RSS

Micro-puce sous-cutanée : la menace ultime pour l’humanité !

20 Août

 

La « verichip » d’Applied Digital Solution

1. Introduction :

Les puces électroniques sont aujourd’hui devenues si « banales » que nous n’y prêtons même plus attention. Elles sont partout : dans nos machines à calculer, nos ordinateurs, nos appareils ménagers etc.

Mais depuis quelques années, nous les trouvons aussi sur nos cartes de banques, voire nos cartes de sécurité sociale ou même…nos cartes d’identité ! On implante même aujourd’hui sur des animaux des micro-puces fort proches de celle dont il est question dans cet article, et qui contiennent des données médicales sur l’animal (nom,vaccinations etc.) et permettent de l’identifier, de le localiser, de le traquer et de le retrouver par satellite lorsqu’il s’est perdu ou échappé. Bref, ce qui n’était hier encore que science-fiction est aujourd’hui bien réel.

Poursuivons un peu la réflexion : si l’on est parvenu à appliquer cette technique sur des animaux, pourquoi ne pourrait-on pas en faire de même sur les êtres humains ?

C’est en tout cas techniquement et technologiquement possible. Bien sûr, il y a des règles morales, éthiques, légales, ainsi que les Droits de l’Homme (qui sont bafoués chaque jour) pour nous « protéger »… Mais ces barrières sont-elles réellement suffisantes et efficaces ???

A priori, cette hypothèse d’une micro-puce implantée à grande échelle sur des humains pourrait relever de la paranoïa… Mais après la lecture de ce qui suit, peut-être changerez-vous d’avis. Ce qui se préparait – à notre insu – a heureusement fait surface, et un scénario digne des pires cauchemars pourra donc – PEUT-ETRE ! – être évité grâce à nous, grâce à VOUS, si vous réagissez à temps ! Alors, DEBOUT ! C’est le moment ou jamais d’agir, dès aujourd’hui, pour vous, pour vos enfants et pour les générations futures, ou bien cette planète sera bientôt peuplée de zombies guidés par la volonté de ceux qui leur auront implanté la micro-puce…

A présent, lisez cet article jusqu’au bout et faites-vous votre propre opinion. Le choix vous appartient… J’espère cependant que vous déciderez de bouger, car les choses dont nous allons parler se passent ICI et MAINTENANT ! Vous pourrez également vérifier le contenu de cet article en vous rendant sur des sites web se référant au sujet dont il est question ici.

2. Histoire de la micro-puce sous-cutanée pour humains :

 

La micro-puce sous-cutanée pour humains (que nous appellerons aussi « microchip » dans ce document) ne date pas d’hier ; cela fait plus de 30 ans que l’on travaille dessus, comme le montre le témoignage du docteur Sanders.

Le docteur Carl W. Sanders est un ingénieur en électronique et un inventeur qui a travaillé auprès de nombreuses organisations gouvernementales et de compagnies telles que IBM, General Electric, Honeywell et Teledyn. Durant 32 ans, il a œuvré dans le domaine bio-médical, mettant au point des micro-puces.

En 1968, il participe à un projet de recherche concernant un pontage spinal, afin de soigner une dame dont l’épine dorsale était endommagée. Le but était de trouver une solution pour relier les nerfs moteurs etc. Ce projet aboutit à la création d’une micro-puce (« microchip », en anglais) qui se recharge de façon autonome grâce aux changements de température du corps humain, ce qui lui donne une durée de vie pratiquement illimitée. Pour ce faire, elle possède un circuit de rechargement thermo-électrique, ainsi qu’une petite pile au lithium (pile rechargeable). Il est intéressant de noter ici qu’en ce temps-là, le lithium était à beaucoup utilisé, notamment par la NASA. Il fut confirmé au Dr. Sanders par un docteur du Centre Médical de Boston que si la micro-puce venait à se briser dans le corps humain, cela provoquerait une grave plaie, douloureuse et remplie de pus. Mais « on » décida malgré cela d’utiliser une pile au lithium pour la micro-puce…

On découvrit, après plus d’1,5 millions dépensés dans ce but, que les 2 endroits du corps humain où la température change le plus rapidement sont le front (juste en bas de la naissance des cheveux) et le revers de la main. Par suite de considérations financières (la puce ne « rapportait pas assez »), il fut signifié aux responsables du projet qu’ils devaient trouver de nouvelles applications pour cette puce

