tout entière au service de la pensée et de sa cohérence, et ainsi soumise à la raison de son savoir, l’écriture de la philosophie est une écriture essentiellement instrumentalisée, réduite au rôle de véhicule de la pensée conceptuelle et de la signification. Les “vérités” qu’elle révèle se perdent aussitôt dans le réel qu’elle ne peut atteindre.

Le philosophe plie, bride et borne l’écriture aux seuls besoins de sa pensée et à la cohérence de son discours. C’est encore Sartre, dans son fameux et si discutable Qu’est-ce que la littérature ?, qui donne le mieux cette conception de l’écriture pour le philosophe : “La prose est utilitaire par essence ; je définirais volontiers le prosateur comme un homme qui se sert des mots” ( ce contre quoi réagit Bataille : “La chute dans l’utilité, par honte de soi-même, quand la divine liberté, l’inutile, apporte la mauvaise conscience, est le début d’une désertion. Le champ est laissé libre aux arlequins de la propagande.” ) ; et plus loin : “L’art de la prose s’exerce sur le discours, sa matière est naturellement signifiante : c’est-à-dire que les mots ne sont pas d’abord des objets, mais des désignations d’objets. Il ne s’agit pas d’abord de savoir s’ils plaisent ou déplaisent en eux-mêmes, mais s’ils indiquent correctement une certaine chose du monde ou une certaine notion.”

Une telle écriture, vouée aux constructions conceptuelles, au signifiant, est, on le voit, entièrement tournée du côté du possible. Or l’écriture de l’impossible, l’”art de la prose” tout simplement se noue à partir de mots – mais de mots non lisibles séparément et en dehors de l’écriture qui les assemble – qui, au-delà du fait qu’ils “plaisent” ou “déplaisent” (ce qui est loin d’être secondaire), dans le même temps qu’ils sont “désignations d’objets”, bouleversent et transforment infiniment ce qu’ils indiquent du fait même de leur mise en situation dans une écriture donnée, troublant ainsi leur signification apparente en ouvrant simultanément à celle-ci un abîme insondable au sein même de cette signification qu’ils élargissent à l’infini. Ainsi la prose, lorsqu’elle est art (et a fortiori l’écriture de l’impossible), cesse-t-elle d’être “utilitaire” : elle n’indique rien de façon univoque et ne peut “indiquer correctement” une certaine chose ou une certaine notion.

Tout entière du côté du sens, l’écriture philosophique, en laissant hors de son champ le manque d’être au coeur de l’être, ne peut ouvrir à l’impossible. Elle borne ses investigations aux terrains défrichés du sens – là précisément où l’écriture vraie commence : “au bord des limites” où le sens se décompose.

La véritable écriture, faut-il le répéter, ne saurait être en service, elle n’est donc au service de rien – pas même au service du pensable. C’est dans cette aventure de l’au-delà du sens, dans cette zone de liberté absolue de la parole, là où la pensée insensée passe ce que la pensée pense, que surgit l’écriture. Son lieu véritable est celui d’un abîme impensable – et son enjeu, dès lors, en tout point, excède dans son essence même le savoir philosophique et sa prétention à dominer, à maîtriser par la pensée cet abîme entrouvert au sein de la parole.

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 6, 2010 dans May aime la lecture

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Le colorithlon

Je voudrais dans ce billet définir ce qu’est le colorithlon, en terme de compétition de l’esprit, et définir les règles , la forme, les modalités

L’homme a besoin de se surpasser, aller au bout de soi , il a besoin de concourir, de se mesurer aux autres, de saine compétition voire compétitivité.

La compétition a été organisée dans tous le domaines de la vie de manière formelle, informelle, sportive, physique ou pas.
Elle est essentielle à la vie si ce n’est nécessaire.

