RSS

Archives de Catégorie: May aime les enfants

Il faut dire la vérité aux enfants

Depuis leur naissance, les enfants ont besoin de paroles pour grandir harmonieusement. Ces mots, extrêmement importants, leur permettent de comprendre le monde et de lui donner du sens. Si on ne parle pas à un petit comme à un adulte, il est primordial de dire la vérité aux enfants.

Beaucoup d’adultes sont tentés de dissimuler, modifier ou adoucir la réalité face à leurs enfants. Souvent, cette attitude part d’une intention bienveillante. En effet, l’enfance paraît une période vulnérable durant laquelle les parents souhaitent épargner la dureté du monde des grands à leur progéniture. Par crainte de faire souffrir, de traumatiser ou de nuire à l’innocence, ils mentent.

 

En réalité, un enfant peut tout entendre et tout comprendre pour peu qu’on utilise un langage à sa portée. Le mensonge ou la dissimulation, qui s’apparentent à des non-dits, sont beaucoup plus néfastes à son développement psychologique qu’une vérité, même cruelle. Dans son livre « les mots », Françoise Dolto, très impliquée dans la cause des enfants, explique comment s’adresser à eux.

 

En effet, un enfant même très jeune perçoit instinctivement qu’on lui cache une information. A travers le langage non-verbal, les sous-entendus, les regards même que les adultes échangent, il devine un mystère dérangeant. Comme le montre ce témoignage d’un soignant en pédo-psychiatrie, le mensonge peut s’avérer extrêmement destructeur. Cet infirmier en centre médico psychologique raconte qu’un de ses petits patients, à qui la mère avait raconté que son père, décédé accidentellement, était « parti » en voyage, avait passé des nuits entières à la fenêtre de sa chambre à attendre son retour… Il a fallu que la mort de son père lui soit enfin signifiée pour qu’il recommence à dormir la nuit.

 

Il faut bien-sûr voir derrière ces non-dits une  souffrance et une culpabilité extrêmes face au chagrin des  enfants. Cependant, dire la vérité revient à les considérer comme des personnes. C’est un acte d’amour et de respect. Les enfants ont le droit de vivre les émotions liées à un deuil, une séparation ou un emprisonnement par exemple. Que ce soit de la douleur, de la honte ou de la haine, tous ces sentiments doivent s’exprimer.

 

La vérité dite aux enfants  s’entoure de douceur, de mots simples. Les parents ne doivent pas hésiter à montrer leurs propres sentiments. Lorsque les enfants se posent des questions sur la sexualité par exemple et qu’il est difficile pour un adulte d’aborder ce thème, il peut déléguer cette tâche à une autre personne, moins proche. C’est une très bonne façon d’éviter de tomber dans le piège de la cigogne, du chou ou de la rose… Il faut se souvenir qu’un petit est un futur adulte, qui, s’il découvre plus tard qu’on lui a caché une vérité, peut en garder une profonde rancune.

http://www.come4news.com/il-faut-dire-la-verite-aux-enfants-685776

 

Publicités
 
3 Commentaires

Publié par le novembre 26, 2010 dans May aime les enfants

 

Étiquettes : , , , , ,

Aid Moubarak mon fils

Ai essayé de te joindre sur ton natel en vain..
Espère que tu lises quand même tes mails au loin
Puisse ce jour concrétiser tous tes rêves lointains
Puisse-t-il t’apporter bonheur santé et chance dès le matin

A l’aube d’un jour nouveau, oui encore un
Si semblable aux autres, si banal sauf par la fin
Sauf par la faim, vaincue et terrassée. Mais pas seulement, enfin.
Si différent et si unique, festin en vue, oui mais le butin.

Un jour spécial mais seulement et uniquement pour certains
Inconnus, anonymes ou simplement voyageurs pèlerins
Marcheurs sur tous sentiers, marcheurs et tous desseins
Promeneurs sur les jardins de la vie, accomplissant le destin

Seuls dans la foule, seuls sur leur chemin
Parmi les hommes, bien dans leur monde, n’en faisant qu’un
A l’abri du dogme ou la doctrine du croyant sain
A l’ombre de la vie, une vie dure frisant le saint.

Pourtant marcher il faut le faire et marcher loin
Se battre et durer pour la vie, oui c’est malin
Pour se idées, ses idéaux et ses valeurs sans faire de foin
Pour exister, et s’imposer en tant que soi, oui c’est certain.

Seul bien entouré un jour d’Aïd , c’est le destin
Fais en une force, une énergie , sois pas mesquin
Allah est grand et nous englobe de sa bonté, décret divin
Et je suis là par la pensée, te souriant, tendant la main

Petit mot pour dire qu’on ne t’oublie pas, point de festin
Ce jour est triste , il devrait pas mais , ile est vide plutôt que plein
Vide de joies, vide de sens, de chaleur humaine, ces pieux besoins
Seuls quelques liens permettent encore sa survie en quelques seins.

Aïd Moubarak mon fils et ta santé prends en grand soin
Trace bien ta vie, et éclaire la par ton salut, là est le chemin
Rappelle toi que pour vivre un jour, il faut d’abord penser demain
Aïd Moubarak et tous mes vœux maternels en doux refrain.

