RSS

Archives de Catégorie: May aime la psychologie

Enfant de la vie

Allez tranquillement parmi le vacarme et la hâte et souvenez-vous de la paix qui peut exister dans le silence.

Sans aliénation, vivez, autant que possible en bons termes avec toutes les personnes. Dites doucement et clairement votre vérité.

Écoutez les autres, même les simples d’esprit et les ignorants, ils ont eux aussi leur histoire.

Évitez les individus bruyants et agressifs, ils sont
une vexation pour l’esprit.

Ne vous comparez avec personne : il y a toujours plus grands et plus petits que vous. Jouissez de vos projets aussi bien que de vos accomplissements. Ne soyez pas aveugle en ce qui concerne la vertu qui existe.

Soyez vous-même.

Surtout, n’affectez pas l’amitié. Non plus ne soyez pas cynique en amour car, il est, en face de tout désenchantement, aussi éternel que l’herbe. Prenez avec bonté le conseil des années en renonçant avec grâce à votre jeunesse. Fortifiez une puissance d’esprit pour vous protéger en cas de malheur soudain.

Mais ne vous chagrinez pas avec vos chimères. De nombreuses peurs naissent de la fatigue et de la solitude.

Au delà d’une discipline saine, soyez doux avec vous-même. Vous êtes un enfant de l’univers, pas moins que les arbres et les étoiles. Vous avez le droit d’être ici. Et, qu’il vous soit clair ou non, l’univers se déroule sans doute comme il le devait. Quels que soient vos travaux et vos rêves, gardez dans le désarroi bruyant de la vie, la paix de votre cour. Avec toutes ses perfidies et ses rêves brisés, le monde est pourtant beau.

Tachez d’être heureux.

Source: Max Ehrmann, 1927

 

L’Aura : définition, couleurs et interprétations

L’Aura humaine est à la fois un champ énergétique et le reflet des énergies vitales du corps. Ces énergies font de nous ce que nous sommes, et à leur tour elles sont affectées par notre environnement et notre style de vie. L’Aura reflète notre santé, notre caractère, notre activité mentale et notre état émotionnel. Elle montre aussi la maladie – souvent bien longtemps avant le début de symptômes. L’Aura est une enveloppe énergétique de couleurs variées et de forme ovoïde qui entoure le corps de tout organisme vivant. Chez l’homme, l’Aura est constituée de plusieurs couches où circule l’énergie vitale. Chaque couche interagie avec le corps physique à travers les chakras. On compte sept corps énergétiques principaux qui émettent des vibrations énergétiques distinctes. Ils enveloppent le corps matière de couches successives à l’instar de poupées russes, devenant ainsi un champ énergétique de plus en plus vaste. Les trois premières couches représentent l’énergie du corps physique, la quatrième le corps astral, et les trois couches supérieurs les vibrations énergétiques du corps spirituel.

Les différentes couches de l’Aura

Le corps éthérique : Il est le reflet exact du corps physique sur le plan subtil. Ce corps est chargé de notre énergie vitale, celle qui se densifie pour former la matière…

Le corps émotionnel : C’est notre seconde enveloppe énergétique. Il est associé aux sentiments et aux émotions que nous éprouvons.

Le corps mental : C’est le siège de la pensée, de l’imagination, du raisonnement, de l’inné et de l’acquis. Il est la transition entre le plan de matière et ceux de l’esprit.

Le corps astral : Il est comme un « double » ; échappant à la pesanteur terrestre, pouvant adopter n’importe quelle forme et traverser toute structure solide.

Le corps causal : Il porte l’empreinte de toutes les causes et les effets des événements de notre vie (de toutes nos vies…). C’est à ce niveau qu’intervient la notion du Karma.

Le corps spirituel : C’est la conscience d’être unifié, en lien avec tout ce qui existe. Quand nous parvenons à ce point d’existence, nous sentons que nous sommes connectés à tout l’univers. Nous voyons la lumière et l’amour dans tout ce qui existe.

Le corps divin : Sur ce plan, nous atteignons la conscience que nous sommes UN dans le TOUT et TOUT dans l’UN…

L’Aura et la vitalité : La composition de l’Aura varie d’un individu à l’autre. Une personne en bonne santé à une Aura plus développée qu’une personne en fin de vie. Lorsque l’Aura est affaiblie, elle est incapable de conserver toute son énergie. Il est possible de fortifier une Aura faible par la pensée positive, la méditation, la chromathérapie…

Les couleurs de l’Aura

Rouge : Dans l’aura éthérique, le rouge a la plus basse vibration visible. Sa nature est double : dans sa forme positive, lorsqu’il est clair et brillant, il représente l’énergie, la chaleur et la vitalité. Ses aspects négatifs vont de la révolte à l’esprit querelleur, la colère, la malice, l’esprit de destruction et la haine. Très sombre, le rouge indique l’égoïsme et le manque de noblesse. Un rouge profond est généralement le signe de la passion. Lorsqu’il devient boueux, la passion devient malsaine et pernicieuse. Le rouge teinté de brun indique la peur et, lorsque le brun s’assombrit et devient noir, la méchanceté. Avec un reflet jaune, le rouge montre les désirs et le émotions incontrôlés. Un rouge léger indique un tempérament nerveux et, plus clair et plus brillant, il exprime la vitalité, la générosité et la santé matérielle. Des reflets rosés démontrent l’affection filiale et l’amour du foyer, alors que le rouge qui tourne au rose exprime le bonheur et la tendresse.

Orange : Dans sa nuance la plus claire, l’orange indique l’énergie et la vitalité. Lorsqu’il tend vers le rouge, il semble signifier l’égocentrisme.

Jaune : Le jaune est la couleur de l’intellect. Terne, il indique l’intellect de nature mondaine. Plus brillant, s’approchant de l’or, il indique une élévation de l’intellect qui est alors purifié par l’esprit. Un jaune sale ou boueux indique la ruse, l’avidité et l’égoïsme. Vert : Le vert est la couleur de l’équilibre, la couleur du cœur. Le vert émeraude, clair et brillant, est la couleur de la guérison. Une grande quantité de vert émeraude dans l’aura d’un individu indique son intérêt ou son engagement dans l’art de la guérison. Le vert est la couleur central du spectre lumineux, à mi-chemin entre les extrêmes, le rouge et le violet, aussi indique-t-il par sa présence dans l’aura d’une personne l’équilibre, l’harmonie et la souplesse. Clair il indique l’harmonie, la paix et une affinité avec la nature et le grand air. Dans sa forme négative, il indique un profond égoïsme. Lorsqu’il est sale et boueux, il exprime la tromperie et l’avidité. Lorsqu’il devient brunâtre, il indique la jalousie.

Bleu : La couleur bleue a toujours été associée aux sentiments religieux et à la compréhension intuitive. De même que le vert est associé à la guérison et au cœur, dans sa forme la plus élevée, le bleu est lié au troisième œil, à l’inspiration et au niveau supérieur de l’intellect. Il est une des premières couleurs que voit le guérisseur spirituel. Lorsqu’il devient plus profond et tourne à l’indigo, il signifie un caractère dévot et un esprit profondément religieux. Dans son aspect négatif, mêlé de brun ou de noir, il marque une perversion des sentiments religieux, une fascination pour le côté sombre de la spiritualité.

Violet : Le violet, combinaison du rouge et du bleu, indique un pouvoir et des idéaux spirituels encore plus élevés. Ceux qui ont du violet dans leur aura sont les plus avancés dans leur évolution spirituelle. C’est la couleur de la royauté et elle indique la noblesse de caractère. Dans l’aura, le violet est un agent d’isolation et de purification. On ne le trouve pas couramment. Il vient des royaumes supérieurs et on le voit seulement chez les maîtres spirituels et chez les adeptes. Lorsqu’il se nuance en mauve lavande, il dénote une haute spiritualité ainsi qu’une bonne vitalité. Lorsqu’il se rapproche du lilas, il exprime un caractère altruiste et compatissant. Le violet apparaît d’abord au-dessus de la tête, dans une forme ovoïde qui entoure le chakra de la couronne. Lorsque l’adepte évolue, il rayonne à partir de là en remplissant l’aura toute entière de sa lumière.

Indigo : Cette couleur correspond à une spiritualité élevée et à une recherche assidue des vérités authentiques. Elle peut être signe de changement. L’indigo est la couleur de la compassion, du calme et de la sérénité.

Rose : Cette couleur est associée au raffinement, à la modestie, à la solitude délibérément choisie. Couleur du corps émotionnel, des attitudes de dévotion, de l’amitié et de l’amour physique, le rose agit sur le système nerveux, revitalise le corps éthérique par le truchement du corps émotionnel. Il accroît la volonté de vivre.

Noir : Le noir indique la malveillance et la haine. Il est associé aux mauvaises actions, à la discorde, aux pensées malsaines, c’est la plus mauvaise des couleurs dans une aura.

Blanc : Le blanc est la synthèse de toutes les couleurs. Il indique une intégration complète et la capacité d’union. C’est la couleur de la conscience christique, la couleur du « JE SUIS ». C’est la couleur de la perfection spirituelle et on ne le trouve que chez ceux qui ont accompli l’union et atteint l’illumination.

Les couleurs de l’Aura ne sont pas constantes, elles varient selon notre état de santé, notre humeur, et également suivant notre élévation spirituelle. Il ne faut donc pas s’étonner des variations de goût en matière de couleurs que ce soit pour votre décoration intérieure et surtout pour votre habillement. Le mental et l’Aura sont étroitement liés. Retenons que même si l’Aura comporte plusieurs couleurs qui se confondent et se mélangent, il y a cependant une couleur dominante.

Les champs d’action de l’Aura : la sympathie envers une autre personne vient du fait que la couleur de votre Aura et de la sienne sont en harmonie. En amour, lorsqu’on parle du coup de foudre, il s’agit d’un phénomène de vibrations auriques. L’antipathie ou l’aversion envers une personne sont dûes à une trop grande différence de vibrations et de couleurs.

L’aura change de couleur au gré de nos émotions et de nos humeurs : nous sommes des êtres humains et nous pouvons pas tout contrôler et nous ne devons d’ailleurs pas tout contrôler. Il faut savoir laisser sortir ses émotions, il faut les exprimer car elles sont sources de maux divers dûs à une intériorisation qui favorise la somatisation. Les douleurs corporelles expriment bien souvent des douleurs morales non dites. Un exemple simple, mal au dos = « plein le dos ». Exprimez-vous le plus souvent possible, osez dire « non », osez le bonheur personnel et cultiver la pensée positive. Lorsque votre être sera en harmonie avec lui-même, votre Aura rayonnera et ses vibrations seront très bénéfiques pour votre entourage.

Auteur

  • Athena

 

Source

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

L’amour maternel favoriserait la croissance d’une région du cerveau

Selon des chercheurs américains, l’amour maternel favorise la croissance de l’hippocampe de l’enfant, une région du cerveau liée aux capacités d’apprentissage, de mémorisation et impliquée dans la gestion du stress.

Amou mère Cerveau

Des chercheurs américains de l’Université de Washington, publiés dans le National Academy of Sciences, ont indiqué que la taille de l’hippocampe d’un enfant pouvait varier de plus de 10%, en fonction du degré d’amour et d’attention porté par sa mère. La taille de l’hippocampe est directement liée à la capacité d’apprentissage et de mémorisation. Elle est aussi très sensible au stress et est la première région atteinte lors du développement de la maladie d’Alzheimer. …

L’étude, menée par des pédo-et/ou-neuro-psys de l’Université de Washington, a impliqué 92 enfants de 3 à 6 ans, suivis pendant plusieurs années. En sus de l’imagerie cérébrale, elle a consisté à simuler quelques épisodes de la vie réelle et à mesurer l’attitude des mères envers leur enfant dans des situations bien précises, créées de toutes pièces. Plus ou moins attentionnées, plus ou moins aidantes, plus ou moins impliquées…

Les non dépressifs ont la plus grosse

Résultat : l’échantillon non dépressif de la cohorte (les bambins avaient participé à une autre étude sur la dépression infantile), composé de 51 enfants, a montré que les enfants soutenus et aimés développaient des hippocampes plus gros de presque 10% que les autres. Un résultat qui conforte les précédentes études réalisées sur les animaux. Mais ce résultat s’inverse (-6%) pour les (41) enfants dépressifs, qui présentent néanmoins fréquemment des débuts de désorganisation neurologique. Selon les chercheurs, il ne faudrait donc pas s’arrêter à cela. Simple effet de bord ou vraie découverte ? …

Aimez-vous les uns et les autres

« Le soutien parental, en particulier dans la petite enfance, est une force très très puissance […] Je pense que les implications en termes de santé publique sont telles que nous devrions accorder plus d’attention au soutien parental (*), et nous devrions faire ce que nous pouvons au niveau de la société pour encourager ces compétences parce qu’il est évident que ce soutien a un impact très, très important sur le développement ultérieur » a conclu le Dr. Joan Luby, auteur de l’étude.

(* nurturing en angliche dans le texte : acte de nourrir de façon générale, y compris d’amour et d’attention)

[Sources : news.wustl.edu, psychcentral.com, cbsnews.com, medicalnewstoday.com, ]

(Article publié sur le site « Les mots ont un sens »)

 

 
2 Commentaires

Publié par le février 7, 2012 dans May aime la psychologie, May aime les enfants

 

Étiquettes : , , , ,

Le journal intime

Une façon pour nous aider a faire des réflexions sur notre vie, une marche suivre pour écrire un journal intime qui ne sera lue que par nous … et relire de temps a autre pour mieux nous comprendre … et revoir les moments de bonheur et s’apercevoir que les moments plus difficile nous avons réussit a passer au travers
Nuage

Le journal intime


La vérité d’un homme, c’est d’abord ce qu’il cache. André Malraux

«Écrire un journal de bord ? Mais c’est pour les adolescentes !»

C’est vrai, bien des adolescentes s’adonnent à cette activité car elle est saine et ressourçante.

Elles le font spontanément, par besoin de déposer sur le papier des émotions, des joies, des peines, des questionnements et des réponses.

Les adultes aussi en ont besoin et il n’y a pas d’âge pour écrire ses petits bonheurs et ses douleurs dans un cahier intime que personne d’autre ne lit.

Écrire dans son journal aide à se recentrer, à se poser les vraies questions et à découvrir petit à petit les réponses au fil des jours et des écrits. Écrire pour soi, en effet, permet de mettre des mots sur des sensations, des émotions, des malaises intérieurs et de trouver des réponses. Le journal de bord accueille aussi les petits bonheurs et aide à voir quel chemin a été entrepris pour qu’ils se réalisent afin de continuer à faire grandir ces moments heureux et qu’ils se reproduisent de plus en plus souvent.

Dans le fond, un journal de bord, c’est un espace juste pour soi, un aide-mémoire où on écrit qui on est et les questions en rapport avec «pourquoi, où, qui, quoi, quand, comment ?» lorsqu’on est confus… ou simplement heureux et qu’on a envie de garder ces bons souvenirs quelque part.

Quelques trucs :

Prenez un espace pour être seul(e), où vous avez du temps devant vous et ne serez pas dérangé(e). Vous pouvez vous adresser au journal comme à une personne en qui vous pouvez vous confier en parlant en «je» ou en «tu».

Essayez de préciser le plus possible ce qui se passe en vous afin de clarifier les situations et les émotions. Le journal de bord sert à faire le point sur où on en est en ce moment. Écrire des situations confuses, des douleurs ou des questionnements permet de continuer à avancer tout en les ayant déposés. Dans l’inconscient, ceux-ci continuent de «travailler» vers des solutions.

Si vous avez quelque chose à dire à quelqu’un et que cela vous angoisse ou vous met en colère, écrivez tout d’abord à cette personne via votre journal. Cet exercice vous permettra d’être attentif(ve) à vos réactions et émotions car vous prendrez le temps de bien ressentir. Vous trouverez ainsi très probablement une façon de parler à la personne de façon constructive car vous aurez déposé la plupart des émotions vives dans vos écrits.

Finalement, le journal de bord est l’outil idéal pour déposer les découvertes et les pas de son cheminement vers soi-même, des pensées qui font réfléchir et même des dessins ou des photos. Plus tard, il se peut que vous relisiez vos anciens journaux, c’est là que vous réaliserez le chemin et les progrès que vous avez faits vers vous-même.

Idéalement, écrire chaque jour est une excellente «thérapie», surtout quand on vit des choses difficiles.

Dominique Jeanneret
Thérapeute et organisatrice d’évènements, Québec

 
1 commentaire

Publié par le octobre 19, 2011 dans May aime la lecture, May aime la psychologie

 

Étiquettes : , , , , , ,

Internet et le marché de la solitude

Ce que l’homme cherche ans son travail et la vie en société c’est d’abord un lien, c’est-à-dire quelqu’un à qui parler. D’où la revendication des jeunes agriculteurs : « On a moins d’hectares que de voisins ! » Le grand marché de demain sera celui de la solitude. Le nombre de ménages comptant une seule personne est passé de 4.8 à 7.1 millions entre les deux recensements de 1982 et 1999. Si la retraite est encore aisée, la vieillesse est déjà solitaire. D’après l’INSEE, les trois quarts des plus de 60 ans déclarent n’avoir aucune activité sociale (club, associations) ; les deux tiers ne passent jamais de séjours en famille ou chez des amis ; et une personne sur deux de plus de 60 ans se déclare isolée ou très isolée. C’est le grand paradoxe des sociétés modernes : grâce aux technologies de l’information chacun se sent plus ouvert à tous, branché sur le monde entier, mais n’a plus de prochain à qui s’adresser. Il en va souvent ainsi dans les conférences : lors des pauses, nombreux sont ceux qui s’isolent avec leur téléphone mobile pour bavarder avec ceux qui ne sont pas là au lieux d’échanger avec ceux qui sont présents ! Et certains payent fort cher pour qu’un psychanalyste les écoute ! D’autres se ventent de passer plusieurs heures par jour à papoter avec le reste de la planète via Internet, alors même qu’ils sont souvent incapables de reconnaître leur voisin de palier. Le principal avantage des cybercafés est bien de permettre à ces assoiffés de communication de parler entre eux et plus seulement à un écran. On peut obtenir le même effet en promenant son chien ! D’ailleurs, sur ce plan, la comparaison des chiffres est parlante : il y a en France près de la moitié des ménages branchés sur Internet soit autant que de possesseurs d’animal familier. La solitude interactive des ordinateurs ne remplace pas le besoin d’éponges affectives symbolisées par les huit millions de chiens et les huit millions de chats de l’Hexagone ! Bref, je continue à voir aussi dans la Toile une poubelle informationnelle. On trouve beaucoup de choses et même de tout dans une poubelle, ce n’est pas une raison suffisante pour passer son temps à les fouiller. Certes, le courrier électronique représente aussi un fantastique progrès quand il permet d’entretenir la communication malgré la distance. Mais tout ce qui est technologiquement possible n’est pas nécessairement économiquement rentable (attention aux éventuels Concorde informationnels), ni socialement souhaitable. Prenons à témoin le travail à distance et à domicile. Il est peu probable qu’il se développe au point de faire disparaître une bonne partie du travail de bureau. Plusieurs facteurs militent contre cette hypothèse maximaliste : d’une part l’actuelle physionomie du parc des logements urbains, leur exiguïté, leur inconfort et la médiocrité de leur environnement rendent peu vraisemblable leur occupation pendant des journées entières ; d’autre part, il faut bien considérer que le travail représente une socialisation et répond à un besoin de lien social qui est, de moins en moins, satisfait par ailleurs. Il n’y a pas de réponse technique ou économique à des problèmes qui sont d’une autre nature. Les grandes questions de demains seront d’abord liées aux fractures sociales et au vide spirituel d’une société où le tout économique ne suffit pas à donner un sens à la vie.

Michel GODET

Source

 

ô mon ami le pauvre

 Toi qui es né dans le berceau de la misère, as été élevé dans les bras de l’humiliation et éduqué dans les demeures du despotisme. Toi qui manges ton pain sec en soupirant et bois ton eau trouble mêlée de larmes.
Ô toi le soldat condamné par les lois injustes des humains à abandonner sa compagne, ses enfants et tous ceux qu’il aime et à partir au champ de la mort au nom de la convoitise appelée le devoir.
Ô toi le prisonnier jeté dans l’obscurité pour avoir commis une petite faute, une faute grossie par la tentation de ceux qui rendent le mal pour le mal et tenue pour étrange par la raison de ceux qui oeuvrent pour la réforme par la corruption.

Ô toi la misérable que Dieu a dotée de la beauté, le jeune de l’époque l’a vue, il t’a alors fait la cour, t’a séduite et a triomphé de ta pauvreté par l’or.  Tu t’es ainsi livrée à lui puis il t’a laissée comme une proie qui frissonne entre les griffes de l’avilissement et du malheur.

Vous, mes chers faibles, êtes des martyrs des lois de l’homme, vous êtes des malheureux et votre malheur est dû à la tentation du puissant, à la tyrannie du gouvernant, à l’injustice du riche et à l’égoïsme de l’esclave de l’appétence.

Ne désespérez pas, car au-delà des injustices du monde, au-delà de la matière, au-delà des nuages, au-delà de l’éther et de toutes choses, il est une force qui est justice, compassion, tendresse et amour

Vous êtes pareils à des fleurs qui poussent dans l’ombre: de douces brises vont bientôt souffler et emporter vos graines vers la lumière du soleil. Votre vie, là-bas, sera alors merveilleuse.

Vous êtes comme des arbres nus croulant sous les neiges de l’hiver: le printemps va bientôt venir et vous couvrir d’un feuillage vert et tendre.

Bientôt la vérité déchirera le voile de larmes qui dissimule vos sourires.

Je vous embrasse, mes frères, et je méprise ceux qui vous persécutent.

Khalil Gibran

 

Étiquettes : , , , ,

C’est quoi l’amour

On dit généralement qu’il existe un seul amour pour tous au sens propre du terme mais chaqu’un d’entre nous a une façon particulière de le percevoir ou de l’interpréter. La vision qu’on porte sur l’amour dépend parfois de notre façon de voir le monde, notre histoire, notre experience, notre âge, notre sexe ou même notre profession. A la question de savoir ce qu’est réellement l’amour quatre personnes apportent leur témoignage.

Béatrice 32 ans – assureur : elle répond depuis son bureau.

– La plupart de mes clients qui perdent leur mari ou leur femme ne s’attardent pas une semaine après l’enterrement avant de venir me voir. Cela ne veut pas dire qu’ils sont pas attristés par la perte de l’être qu’ils aimaient sans doute le plus au monde mais on peut tout de même constater qu’ils sont ravis de repartir avec le pactole de l’assurance vie. Nous travaillons avec l’amour tous les jours et je peux vous assurer qu’il est l’un de nos meilleurs partenaires. La passion serait même le terme le plus approprié en ce qui concerne mon travail. Celle qui pousse une personne à épargner les économies de toute une vie au profit de quelqu’un qui en profitera bien après elle. A vrai dire je ne connais pas un aussi grand témoignage d’amour qui puisse soutenir la comparaison. Je trouve ça génial !

Robert 42 ans – ambulancier : il répond depuis le bistrot qui se trouve en face de chez lui.

