RSS

Archives de Tag: ami

ô mon ami le pauvre

 Toi qui es né dans le berceau de la misère, as été élevé dans les bras de l’humiliation et éduqué dans les demeures du despotisme. Toi qui manges ton pain sec en soupirant et bois ton eau trouble mêlée de larmes.
Ô toi le soldat condamné par les lois injustes des humains à abandonner sa compagne, ses enfants et tous ceux qu’il aime et à partir au champ de la mort au nom de la convoitise appelée le devoir.
Ô toi le prisonnier jeté dans l’obscurité pour avoir commis une petite faute, une faute grossie par la tentation de ceux qui rendent le mal pour le mal et tenue pour étrange par la raison de ceux qui oeuvrent pour la réforme par la corruption.

Ô toi la misérable que Dieu a dotée de la beauté, le jeune de l’époque l’a vue, il t’a alors fait la cour, t’a séduite et a triomphé de ta pauvreté par l’or.  Tu t’es ainsi livrée à lui puis il t’a laissée comme une proie qui frissonne entre les griffes de l’avilissement et du malheur.

Vous, mes chers faibles, êtes des martyrs des lois de l’homme, vous êtes des malheureux et votre malheur est dû à la tentation du puissant, à la tyrannie du gouvernant, à l’injustice du riche et à l’égoïsme de l’esclave de l’appétence.

Ne désespérez pas, car au-delà des injustices du monde, au-delà de la matière, au-delà des nuages, au-delà de l’éther et de toutes choses, il est une force qui est justice, compassion, tendresse et amour

Vous êtes pareils à des fleurs qui poussent dans l’ombre: de douces brises vont bientôt souffler et emporter vos graines vers la lumière du soleil. Votre vie, là-bas, sera alors merveilleuse.

Vous êtes comme des arbres nus croulant sous les neiges de l’hiver: le printemps va bientôt venir et vous couvrir d’un feuillage vert et tendre.

Bientôt la vérité déchirera le voile de larmes qui dissimule vos sourires.

Je vous embrasse, mes frères, et je méprise ceux qui vous persécutent.

Khalil Gibran

 

Étiquettes : , , , ,

Blowing in the wind (Soufflé Dans Le Vent)

Combien de routes un homme doit-il parcourir
Avant que vous ne l’appeliez un homme ?
Oui, et combien de mers la colombe doit-elle traverser
Avant de s’endormir sur le sable ?
Oui, et combien de fois doivent tonner les canons
Avant d’être interdits pour toujours ?
La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent,
La réponse est soufflée dans le vent.

Combien d’années une montagne peut-elle exister
Avant d’être engloutie par la mer ?
Oui, et combien d’années doivent exister certains peuples
Avant qu’il leur soit permis d’être libres ?
Oui, et combien de fois un homme peut-il tourner la tête
En prétendant qu’il ne voit rien ?
La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent,
La réponse est soufflée dans le vent.

Combien de fois un homme doit-il regarder en l’air
Avant de voir le ciel ?
Oui, et combien d’oreilles doit avoir un seul homme
Avant de pouvoir entendre pleurer les gens ?
Oui, et combien faut-il de morts pour qu’il comprenne
Que beaucoup trop de gens sont morts ?
La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent,
La réponse est soufflée dans le vent.

http://www.lacoccinelle.net/traduction-chanson-1972-.html Read the rest of this entry »

 
 

Étiquettes : , , , , , ,

L’ennemi

L’ennemi

Il ne vous invitera jamais chez lui
Ne répondra même pas à votre salut
Feindra ne pas vous avoir vu
Vous comblera des choses dont il ne veut plus
Et quand on a besoin d’un ami
On sait grâce à lui que ça n’existe plus

 
1 commentaire

Publié par le octobre 15, 2010 dans May aime la poésie

 

Étiquettes : , , , ,