A Maimoune, 2010
 
 

Dyslexie…l’instruction auditive..un espoir?!

Cela fait bientôt 6 mois que j’ai appris que mon adorable adolescente était auditive, à 16 ans.

Des fautes d’orthographe à n’en plus finir, des incertitudes sans raisons significatives et un mode d’apprentissage purement auditif, mais certainement pas exclusif, m’ont conduite à la faire dépister par une orthophoniste.

Aujourd’hui, le constat est dressé, le diagnostic posé.

Restent les  méthodes , les techniques,  les solutions.

Possiblement ex-dyslexique moi même ou simplement auditive, pourtant très visuelle, je ne peux lire ni comprendre des pavés scientifiques ou littéraires de plus de 100 pages et encore.

Résolument orientée raisonnement, la seule méthode d’apprentissage valable pour moi est exclusivement sur le mode interactif.

Je ne suis pourtant pas dyslexique avec mes zéros fautes en dictée, mes 20/20 en maths et ma fluidité précoce en lecture.

Pourtant auditive, je le suis…un sacré..secret…handicap.

May… je ne sais que faire…

Pourtant la littérature audio existe bel et bien déjà

http://www.litteratureaudio.com/

Quoique hautement philosophique.

 

Charmantes..les ados

Et voilà…

Fraichement poète amateur,poète à mes heures, après la philosophie, le journalisme et ce n’est pas fini… j’ai écrit un poème dans lequel je m’excusais de mes immanquables manquement aux règles de la  poésie n’étant pas lettrée mais scientifique de formation.

La poésie, vous savez c’est ma grande passion.

Mais la perfectionniste que je suis n’a jamais vraiment eu le temps de s’y essayer.

Vous m’en direz tant.

M’a  fallu les cheveux blanc,

L’ennui et le temps,

Certains désagréments

Et puis un peu pourtant

Cette chance qui me manquait tant.

Une potion de vers

C’est si doux à mon cœur

D’écrire à mes heures.

La vie et ses leurres

Chouette. Je suis poète

Heureuse et satisfaite.

Après boeuf et charette

Voilà c’est chose faite.

Je pourrais écrire longtemps

Mais ou trouver le temps

De consigner  autant

D’émotions et de tons.

Mon Dieu que vais-je faire

De ce don, de ces vers

Du talent,de ses revers

De la vie ,de ses mystères

Il va falloir pourtant

Assumer la mission

De parler en mon nom

Raconter mes tourments

Mais pourquoi si personne

N’a  de temps pour personne

N’a de respect pour l’automne

Ne peut changer la donne

Peut être donner le fil

A un monde en péril

Désormais  puéril

Perdu entre face et pile

Qui sait si des ces mots

Ne peut germer le beau

Le saint et le héros

La vie le renouveau

Comme vous le voyez, je n’arrive plus à parler qu’avec des rimes….mais  mes charmantes ados…n’ont pas manqué de me faire remarquer que  c’en était trop…répétitif…snif…!

D’où effort..prenez acte..!

A mes chipies.

 
2 Commentaires

Publié par le avril 18, 2010 dans May aime la poésie, May aime les enfants

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Un enfant

Un enfant,
Ça vous décroche un rêve
Ça le porte à ses lèvres
Et ça part en chantant
Un enfant,
Avec un peu de chance
Ça entend le silence
Et ça pleure des diamants
Et ça rit à n’en savoir que faire
Et ça pleure en nous voyant pleurer
Ça s’endort de l’or sous les paupières
Et ça dort pour mieux nous faire rêver

Un enfant,
Ça écoute le merle
Qui dépose ses perles
Sur la portée du vent
Un enfant,
C’est le dernier poète
D’un monde qui s’entête
A vouloir devenir grand
Et ça demande si les nuages ont des ailes
Et ça s’inquiète d’une neige tombée
Et ça s’endort, de l’or sous les paupières
Et ça se doute qu’il n’y a plus de fées

Mais un enfant
Et nous fuyons l’enfance
Un enfant
Et nous voilà passants
Un enfant
Et nous voilà patience
Un enfant
Et nous voilà passés

Jacques Brel 1968

 

Étiquettes : , , ,

May veut divorcer


Voilà …c’est fait..j’ai demandé le divorce.

la vie conjugale est devenue plus que difficile , douloureuse…impossible.

Pour des raisons éthiques et pour protéger les enfants, je souhaite une séparation à l’amiable.

Pour cela , je suis ..obligée…de vivre encore un mloment sous le meme toit avce celui que je considére déja comme..mon ex mari.

je ne vous cache pas que rien que l’idée me rend malade, me fait peur….

Il me faut absolument une tierce personne , avec ..nous .

Il serait plus sage et plus raisonnable d’obtenir une séparation à l’amiable, dans l’intérêt de tous et surtout les enfants.

Je les ai toujours protégés jusque là, jouat la carte du couple parental.

Aujourd’hui, c’est fini.

A Dieu nous appartenons et à Dieu nous revenons

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

10 bonnes raisons pour ne pas faire ses devoirs