Comme il avait été remarqué que le changement de fréquence de la micro-puce avait des effets sur le comportement une fois qu’on l’avait implantée dans le corps, « on » orienta les recherches sur la possibilité de modifier le comportement humain à l’aide de la micro-puce. Cette dernière pouvait diffuser un signal qui stimulait certaines parties du cerveau. On pouvait, par exemple, augmenter le taux d’adrénaline, ce qui provoquait un changement de comportement…

De plus, selon les découvertes effectuées par Karl Sanders et son équipe, le contrôle des naissances peut être effectué via l’utilisation de la puce qui arrête le rendement de la glande pituitaire (= hypophyse), ce qui produit une ménopause instantanée.  Ceci a été examiné en l’Inde et dans d’autres secteurs du monde.  Le but des puissances contrôlant le monde est de réduire la population globale de 90% :  une taille qui, selon eux, est contrôlée plus facilement.

Lors d’une réunion devant des membres de la C.I.A. et d’importantes personnalités telle que Henry Kissinger (ancien secrétaire d’Etat américain partisan d’un Nouvel Ordre Mondial et au passé plus que douteux ; sous le président Nixon, il supervisa personnellement les opérations majeures de la C.I.A. et du F.B.I., et il dirigea les chefs d’état-major de l’armée), on fit remarquer au Dr. Sanders que, pour pouvoir contrôler un peuple, il fallait d’abord pouvoir l’IDENTIFIER.

Il fallut donc encore une fois réorienter le projet et ajouter à la micro-puce la faculté d’emmagasiner (et de restituer) des données qui pourraient inclure le nom et le visage de la personne, son numéro de sécurité sociale (avec les codes internationaux), ses empreintes digitales, sa description physique, la généalogie de sa famille, son adresse, son occupation, des informations concernant ses rapports d’impôt et son dossier médical. La « restitution » des données peut se faire à l’aide d’un scanner spécial qui analyse et traite les données contenues dans la puce…

A l’époque, le Dr Sanders travaillait pour la compagnie Lucent Technologies. Il baptisa sa micro-puce sous-cutanée pour humains la #BT952000 (le signe « # » signifie « numéro » en anglais et remplace notre signe « n° »). Lors de l’invention et de la mise au point de la puce #BT952000, l’ordinateur que Sanders utilisait était un « Data-Net 30″… Cet ordinateur possédait déjà un nom à 18 bit, 3 groupes de 6 bit, pour être précis. Sanders (qui n’était pas croyant à l’époque ni ne prêtait attention aux nombres etc.), utilisa aussi, par logique et facilité, un nom correspondant à 18 bit, divisés en 3 groupes de 6 bit (6,6,6)… Par après, le Dr Sanders a réalisé qu’on l’avait trompé et qu’il avait en définitive participé à l’élaboration d’une horreur indicible, peut-être même la « marque de la Bête » dont il est question dans l’Apocalypse de St Jean (voir paragraphe 6 de cet article). Devenu croyant depuis, il parcourt le monde pour mettre les gens en garde contre ce genre de technologie… 

Deux types de scanners destinés à restituer les données de la micro-puce sous-cutanée pour humains : à gauche, le modèle portatif, à droite, le modèle « portique »…     

Parmi ses composantes, la micro-puce possède un émetteur-récepteur qui envoie un signal numérique à base de pulsions transmettant 85 éléments de données. Il émet aussi, à intervalles réguliers, un signal analogue créé numériquement. Utilisé comme un relais, ce signal envoie des informations essentielles, servant éventuellement à localiser le porteur. Le porteur de la microchip devient donc une « antenne vivante » pouvant être repérée à tout moment par satellite !!!

Le docteur Sanders assista à 17 réunions à travers le monde (dont Bruxelles et le Luxembourg) où ces sujets furent discutés dans l’esprit d’un gouvernement mondial et d’une monnaie mondiale. (Avant de pouffer de rire à l’idée d’une monnaie mondiale, regardez l’évolution en Europe, par exemple : les monnaies nationales ont été remplacées par une monnaie supranationale (cf. l’euro); de plus, jetez donc un coup d’oeil au projet « Terra » que le Da Vinci Institute et le Future of Money summit nous préparent, car il s’agit clairement d’un projet de monnaie unique. Pour plus de renseignements à ce sujet, rendez-vous sur http://www.paroledevie.org/base/articles/html/A278_terra.htm ou sur http://www.futureofmoneysummit.com/terra-project.php ).