– J’aime ma femme vous savez et je pense qu’elle m’aime aussi, sinon je ne vois pas pourquoi elle serait toujours avec moi après 20 ans de mariage. Il se trouve juste que l’autre jour elle m’a annoncé qu’elle voulait me quitter pour un de ses collègue au bureau, un soi disant « comptable » à la mormoilneu. Je ne suis pas dupe je savais que quelque chose se tramait derrière mon dos, je la voyais mal se laisser absorber par son travail au point de rentrer souvent vers les 21h30. Elle m’a dit qu’elle me reconnaissait plus, que j’avait changé depuis quelque temps… ce genre de conneries. Alors pour la calmer je lui ai dit « écoute ma chérie toi aussi tu as changé, tu n’es plus la jeune fille souple et coquête que j’ai épouser il y’a 20 ans. C’est normal c’est l’âge tout le monde veillit un jour… ». Elle l’a mal pris. Je lui ai dit « ok laisse moi le temps de me reprendre en main pour commencer je vais reprendre le sport, on ira diner chaque week-end au resto et s’il le faut je demanderai trois semaines de congés pour t’accorder plus de temps ». Tu parles elle voulait rien savoir ! Je croyais qu’on aimait pour l’éternité, pour le meilleur et pour le pire comme à l’église le jour de notre mariage. Et les gosses ? Elle aurait du au moins penser aux gosses et à l’impact psychologique que ce divorce aura sur eux. Vous voulez que je vous dise ? Tout ceci n’est qu’une conspiration et elle est dans le coup Nathalie. Et qu’elle vienne pas se plaindre ici quand ce courreur de jupon l’aura foutu dehors avec un coup de pompe dans le derrière parce que c’est fini entre nous.

Jean Michel 38 ans – bijoutier : répond depuis sa bijouterie de luxe.

– La majeure partie de nos clients n’ont aucune idée de ce que c’est que l’amour avant de franchir cette porte. Une fois à l’interieur ils savent qu’ils peuvent désormais toucher du doigt l’objet de toutes les convoitises. Le symbole d’amour et de perfection absolue. Je vous présente Sophie, le seul amour au monde capable de tenir toutes ses promesses. Ce diamant rose de 20,10 carats a une allure capricieuse mais sait se monter parliculièrement docile à qui sait se montrer assez généreux pour l’amadouer. Inaltérable elle ne s’enraye jamais, elle est d’une telle finesse que même les enfants peuvent la porter et ils en rêvent. Les Grecs l’appelaient « l’invincible », les collectionneurs l’appellent « la dame de coeur ». Ne cherchez plus l’amour de votre vie elle a déjà un prix. En vérité l’amour est un business juteux qui génère des milliards. Qu’il s’agisse d’une bague pour une demande en mariage, un collier pour la fête des mères ou un bouquet de rose pour la Saint Valentin… peu importe tout est fait pour que vous dépensiez votre fric. Les seuls qui gagnent en amour ce sont les commerçant et les avocats spécialisés dans le domaine. Ceux qui le savent s’en lavent les mains, les autres chercheront toujours à comprendre.

Fred 31 ans – agent d’entretien : il répond depuis sa maison entouré de sa famille.

– C’est en regardant mon pote Julian chialer à la naissance de son premier fils que je me suis rendu compte qu’il me manquait quelque chose d’essentiel dans ma vie. En général on décide de rester célibataire plus par contrainte que par choix ou par peur de souffrir peut être. Quoi qu’il en soit c’est à partir de ce jour là que je me suis réellement rendu compte que ma vraie vocation était d’aimer et d’être aimé. Bref ma vie n’avait vraiment rien d’exceptionnel jusqu’au jour où j’ai croisé le regard de ma femme Juliette. Qui aurait cru qu’un simple rencontre dans un arrêt de bus allait bouleverser mon existence à tout jamais ? Je veux dire par là que l’amour est partout et je pense même que c’est la meilleure chose qui puisse nous arriver sur terre. C’est une bénédiction qui change des vies toutes les secondes. Pour la premières fois de ma vie je peux dire que je suis un homme comblé avec une femme et des enfant et le bonheur de les aimer et les chérir jusqu’à ma mort. Il suffit d’y croire il n’est jamais trop tard pour aimer et être aimé.

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,