RSS

Archives de Tag: citation

Simone de Beauvoir



C’est au sein du transitoire que l’homme s’accomplit, ou jamais.

 

C’est dans la connaissance des conditions authentiques de notre vie qu’il nous faut puiser la force de vivre et des raisons d’agir.

 

C’est par le travail que la femme a en grande partie franchi la distance qui la séparait du mâle; c’est le travail qui peut seul lui garantir une liberté concrète.

 

Ce qu’il y a de scandaleux dans le scandale, c’est qu’on s’y habitue.

 

Choisir la vie, c’est toujours choisir l’avenir. Sans cet élan qui nous porte en avant nous ne serions rien de plus qu’une moisissure à la surface de la terre.

 

Comment mesurer la souffrance et la joie? Peut-on comparer le poids d’une larme au poids d’une goutte de sang?

 

Dans toutes les larmes s’attarde un espoir.

 

En un sens le mystère de l’incarnation se répète en chaque femme; tout enfant qui naît est un dieu qui se fait homme.

 

Entre deux individus, l’harmonie n’est jamais donnée, elle doit indéfiniment se conquérir.

 

Il me semblait que la terre n’aurait pas été habitable si je n’avais eu personne à admirer.

 

 

Ils se contentent de tuer le temps en attendant que le temps les tue.

 

L’homme est libre; mais il trouve sa loi dans sa liberté même.

 

L’homme ne peut s’éclairer par Dieu; c’est par l’homme qu’on essaiera d’éclairer Dieu.

 

La femme est tout ce que l’homme appelle et tout ce qu’il n’atteint pas.

 

La mort semble bien moins terrible, quand on est fatigué.

 

Le bonheur: comme une raison que la vie se donne à elle-même.

 

Le couple heureux qui se reconnaît dans l’amour défie l’univers et le temps; il se suffit, il réalise l’absolu..

 

On ne meurt pas d’être né, ni d’avoir vécu, ni de vieillesse. On meurt de quelque chose.

 

On ne naît pas femme! On le devient.

 

Qu’est-ce qu’un adulte? Un enfant gonflé d’âge.

 

Quand vraiment on ne veut plus aimer, on n’aime plus: mais on ne veut pas à volonté.

 

Se vouloir libre, c’est aussi vouloir les autres libres.

 

Si l’on vit assez longtemps, on voit que toute victoire se change un jour en défaite.

 

Si seulement on pouvait être tout à fait pour, ou tout à fait contre!

 

Si un seul homme peut être regardé comme un déchet, cent mille hommes ensemble ne sont qu’un tas d’ordures.

 

Vivre, c’est vieillir, rien de plus.

 

Beauvoir, Simone de (1908-1986), femme de lettres et intellectuelle française. Née le 9 janvier 1908 à Paris dans un milieu bourgeois traditionnel et catholique, Simone de Beauvoir est d’abord une « jeune fille rangée », comme elle se décrit elle-même, mais elle affirme assez rapidement son anticonformisme: après des études classiques qui la mènent en 1929 jusqu’à l’agrégation de philosophie —où elle fut reçue première—, elle refusa de se conformer à son destin tout tracé de mère et d’épouse. Sa rencontre avec Jean-Paul Sartre, qui passait l’agrégation la même année qu’elle, fut décisive: « Ce fut l’événement capital de mon existence », écrit-elle dans Tout compte fait (1972). Simone de Beauvoir noua en effet avec Sartre une relation de complicité amoureuse et intellectuelle qui dura jusqu’à la mort de Sartre, en 1980. Avec lui, elle mit en pratique un certain nombre des principes qui fondent sa conception de la femme et du couple, puisqu’ils ne se marièrent jamais, ne vécurent pas ensemble et s’autorisèrent des liaisons hors de leur couple, établissant parfois ensemble des relations triangulaires avec une tierce personne. Ce mode de vie très libre n’était pas dissocié, pour Simone de Beauvoir, de la réflexion qu’elle mena, sa vie durant, sur la condition féminine, l’engagement et le rapport à l’autre. Après avoir enseigné la philosophie, elle entra comme rédactrice à la revue les Temps modernes, dirigée par Sartre. Intellectuelle engagée et curieuse de tout, elle voyagea beaucoup, visitant successivement les États-Unis et la Chine, plus tard Cuba et l’URSS. Sa philosophie —l’existentialisme— et sa situation d’intellectuelle de gauche furent remises en cause par les horreurs de la Seconde Guerre mondiale. La mort de Sartre, en 1980, lui inspira la Cérémonie des adieux (1981). Elle-même s’éteignit à Paris le 14 avril 1986.

Publicités
 

Étiquettes : , , , , , ,

A propos de l’intelligence

Un sot ne dit pas de choses intelligentes, mais un homme intelligent dit beaucoup de bêtises.[Garabet Ibraileanu

La bêtise est nettement supérieure à l’intelligence car toute l’intelligence du monde ne permettra jamais de comprendre la bêtise universelle, tandis qu’un peu de bêtise suffit amplement à ne pas comprendre quoi que ce soit d’intelligent.[Philippe Geluck]

La raison, c’est l’intelligence en exercice ; l’imagination c’est l’intelligence en érection.[Victor Hugo]

L’intelligence doit vivifier l’action ; sans elle, l’action est vaine. Mais sans l’action, comme l’intelligence est stérile ![Roger Martin du Gard]

L’intelligence, c’est ce qui se passe quand rien n’empêche l’intelligence de fonctionner [Louis Pauwels]

> En général, les gens intelligents ne sont pas courageux et les gens courageux ne sont pas intelligents.[Charles de Gaulle]

Parmi toutes les variétés de l’intelligence découvertes jusqu’à présent, l’instinct est, de toutes, la plus intelligente [Friedrich Nietzsche]

L’intelligence sans humour est difficilement de la vraie intelligence.[Etienne Chatiliez]

> Ce qui caractérise notre époque, c’est la crainte d’avoir l’air bête en décernant une louange, et la certitude d’avoir l’air intelligent en décernant un blâme.[Jean Cocteau]

> Je choisis mes amis pour leur bonne présentation, mes connaissances pour leur bon caractère et mes ennemis pour leur bonne intelligence. Un homme ne peut être trop soigneux dans le choix de ses ennemis. [Oscar Wilde]

 
3 Commentaires

Publié par le novembre 3, 2010 dans May aime se poser des questions

 

Étiquettes : , , , , ,

Autopsie du monde arabo-musulman

Je parle de millions d’hommes à qui on a inculqué savamment la peur, le complexe d’infériorité, le tremblement. l’agenouillement, le désespoir, le larbinisme.

Aimé Césaire

Chaque génération doit dans une relative opacité découvrir sa mission, la remplir ou la trahir.

Frantz Fanon

Pour faire la révolution, il ne suffit pas de hair et de croire au passé. La haine et la foi dans le passé ne sont de bons sitmulants que dans la phase de révolte. Si nous souhaitons mener à bien la révolution, nous devons aimer et nous tourner vers l’avenir.

Ghassan  Kanafani

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 15, 2010 dans May aime l'actualité

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Albert Eistein

“Ne faites rien contre votre conscience, même si l’Etat vous le demande”, Albert Einstein

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire

Je ne sais pas comment sera la troisième guerre mondiale, mais je sais qu’il n’y aura plus beaucoup de monde pour voir la quatrième.

Le mental intuitif est un don sacré et le mental rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don.

L’homme solitaire pense seul et crée des nouvelles valeurs pour la communauté.

C’est le devoir de chaque homme de rendre au monde au moins autant qu’il en a reçu

L’Etat est notre serviteur et nous n’avons pas à en être les esclaves

La chose la plus difficile à comprendre au monde c’est l’impôt sur le revenu

La valeur d’un homme tient dans sa capacité à donner et non dans sa capacité à recevoir

Le progrès technique est comme une hache qu’on aurait mis dans les mains d’un psychopathe

La connaissance s’acquiert par l’expérience, tout le reste n’est que de l’information

Pour être un membre irréprochable parmi une communauté de moutons, il faut avant toute chose être soi-même un mouton

Se sacrifier au service de la vie équivaut à une grâce

N’essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur

Ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique : ce ne peut être que par erreur qu’ils ont reçu un cerveau, une moelle épinière leur suffirait amplement

La possession de merveilleux moyens de production n’a pas apporté la liberté, mais le souci et la famine

Je ne crois point, au sens philosophique du terme, à la liberté de l’homme. Chacun agit non seulement sous une contrainte extérieure, mais aussi d’après une nécessité intérieure

Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire

La valeur morale ne peut pas être remplacée par la valeur intelligence et j’ajouterai : Dieu merci !

 
2 Commentaires

Publié par le mars 5, 2010 dans May a des coups de coeurs

 

Étiquettes : , ,