RSS

Archives de Tag: chanson

Chanson De L’homme

J’étais ici dés le commencement, et je suis encore ici.
Et je resterais ici jusqu’à la fin du monde,
Car il n’est pas de fin à mon être en proie à la douleur.
J’ai arpenté le ciel infini, je me suis élevé dans le monde idéal,
Et j’ai flotté dans le firmament.
Mais je suis ici prisonnier de la matière.
J’ai entendu les enseignements de Confucius ;
J’ai écouté la sagesse de Brahmâ ;
Je me suis assis à côté de bouddha sous l’arbre de la connaissance.
Pourtant je suis ici, et mon existence est ignorance et Hérésie.
J’étais sur le Sinaï quand Jéhovah approcha Moïse ;
J’ai vu les miracles du Nazaréen au Jourdain ;
J’étais à Médine quand Mahomet fut visité.
Pourtant je suis ici, prisonnier de la confusion.
Puis j’ai été témoin de la puissance de Babylone ;
J’ai appris la gloire de l’Égypte ;
J’ai vu la grandeur guerrière de Rome.
Pourtant mes enseignements précédents,
M’ont montré la faiblesse, et la douleur de ces réalisations.
J’ai conversé avec les magiciens d’Ain Dour ;
J’ai débattu avec les prêtres d’Assyrie ;
J’ai sondé la profondeur des prophètes de Palestine.
Pourtant je recherche toujours la vérité.
J’ai recueilli la sagesse de l’Inde sereine ;
J’ai exploré les antiquités de l’Arabie ;
J’ai entendu tout ce qui peut être entendu ;
Pourtant mon cœur est sourd et aveugle.
J’ai souffert des mains des souverains despotiques ;
J’ai souffert l’esclavage des envahisseurs fous ;
J’ai souffert la faim imposée par la tyrannie ;
Pourtant je possède encore un pouvoir intérieur,
Avec lequel je lutte pour aborder chaque journée.
Mon esprit est rempli, mais mon cœur est vide :
Mon corps est vieux, mais mon coeur est un enfant.
Peut-être mon cœur rajeunira-t-il, mais je prie pour vieillir ;
ET atteindre l’heure de mon retour vers Dieu.
Alors seulement, mon cœur se remplira !
J’étais ici dés le commencement, et je suis encore ici.
Et je resterais ici jusqu’à la fin du monde,
Car il n’est pas de fin à mon être en proie à la douleur.
Kahlil Gibran.

http://oraney.blogspot.com/2011/07/chanson-de-lhomme.html

Publicités
 
 

Étiquettes : , , , ,

POUR LES ENFANTS DU MONDE ENTIER


Pour les enfants du monde entier
Qui n’ont plus rien à espérer
Je voudrais faire une prière
À tous les maîtres de la terre

À chaque enfant qui disparaît
C’est l’univers qui tire un trait
Sur un espoir pour l’avenir
De pouvoir nous appartenir

J’ai vu des enfants s’en aller
Sourire aux lèvres et coeur léger
Vers la mort et le paradis
Que les adultes avaient promis

Mais quand ils sautaient sur les mines
C’était Mozart qu’on assassine
Si le bonheur est à ce prix
De quel enfer s’est-il nourri?

Et combien faudra-t-il payer
De silence et d’obscurité
Pour effacer dans les mémoires
Le souvenir de leur histoire?

Quel testament, quel évangile,
Quelle main aveugle ou imbécile
Peut condamner tant d’innocence
À tant de larmes et de souffrance?

La peur, la haine et la violence
Ont mis le feu à leur enfance
Leurs chemins se sont hérissés
De misère et de barbelés

Peut-on convaincre un dictateur
D’écouter battre un peu son coeur?
Peut-on souhaiter d’un président
Qu’il pleure aussi de temps en temps?