Dans le sport , il y l’esprit sportif qui régit l’éthique de l’épreuve ou esprit de compétition: que le meilleur gagne, l’un doit perdre et un doit gagner, le plus important c’est de participer

Dans la société, cette même compétition existe entre les individus. Elles prend souvent la forme de jalousie, d’envie, de convoitise et leur cortèges de coups fourrés, de bâtons dans les roues, rétention de l’information, harcèlement moral, mobbing, exclusion sociale, marginalisation, stigmatisation , discréditaion ou décribilisation et autres phénomènes de société.
Une course à l’accumulation de richesses, au statut social.

Dans le travail, cette même compétition s’exprime en termes dévolution de carrière, de responsabilités assumées, de fonctions dirigeantes ou subalternes, valorisées, gratifiantes ou au contraire alimentaires insignifiantes. Une course à la productivité, compétitivité,contrôle et domination. on ne se pose pas la question du quoi , pourquoi.

Colorithlon est une réponse à un besoin .
Un besoin de compétition, de dépassement de soi , régi par une éthique, une éthique musulmane.

Colorithlon est une compétition de l’esprit , qui par son esprit sain répond à un manque existant , autant structurel que conjoncturel.

Colorithlon est une compétition pour le plaisir et le bonheur de compétiteur , concourir.

C’est une réponse culturelle à un manque réel.
En effet , les arabes, bien avant l’islam faisaint des concours ou compétition de poésies , c’était même leur spécialité. cela s’appelait  » mouallakates ». On les accrochait à la kaaba, dirais-je de mémoire.

Colorithlon, une compétition comme celles des jeux d’échec, de scrable, ou autre jeu de chiffres ou de lettres , pour intellos, pour cérébraux, pour ruminants de l’esprit . Pour tous ceux dont le bonheur passe par l’action réfléchie, la conception, l’imaginaire. qui pensent que tout nait de l’abstrait a qui on donne forme , rend concret par le pouvoir du verbe , son action sur la matière, son impact sur la vie. Et les autres.

Bien sur , il s’adresse aux musulmans. Aux musulamns de tous bords. Car tout nait d’un besoin.

Et ce sont bien les musulmans réduits à une ( seule) couleur de la vie , verte prairie, ou ils peuvent brouter , qui ont besoin de ce safari, safari de l’esprit, aux couleurs de la jungle, non pas la ferme de l’oncle Mac Donald.

Colore le monde ou colorithlon est une discipline qui s’impose d’elle même en fait , pour ceux qui comme moi croient que les vaincus d’aujourd’hui seront les vainqueurs de demain..parce que …les vaincus d’aujourd’hui sont les vainqueurs de demain.

A eux , je de dédie cette chanson.
http://www.dailymotion.com/video/x4905_revolution-permanente_news

Ou quand la circumbulation prends des airs de « Révolution Permanente »

Et pour mieux ouvrir officiellement les festivités, je vous dis simplement ceci:

A moi le mauve, à vous les couleurs

Bien qu’en ce moment c’est plutôt ceci:

A vous le monde, à moi les couleurs…. :oops:

Les couleurs vous attendent donc sur may diwan.Venez nombreux. Ne vous bousculez pas.

Parce que la couleur dans la vie fait la couleur de la vie

Et plus si investissement, militantisme et engagement.

Alors , à vos claviers, vos plumes ou vos palettes..l’arc en ciel apparait lorsque la pluie tombe tombe sous le soleil. ( enfin je crois!!)

Lui seul exprime par sa palette , par son effet, ce pouvoir magique de colorer plus que le monde , la vie.

Enfant né d’un désir de compétition, d’un rejet de guettoisation de l’âme et l’esprit, d’un besoin d’évasion, d’une volonté de liberté, farouche et refoulé, d’une volonté d’exister, du droit d’être soi , en toute simplicité , légitimité ,quand ce n’est pas le devoir, le colorithlon ne peut arborer qu’un seul et unique slogan:

Le colorithlon ..pour un monde aux couleurs de l’arc de l’en ciel….sous le ciel d’Allah, au nom d’Allah..Gloire à Allah

Bonne fin de ramadan.

http://maydiwan.forumactif.net/

 
2 Commentaires

Publié par le septembre 7, 2010 dans May aime l'actualité

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , ,