RSS

Archives de Tag: amour

L’amour maternel favoriserait la croissance d’une région du cerveau

Selon des chercheurs américains, l’amour maternel favorise la croissance de l’hippocampe de l’enfant, une région du cerveau liée aux capacités d’apprentissage, de mémorisation et impliquée dans la gestion du stress.

Amou mère Cerveau

Des chercheurs américains de l’Université de Washington, publiés dans le National Academy of Sciences, ont indiqué que la taille de l’hippocampe d’un enfant pouvait varier de plus de 10%, en fonction du degré d’amour et d’attention porté par sa mère. La taille de l’hippocampe est directement liée à la capacité d’apprentissage et de mémorisation. Elle est aussi très sensible au stress et est la première région atteinte lors du développement de la maladie d’Alzheimer. …

L’étude, menée par des pédo-et/ou-neuro-psys de l’Université de Washington, a impliqué 92 enfants de 3 à 6 ans, suivis pendant plusieurs années. En sus de l’imagerie cérébrale, elle a consisté à simuler quelques épisodes de la vie réelle et à mesurer l’attitude des mères envers leur enfant dans des situations bien précises, créées de toutes pièces. Plus ou moins attentionnées, plus ou moins aidantes, plus ou moins impliquées…

Les non dépressifs ont la plus grosse

Résultat : l’échantillon non dépressif de la cohorte (les bambins avaient participé à une autre étude sur la dépression infantile), composé de 51 enfants, a montré que les enfants soutenus et aimés développaient des hippocampes plus gros de presque 10% que les autres. Un résultat qui conforte les précédentes études réalisées sur les animaux. Mais ce résultat s’inverse (-6%) pour les (41) enfants dépressifs, qui présentent néanmoins fréquemment des débuts de désorganisation neurologique. Selon les chercheurs, il ne faudrait donc pas s’arrêter à cela. Simple effet de bord ou vraie découverte ? …

Aimez-vous les uns et les autres

« Le soutien parental, en particulier dans la petite enfance, est une force très très puissance […] Je pense que les implications en termes de santé publique sont telles que nous devrions accorder plus d’attention au soutien parental (*), et nous devrions faire ce que nous pouvons au niveau de la société pour encourager ces compétences parce qu’il est évident que ce soutien a un impact très, très important sur le développement ultérieur » a conclu le Dr. Joan Luby, auteur de l’étude.

(* nurturing en angliche dans le texte : acte de nourrir de façon générale, y compris d’amour et d’attention)

[Sources : news.wustl.edu, psychcentral.com, cbsnews.com, medicalnewstoday.com, ]

(Article publié sur le site « Les mots ont un sens »)

 

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le février 7, 2012 dans May aime la psychologie, May aime les enfants

 

Étiquettes : , , , ,

C’est quoi l’amour

On dit généralement qu’il existe un seul amour pour tous au sens propre du terme mais chaqu’un d’entre nous a une façon particulière de le percevoir ou de l’interpréter. La vision qu’on porte sur l’amour dépend parfois de notre façon de voir le monde, notre histoire, notre experience, notre âge, notre sexe ou même notre profession. A la question de savoir ce qu’est réellement l’amour quatre personnes apportent leur témoignage.

Béatrice 32 ans – assureur : elle répond depuis son bureau.

– La plupart de mes clients qui perdent leur mari ou leur femme ne s’attardent pas une semaine après l’enterrement avant de venir me voir. Cela ne veut pas dire qu’ils sont pas attristés par la perte de l’être qu’ils aimaient sans doute le plus au monde mais on peut tout de même constater qu’ils sont ravis de repartir avec le pactole de l’assurance vie. Nous travaillons avec l’amour tous les jours et je peux vous assurer qu’il est l’un de nos meilleurs partenaires. La passion serait même le terme le plus approprié en ce qui concerne mon travail. Celle qui pousse une personne à épargner les économies de toute une vie au profit de quelqu’un qui en profitera bien après elle. A vrai dire je ne connais pas un aussi grand témoignage d’amour qui puisse soutenir la comparaison. Je trouve ça génial !

Robert 42 ans – ambulancier : il répond depuis le bistrot qui se trouve en face de chez lui.

– J’aime ma femme vous savez et je pense qu’elle m’aime aussi, sinon je ne vois pas pourquoi elle serait toujours avec moi après 20 ans de mariage. Il se trouve juste que l’autre jour elle m’a annoncé qu’elle voulait me quitter pour un de ses collègue au bureau, un soi disant « comptable » à la mormoilneu. Je ne suis pas dupe je savais que quelque chose se tramait derrière mon dos, je la voyais mal se laisser absorber par son travail au point de rentrer souvent vers les 21h30. Elle m’a dit qu’elle me reconnaissait plus, que j’avait changé depuis quelque temps… ce genre de conneries. Alors pour la calmer je lui ai dit « écoute ma chérie toi aussi tu as changé, tu n’es plus la jeune fille souple et coquête que j’ai épouser il y’a 20 ans. C’est normal c’est l’âge tout le monde veillit un jour… ». Elle l’a mal pris. Je lui ai dit « ok laisse moi le temps de me reprendre en main pour commencer je vais reprendre le sport, on ira diner chaque week-end au resto et s’il le faut je demanderai trois semaines de congés pour t’accorder plus de temps ». Tu parles elle voulait rien savoir ! Je croyais qu’on aimait pour l’éternité, pour le meilleur et pour le pire comme à l’église le jour de notre mariage. Et les gosses ? Elle aurait du au moins penser aux gosses et à l’impact psychologique que ce divorce aura sur eux. Vous voulez que je vous dise ? Tout ceci n’est qu’une conspiration et elle est dans le coup Nathalie. Et qu’elle vienne pas se plaindre ici quand ce courreur de jupon l’aura foutu dehors avec un coup de pompe dans le derrière parce que c’est fini entre nous.

Jean Michel 38 ans – bijoutier : répond depuis sa bijouterie de luxe.

– La majeure partie de nos clients n’ont aucune idée de ce que c’est que l’amour avant de franchir cette porte. Une fois à l’interieur ils savent qu’ils peuvent désormais toucher du doigt l’objet de toutes les convoitises. Le symbole d’amour et de perfection absolue. Je vous présente Sophie, le seul amour au monde capable de tenir toutes ses promesses. Ce diamant rose de 20,10 carats a une allure capricieuse mais sait se monter parliculièrement docile à qui sait se montrer assez généreux pour l’amadouer. Inaltérable elle ne s’enraye jamais, elle est d’une telle finesse que même les enfants peuvent la porter et ils en rêvent. Les Grecs l’appelaient « l’invincible », les collectionneurs l’appellent « la dame de coeur ». Ne cherchez plus l’amour de votre vie elle a déjà un prix. En vérité l’amour est un business juteux qui génère des milliards. Qu’il s’agisse d’une bague pour une demande en mariage, un collier pour la fête des mères ou un bouquet de rose pour la Saint Valentin… peu importe tout est fait pour que vous dépensiez votre fric. Les seuls qui gagnent en amour ce sont les commerçant et les avocats spécialisés dans le domaine. Ceux qui le savent s’en lavent les mains, les autres chercheront toujours à comprendre.

Fred 31 ans – agent d’entretien : il répond depuis sa maison entouré de sa famille.

– C’est en regardant mon pote Julian chialer à la naissance de son premier fils que je me suis rendu compte qu’il me manquait quelque chose d’essentiel dans ma vie. En général on décide de rester célibataire plus par contrainte que par choix ou par peur de souffrir peut être. Quoi qu’il en soit c’est à partir de ce jour là que je me suis réellement rendu compte que ma vraie vocation était d’aimer et d’être aimé. Bref ma vie n’avait vraiment rien d’exceptionnel jusqu’au jour où j’ai croisé le regard de ma femme Juliette. Qui aurait cru qu’un simple rencontre dans un arrêt de bus allait bouleverser mon existence à tout jamais ? Je veux dire par là que l’amour est partout et je pense même que c’est la meilleure chose qui puisse nous arriver sur terre. C’est une bénédiction qui change des vies toutes les secondes. Pour la premières fois de ma vie je peux dire que je suis un homme comblé avec une femme et des enfant et le bonheur de les aimer et les chérir jusqu’à ma mort. Il suffit d’y croire il n’est jamais trop tard pour aimer et être aimé.

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Car nous vivrons toujours ensemble

Comme il y a des descentes aux enfers, il existe des montées au paradis. Chico se débarrasse de tous les personnages encombrants, de tous les événements négatifs de son existence. Nu comme à sa naissance, il rejoint Crocodile Island, île imaginaire où vit une centaine de sang-mêlé témoins de la bonté des dieux et de leur nature. Une île sans tabous puisque le mal n’y existe pas. Un paradis où la vie, la mort, la paix et l’éternité ne font qu’un, pour le bonheur de quelques élus, dont lui et la femme qu’il a toujours aimée.

 

Yann de l’Ecotais

 
 

Étiquettes : , , , , , ,

Le bol de bois

Le bol de bois, Je vous assure que vous vous rappellerez du Bol de bois demain, dans une semaine, un mois , une année.

Un vieil homme tout frêle va vivre avec son fils, sa bru et son petit-fils de quatre ans.

La main du vieil homme tremblait, sa vue était embrouillée et sa démarche vacillante.

La famille mangeait ensemble à la table.

Mais, le vieux grand-papa éprouvait de la difficulté à manger.

Les petits pois glissaient de sa cuiller et tombaient sur le plancher.

Quand il prenait son verre de lait, il le renversait sur la nappe.

Le fils et son épouse étaient irrités par le gâchis.

Le fils affirmait « On devrait faire quelque chose à propos de papa »

« J’en ai marre du lait renversé, du bruit qu’il fait en mangeant et de la nourriture sur le plancher. »

Alors, avec son épouse, il installait une table dans un coin de la cuisine.

Là, le grand-père mangeait seul pendant que la famille prenait le repas.

Étant donné que le vieil homme avait brisé de la vaisselle, sa nourriture était servie dans un bol de bois.

Quand la famille jetait un coup d’oeil en direction de grand-papa, il leur arrivait de voir une larme glisser sur la joue du vieil homme pendant qu’il était assis tout seul.

Malgré tout, ils continuaient à maugréer contre lui lorsqu’il échappait sa fourchette ou sa nourriture.

Le petit-fils observait tout en silence.

Un soir, avant le souper, le papa remarquait son fils qui jouait avec des morceaux de bois qui jonchaient le plancher.Il lui demanda gentiment, « que fabriques-tu? »

Tout aussi gentiment le petit garçon répondit,« Oh! Je fais un petit bol pour toi et maman pour que vous mangiez votre nourriture lorsque je serai plus grand. »

Le petit garçon sourit et continuait son travail.

Ces mots ont eu l’effet d’une bombe sur les parents qui devinrent silencieux.

Des larmes commençaient à ruisseler le long de leurs joues.

Sans dire un mot, ils savaient ce qu’ils devaient faire.

Ce soir-là, le fils prit la main de son père pour le ramener gentiment à la table familiale.

Pour le reste de ses jours il mangea tous ses repas avec la famille.

Et pour quelque raison, ni le fils ou son épouse ne firent de cas quand il échappait sa fourchette, renversait du lait ou salissait la nappe.

Sur une note positive, j’ai appris que, peu importe quoiqu’il arrive, aussi mauvais que cela semble aujourd’hui, la vie continue, et elle sera meilleure demain.

J’ai appris que nous pouvons en dire beaucoup au sujet d’une personne de la façon qu’elle se comporte devant quatre choses : Une journée de pluie, les personnes âgées, des bagages égarés et des lumières d’arbre de Noël emmêlées.

J’ai appris que gagner sa vie n’est pas la même chose que de « vivre sa vie. »

J’ai appris que la vie nous donne quelquefois une deuxième chance.

J’ai appris que l’on ne doit pas poursuivre sa vie avec une mitaine de receveur dans chaque main.

Nous avons besoin de remettre quelque chose aux autres quelquefois.

J’ai appris que si on poursuit le bonheur, il va nous échapper.

Mais, si vous vous concentrez sur votre famille, vos amis, les besoins d’autrui, votre travail et l’accomplissement des choses au meilleur de vos capacités, le bonheur vous trouvera bien.

J’ai appris que lorsque je prends une décision avec mon coeur, je prends normalement la bonne décision.

J’ai appris que même si je ressens de la douleur, je n’ai pas besoin de devenir un casse-pieds pour les autres.

J’ai appris que chaque jour, nous devrions étendre le bras et toucher quelqu’un d’autre.Le monde aime cette touche humaine.

Se tenir pas la main, une accolade chaleureuse ou simplement une tape dans le dos…

J’ai appris que j’en ai encore beaucoup à apprendre.

Ce texte n’est pas de moi, trouvé sur une page au hasard des rencontres…

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Rien que des mots

Des mots pour sentir la présence
Des mots pour combler l’absence
Le verbe pour exister
Le silence pour pleurer

Des mots sans complaisance
Le souffle de délivrance
Quand ils ont fait tomber
Les barrières dressées

Des mots de reconnaissance
En signe d’appartenance
Le plaisir partagé
De se sentir relié

Par de là les distances
Qui deviennent souffrance
Des mots pour consoler
Des mots pour espérer

Source:

 
10 Commentaires

Publié par le mai 8, 2011 dans May aime l'actualité

 

Étiquettes : ,

A la poursuite de mots

Ils veulent une fille bien mais regardent celle qui se met en avant pour un rien .
Ils veulent une fille plutôt discrète mais draguent principalement celle qui se la pète.
Ils veulent une fille sérieuse mais veulent sortir qu’avec des Starfeukeuze.
Ils veulent une fille droite mais passent leurs soirées à draguer celles qui sortent en bo…ite.
Après s’être bien amusés, ils veulent une fille vierge avec qui ils comptent se marier et continuer le reste de leurs jours, pas une de ces filles de nuit. Une fille qui s’est toujours respectée. Ils veulent une fille à qui ils pourront passer la bague au doigt. Bref, ils veulent une fille qu’ils ne « méritent » pas.
Source:
 
2 Commentaires

Publié par le avril 29, 2011 dans May aime l'actualité

 

Étiquettes : , , , , , ,

La question

Dans les lisières de mes rêves
S’entremêlent mes pensées,
Comme un regard sourd
Sur l’absurdité des choses;

Je me demande sans jamais me parler
Entre mes ambitions deçues
Et un reste d’illusions

Si toutes mes raisons
Ne sont-elles pas
Qu’une ‘ebauches de folie?

Tu m’as séduit,
J’ai ouvert ma nuit
Dans l insomnie!

Et tel un enfant, je souris
Suspendant tous mes sens
A ta volupté

Sans me demander dans mon desir éclos
Si tu n’es pas
O fleur de ma saison

L’obsession d’une vie?

Tayeb

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,