Pour les enfants du monde entier
Qui n’ont de voix que pour pleurer
Je voudrais faire une prière
À tous les maîtres de la terre

Dans vos sommeils de somnifères
Où vous dormez les yeux ouverts
Laissez souffler pour un instant
La magie de vos coeurs d’enfants

Puisque l’on sait de par le monde
Faire la paix pour quelques secondes
Au nom du Père et pour Noël
Que la trève soit éternelle

Qu’elle taise à jamais les rancoeurs
Et qu’elle apaise au fond des coeurs
La vengeance et la cruauté
Jusqu’au bout de l’éternité

Je n’ai pas l’ombre d’un pouvoir
Mais j’ai le coeur rempli d’espoir
Et de chansons pour aujourd’hui
Qui sont des hymnes pour la vie

Et des ghettos, des bidonvilles,
Du coeur du siècle de l’exil
Des voix s’élèvent un peu partout
Qui font chanter les gens debout

Vous pouvez fermer vos frontières,
Bloquer vos ports et vos rivières,
Mais les chansons voyagent à pied
En secret dans des coeurs fermés

Ce sont les mères qui les apprennent
À leurs enfants qui les reprennent
Elles finiront par éclater
Sous le ciel de la liberté

Pour les enfants du monde entier…

paroles et musique: Yves Duteil

 
6 Commentaires

Publié par le mai 31, 2011 dans May aime l'actualité

 

Étiquettes : , ,

Alger


ALGER

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Dis à l’Amour

 
3 Commentaires

Publié par le février 26, 2011 dans May a des coups de coeurs

 

Étiquettes : , , , , ,

Le Bonheur

Le bonheur vient à ceux qui y croient

 

Étiquettes : , , , ,

Blowing in the wind (Soufflé Dans Le Vent)

Combien de routes un homme doit-il parcourir
Avant que vous ne l’appeliez un homme ?
Oui, et combien de mers la colombe doit-elle traverser
Avant de s’endormir sur le sable ?
Oui, et combien de fois doivent tonner les canons
Avant d’être interdits pour toujours ?
La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent,
La réponse est soufflée dans le vent.

Combien d’années une montagne peut-elle exister
Avant d’être engloutie par la mer ?
Oui, et combien d’années doivent exister certains peuples
Avant qu’il leur soit permis d’être libres ?
Oui, et combien de fois un homme peut-il tourner la tête
En prétendant qu’il ne voit rien ?
La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent,
La réponse est soufflée dans le vent.

Combien de fois un homme doit-il regarder en l’air
Avant de voir le ciel ?
Oui, et combien d’oreilles doit avoir un seul homme
Avant de pouvoir entendre pleurer les gens ?
Oui, et combien faut-il de morts pour qu’il comprenne
Que beaucoup trop de gens sont morts ?
La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent,
La réponse est soufflée dans le vent.

http://www.lacoccinelle.net/traduction-chanson-1972-.html Read the rest of this entry »

 
 

Étiquettes : , , , , , ,

Je n’ai qu’une philosophie

Je n’ai qu’une philosophie
Être acceptée comme je suis
Malgré tout ce qu’on me dit
Je reste le poing levé
Pour le meilleur comme le pire
Je suis métisse mais pas martyre
J’avance le coeur léger
Mais toujours le poing levé

Lever la tête, bomber le torse
Sans cesse redoubler d’efforts
La vie ne m’en laisse pas le choix
Je suis l’as qui bat le roi
Malgré nos peines, nos différences
Et toutes ces injures incessantes
Moi je lèverai le poing
Encore plus haut, encore plus loin

{Refrain:}
Viser la Lune
Ça me fait pas peur
Même à l’usure
J’y crois encore et en coeur
Des sacrifices
S’il le faut j’en ferai
J’en ai déjà fait
Mais toujours le poing levé

Je ne suis pas comme toutes ces filles
Qu’on dévisage, qu’on déshabille
Moi j’ai des formes et des rondeurs
Ça sert à réchauffer les coeurs
Fille d’un quartier populaire
J’y ai appris à être fière
Bien plus d’amour que de misère
Bien plus de coeur que de pierre

Je n’ai qu’une philosophie
Être acceptée comme je suis
Avec la force et le sourire
Le poing levé vers l’avenir
Lever la tête, bomber le torse
Sans cesse redoubler d’efforts
La vie ne m’en laisse pas le choix
Je suis l’as qui bat le roi

{au Refrain, x3}

 

Étiquettes : , , ,