Se rendant compte des possibilités terrifiantes de la micro-puce, Carl Sanders, après avoir terminé le projet, décida de faire de la prévention et d’avertir les populations des dangers que représente la micro-puce. Cette micro-puce, grâce à la miniaturisation, ne mesure pas plus qu’un grain de riz, contient 250.000 pièces et peut être implantée sous la peau à l’aide d’une seringue hypodermique et sous anesthésie locale.

L’une des premières micro-puces d’identification fut le transpondeur TX1400L de la société Destron (brevets U.S. 4730188 et 5041826), initialement conçu pour les animaux MAIS dont la littérature disait « bien que conçu pour être injecté dans des animaux, ce transpondeur peut être utilisé pour d’autres applications exigeant une micro-étiquette d’identification » !

Le Dr Daniel Man fut le premier détenteur d’un brevet aux USA pour un implant à utilisation sur l’être humain. Il s’agissait de retrouver les enfants perdus ou enlevés

Jack Dunlap, un entrepreneur d’Arizona, proposa le système KIDSCAN. Ce système était supposé suivre les enfants munis de la puce d’identification qui aurait envoyé des signaux aux satellites… Ce système ne vit cependant (heureusement) jamais le jour… Mais aujourd’hui, des systèmes similaires existent, y compris pour les enfants ! Nous allons le voir dans la suite de cet article.

Par ailleurs, les enfants ont TOUJOURS été une priorité et une cible particulière dans le développement des micro-puces sous-cutanées pour humains. La raison en est expliquée dans le point 5 (Comment « on » essaiera de nous faire accepter cette maudite micro-puce).

Implantée sous la peau à l’aide d’une seringue hypodermique et sous anesthésie locale…

3. Et aujourd’hui ?

A l’heure où la médecine utilise la micro-chirurgie et commence à utiliser de petites « pilules électroniques » photographiant notre corps de l’intérieur (voyez à ce sujet le site http://www.givenimaging.com et renseignez-vous sur la pilule-caméra M2A) ; à l’heure où l’on parle de plus en plus de « nanotechnologie » (technologie miniaturisée jusqu’à une échelle pratiquement microscopique) ; alors que la pilule abortive est en vente dans les pharmacies, que les implants contraceptifs sont utilisés et que certaines expérimentations génétiques sur les embryons ont été adoptées ; alors que les expériences de clonage ont débuté, alors que l’on commercialise massivement des téléphones cellulaires (G.S.M.) dont les ondes et la fréquence se révèlent dangereuses pour la santé, que constatons-nous ?

– Tout d’abord, nous avons été amenés progressivement à adopter les codes-barres, puis les puces électroniques sur nos cartes (bancaires, de sécurité sociale, voire même d’identité pour certains pays – la nouvelle carte d’identité belge en est un exemple), et enfin les micro-puces implantées sous la peau de nos animaux domestiques, et appelées « transpondeurs » pour l’occasion.

La question étant : quelle sera la prochaine étape ???

– Ensuite, nous possédons à présent des systèmes performants d’orientation ou de repérage par satellite (les antennes relais et le système GPS – Global Positioning Satellite – par exemple)

– Nos découvertes en matière d’armes chimiques, bactériologiques ou nucléaires ont nettement progressé

– Les systèmes gouvernementaux et leurs institutions ont dépassé le simple cadre de l’Etat-nation et sont de plus en plus basés sur des conglomérats internationaux (O.N.U, O.M.C., O.C.D.E., F.M.I., banque mondiale) que l’on sent devenir de plus en plus mondiaux

– L’économie prime sur énormément de choses et connaît le phénomène de la « mondialisation » ou « globalisation », avec une hégémonie d’entreprises multinationales dont le pouvoir est tel qu’il dépasse parfois celui de certains pays

Les médias disposent d’un pouvoir d’impact énorme sur les masses ; les systèmes de transmission et d’information sont plus rapides que jamais.

Mais au fait, quoi de neuf au niveau de la micro-puce ?

Eh, bien ! Aujourd’hui, la micro-puce fait partie de ce que l’on appelle les technologies « RFID » (Radio Frequency Identification Devices ou « dispositifs d’identification par radiofréquence »).

Sachez qu’aux Etats-Unis, il est possible depuis la fin de l’année 2002 pour tout citoyen de se faire implanter la puce, et ce pour la « modique » somme de 200 dollars !!! En effet, la firme A.D.S. (Applied Digital Solutions Inc.), via sa filiale « Verichip », a été autorisée à commercialiser sa microchip, qui porte également le nom de « verichip ». La « verichip », dans sa configuration actuelle, fonctionne de la même façon que les portables que nous connaissons bien, avec les antennes relais et le système GPS (satellite). Son porteur devient ainsi totalement repérable depuis l’espace. Si vous croyez que ceci est une mauvaise blague, allez donc visiter le site suivant : http://www.adsx.com

En outre, cette micro-puce possède un numéro de série unique à 18 chiffres, et ce numéro est divisé en trois groupes de 6 (6,6,6 … cela vous rappelle-t-il quelque chose ?).

« Mais où est le problème ? », penserez-vous, puisque ces braves gens ont choisi cette option en toute liberté de choix ? Et bien le problème, il se situe ici : il existe des projets de loi devant le Congrès américain qui permettront d’injecter la micro-puce aux enfants dès leur naissance, soi-disant « à des fins d’identification ». De plus, le président des U.S.A., selon l’article 100 de la loi sur le contrôle de l’immigration de 1986, a le pouvoir de décider toute forme d’identification qu’il juge nécessaire, y compris une micro-puce insérée sous la peau. La microchip a déjà été utilisée lors de la Guerre du Golfe en août 1991 ; elle a déjà été testée et implantée sur des militaires, des employés du gouvernement et sur du personnel d’entreprise.

Toujours aux U.S.A. , l’ex-ministre de la justice (qui est aussi un général), John Ashcroft, a permis ces dernières années le développement de « camps d’internement pour civils » . Dans une vidéo dénommée « Gulag   USA », il a été prouvé que ces camps regorgent d’instruments de torture, mais aussi que l’on projette d’y utiliser des dispositifs permettant d’implanter les prisonniers avec la micro-puce sous-cutanée pour humains !!! Durant la seconde guerre mondiale, les nazis « marquaient » les prisonniers à l’aide de tatouages à l’entrée des camps… Aujourd’hui, les USA, dans ces camps pour civils, marqueraient les prisonniers (des civils !) avec des micro-puces sous-cutanées afin de les identifier et de suivre leur moindre mouvement !

Plus inquiétant encore : tout dernièrement, la presse indépendante U.S. a signalé l’existence d’un projet qui rendra obligatoire le « puçage » des sans domicile fixe dans 5 Etats, dont New York et la Californie ! On va donc commencer à rendre cette micro-puce sous-cutanée pour humains OBLIGATOIRE, et en commençant par les parties les plus faibles de la population !

Le faux prétexte invoqué effectue un amalgame entre les SDF et les criminels (les SDF sont « facilement criminalisables ») !!!

La Food and Drugs Administration (organe officiel chargé d’étudier tous les médicaments, de les valider ou de les réfuter pour le marché américain) à donné la permission à la verichip d’être utilisée dans les hôpitaux U.S. à des fins médicales, et ce alors même que cet ignoble implant représente de façon certaine des dangers pour la santé (voir au point 4) !!!

Question : qui, au cours de sa vie, ne se rend pas au moins une fois à l’hôpital ? Si l’on commence à « pucer » les malades dans les hôpitaux à de prétendues fins de « monitoring médical », c’est toute la population qui risque d’y passer tôt ou tard !!!

La Food and Drugs Administration vient aussi de classifier définitivement la verichip comme étant  un « dispositif médical de classe II requérant des contrôles spéciaux » !

Des « intellectuels » et des patrons américains commencent à se faire « pucer »

Et la verichip commence à être employée dans les hôpitaux américains ! Par exemple, le centre médical de Beth Israel Deaconess basé à Boston a installé dans sa salle des urgences des scanners/lecteurs de micro-puces verichip, et s’apprête à pucer les patients !!!

Toujours aux U.S.A. , un bus appelé le « Chipmobile » sillonne les différents états, en encourageant les gens à se faire pucer ! Et lorsqu’ils trouvent un endroit où de nombreuses personnes inconscientes sont intéressése et souhaitent se faire pucer, les dirigeants de Verichip Corp. font construire un centre Verichip pour diffuser la puce et son influence !

Enfin, en ce qui concerne les dernières nouvelles alarmantes en provenance des U.S.A. , un ancien gouverneur et ministre de la santé sous George W. Bush, Tommy Thompson, vient d’être nommé au sein du conseil de Applied Digital Solutions et devrait se faire pucer d’ici peu de temps.

MAIS LE PLUS GRAVE, C’EST QU’IL VIENT DE DEPOSER (juillet 2005) UN PROJET DE LOI QUI, S’IL EST ADOPTE, PERMETTRAIT QUE TOUS LES CITOYENS AMERICAINS SOIENT PUCES !!!

En septembre 2005, suite à l’ouragan Katrina, Verichip Corporation a pucé les cadavres des victimes de cette terrible catastrophe naturelle. Encore un peu de pub gratuite pour les crapules de chez Verichip… En outre, des stocks de micro-puces sous-cutanées pour humains ont été effectués en Louisiane et au Mississipi, soi-disant « au cas où il y aurait d’autres catastrophes naturelles »…

Mais  il n’y a pas qu’aux U.S.A. que la microchip fait des ravages, et actuellement on peut même dire que toutes les zones du monde sont concernées par ce terrible problème ! Voyez plutôt…

Il y a peu, Applied Digital Solutions (la compagnie qui commercialise la micro-puce sous-cutanée) a signé des accords commerciaux pour la « Verichip » avec de nouveaux pays. C’est ainsi que le Mexique, la Corée du Sud, le Venezuela, l’Argentine, la Colombie, les îles Caraïbes, la République Dominicaine, Porto Rico, le Paraguay, l’Uruguay, le Brésil, le Chili, l’Amérique Centrale et l’Afrique du Sud ont été contaminés en l’espace de quelques mois par le phénomène de la micro-puce sous-cutanée. Au Mexique et au Brésil, les enfants sont déjà implantés !

Il y a très peu de temps, le ministre le la justice mexicain s’est fait implanter la verichip sous la peau ainsi qu’un certain nombre de ses employés !!!

Et la Malaisie vient d’acheter des micro-puces (d’une marque différente de celles d’Applied Digital Solutions) qui peuvent s’utiliser de différentes manières, notamment sous la peau et « à des fins de repérage et d’identification »…

La Malaisie vient également d’adopter la verichip : en effet, certains pays d’Asie viennent de signer un accord avec Applied Digital Solutions et Verichip Corp. pour l’achat et la distribution, étalée sur 3 ans, de 65.825 verichips et de 4.687 scanners minimum ! Ces pays sont la Malaisie, l’Indonésie, la Thaïlande et la Corée du Sud !

Le Canada, via la Colombie Britannique, vient d’être touché : en effet, Applied Digital Solutions vient de faire une offre pour acheter une compagnie basée en Colombie Britannique et appelée EXI Wireless Inc. Cette acquisition ajoutera environ 200 revendeurs et distributeurs à VeriChip Corporation !!! Le but clairement avoué est de répandre et de distribuer la verichip au maximum dans les hôpitaux américains et canadiens !

Et désormais, l’Afrique, Singapour, Taiwan et l’Arabie Saoudite possèdent eux aussi leur distributeur agréé Verichip !

En novembre 2003, lors d’un salon de la sécurité qui se déroulait à Paris, le patron d’Applied Digital Solutions a fait une déclaration fracassante en révélant que la verichip pourrait être le « moyen de protection ultime » et qui, en plus, pourrait amener les gens à une société sans argent cash et sans chèques ! Il semble donc bien que le but d’utilisation de la micro-puce sous-cutanée pour humains en tant que « monnaie unique » signalé par Carl W. Sanders soit en train de se confirmer !!!

Suite au tremblement de terre et aux raz-de-marée qui ont ravagé l’Asie fin 2004, certains cadavres ont été « pucés » à des fins d’identification ultérieure, afin aussi « d’éviter les épidémies » et de permettre aux familles déjà rudement éprouvées de ne pas souffrir un peu plus à l’idée qu’un de leur membre reposerait dans une tombe anonyme ». Il s’agit en réalité de prétextes humanistes ou médicaux pour faire paraître ces puces comme « utiles », « pratiques » et « incontournables » aux yeux de l’opinion publique…

Enfin, en ce qui concerne l’Europe, Applied Digital Solutions vient de trouver un distributeur agréé en…Espagne (là où les attentats « terroristes » de Madrid se sont produits… un « hasard » ?) ; au Royaume-Uni (grand ami des USA), on a décidé de suivre le mouvement de dictatorialisation mondial, puisque Applied Digital Solutions, via sa filiale Verichip Corporation, a signé des accords commerciaux avec la compagnie londonienne Surge IT Solutions pour la distribution de la verichip : 9000 micro-puces sous-cutanées pour humains et 110 scanners ont été commandés ! La Suisse et la Russie se sont également jointes au nombre de pays concernés en commandant un certain nombre de micro-puces sous-cutanées « verichip » et de scanners « verichip readers », les Pays-Bas, l’Italie et l’Allemagne (septembre 2005 pour l’Allemagne) ont été touchés également, et c’est à présent la France qui est dans le viseur d’Applied Digital ! L’Europe n’est donc pas épargnée, et la micro-puce sous-cutanée pour humains est donc déjà bien présente sur le sol européen !!!

Plus de 30 pays de par le monde (dont des pays européens) sont donc déjà touchés par le fléau de cette micro-puce sous-cutanée pour humains ! Tout ceci semble bien confirmer le « plan mondial » que le docteur Karl W. Sanders a dénoncé il y a belle lurette !

Pire : en Espagne, à Barcelone, une chaîne de boîtes de nuit appelées « Baja Beach Club », utilise la verichip comme un abonnement pour ses fidèles clients et pour ses « V.I.P. » (very important persons).Le patron de cette boîte encourage les gens à se faire implanter ! Et depuis juin 2004, la verichip est proposée dans le « Baja Beach Club » de Rotterdam, aux Pays-Bas. La verichip serait bientôt proposée aussi dans un nouveau Baja Beach Club, à Cologne (Allemagne)… Un bar, appelé le Bar Soba, à Glasgow, Royaume-Uni (le Royaume-Uni, qui, rappelons-le, possède son distributeur officiel de verichip), propose à présent lui aussi la verichip à ses habitués, et son patron, comble du « hasard », s’est fait pucer… au Baja Beach Club de Barcelone !

La verichip risquerait-t-elle donc de devenir un « gadget à la mode » ? On essaie en tout cas tout ce qui est possible pour y parvenir…

En Italie, la verichip a été introduite depuis avril 2004… dans une clinique de Rome, et elle a reçu une récompense en mars 2005 !

En France, le gouvernement a prévu prochainement, pour les personnes âgées des maisons de retraite, des bracelets à puce RFID ou… l’implantation de la verichip !!! Et Verichip Corporation a prévu de trouver, d’ici la fin de l’année 2005, un distributeur fiable pour la France ! 

Toujours en Europe, le développement des cartes d’identité à puce et des transpondeurs (= micro-puces sous-cutanées) pour animaux, notamment suite au soi-disant « péril terroriste » qui nous menace tous et qui sert de prétexte à tout, ne constitue qu’une étape qui nous mène à la verichip et nous montre donc que nous, humains, risquons fort de suivre très prochainement le même chemin, d’autant plus que la micro-puce sous-cutanée pour humains (la « verichip ») est déjà sur notre sol !!!

TOUT RECEMMENT, le « groupe européen d’éthique en sciences et en nouvelles technologies » a remis à la Commission européenne un rapport sur les « implants ICT » (implants des nouvelles technologies de l’information et de la communication) dont la micro-puce sous-cutanée fait partie.

 Dans ce rapport, le groupe « d’éthique » reconnaît les dangers de l’implant, au niveau de la vie privée mais aussi au niveau de « l’identité humaine » et de la « subjectivité individuelle » (donc, l’influence de ces implants sur le libre-arbitre et le contrôle comportemental est bien reconnue !) ! Mais ce groupe « d’éthique » reconnaît également l’usage « bénéfique » qui peut être fait  de la microchip à un niveau médical ! Et à un niveau non médical, il estime que si le législateur se trouve dans une situation le forçant à utiliser cette technologie pour de la SURVEILLANCE ou plus (ce genre de situation extrême n’est bien sûr pas précisée ni décrite dans ce rapport), alors l’utilisation de ce type d’implant devrait être autorisée !

 Sur un mode encore plus inquiétant, ce rapport nous cite les implants CEREBRAUX et nous parle « d’amélioration de l’humain », notamment en ce qui concerne les personnes possédant de légères malformations génétiques ainsi que des maladies ou déficiences et autres anomalies non visibles au premier coup d’oeil !!! Serions-nous donc revenus au temps des nazis, avec leur théorie grotesque du « surhomme » et l’élimination ou l’exploitation des faibles, des handicapés etc. ???    

 Le G29 (un comité consultatif de la Commission européenne) a publié un rapport sur les RFID. Ce rapport, en substance, reconnaît les dangers des RFID pour la vie privée, MAIS NE PRECONISE AUCUNE ACTION NI REGLEMENTATION AVANT QUE DES ABUS N’AIENT ETE COMMIS !

L’Europe est donc plus que jamais menacée par cette technologie liberticide et hyper dangereuse !!! 

Et puis, il existe aussi un autre type de micro-puce qui se place même sur les produits de consommation, pour des raisons « de logistique ». Ce système est déjà employé par l’armée américaine depuis un bon bout de temps, mais les entreprises privées s’y mettent aussi : les rasoirs Gillette et vêtements Benetton, ainsi que les supermarchés « Carrefour » vont joindre à leurs produits des puces minuscules qui émettent des signaux et qui, officiellement, leur permettraient de «réapprovisionner les magasins » dès que ceux-ci sont en rupture de stock de leurs produits. Mais qui connaît exactement le rôle de ces « mouchards » que nous risquons fort de ramener chez nous ? Certains groupes de consommateurs, telle l’association américaine CASPIAN, crient déjà, et avec raison, au scandale et à l’invasion de la vie privée…

Question : la « verichip » d’Applied Digital Solutions est-elle la SEULE micro-puce sous-cutanée pour humains à ce jour ?

NON, absolument pas ! Pour l’instant, la verichip d’Applied Digital Solutions est simplement celle dont on parle le plus au niveau des médias. Le répugnant marché des micro-puces sous-cutanées pour humains a tendance à prendre de l’expansion, et comme une idée (bonne ou mauvaise) qui rapporte de l’argent sur un marché potentiellement très juteux et en plein développement est souvent suivie par différentes compagnies (loi de la concurrence oblige, et ce en dépit de toute morale et de l’éthique), nous voyons actuellement d’autres sociétés productrices de ces maudits implants de développer !

Ainsi, par exemple, la firme européenne TROVAN, elle aussi, commercialise une micro-puce sous-cutanée (voir le site http://www.trovan.com). Il en existe 2 modèles : la Trovan ID 100 IH, et la Trovan ID 100 IH/A. La différence entre les deux modèles n’est pas précisée, mais peut-être que l’une est un modèle « passif » et que l’autre est un modèle « actif »…

Le pire, c’est que Trovan possède déjà de très nombreux distributeurs agréés ! En effet, les produits Trovan sont déjà utilisés par 80 agences gouvernementales et par plus de 20 pays !

L’Argentine, l’Australie, le Bénélux (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg) , le Brésil, le Canada, le Chili, le Costa Rica, la République Tchèque, l’Allemagne, la Grèce, l’Inde, Israël, l’Italie, le Japon, la Corée, la Malaisie, le Mexique, le Paraguay, le Pérou, la Pologne, la Russie, la Scandinavie (Suède, Norvège, Finlande, Danemark), la Slovaquie, la Slovénie, l’Afrique du Sud, l’Espagne, Taiwan, le Royaume-Uni et (évidemment) les USA possèdent déjà un distributeur agréé Trovan !!!

La micro-puce malaisienne qui peut, entre autres, être utilisée de façon sous-cutanée chez les humains, est quant à elle produite par la compagnie FEC Inc.

Et bien entendu, les dangers de toutes ces micro-puces sous-cutanées sont les mêmes, ainsi que les applications possibles et les nombreux risques de dérives !!!

4. Les véritables dangers de la micro-puce et de son fonctionnement

Les risques présentés par cette nouvelle technologie sont multiples :

– Comme nous avons pu le voir, la micro-puce contient de très nombreuses données, dont certaines qui sont très personnelles (généalogie de la famille, renseignements sur les déclarations d’impôts, casier judiciaire etc.). L’utilisation d’une telle micro-puce pourrait donc constituer une violation flagrante des droits sur la vie privée. Actuellement, même les policiers ne possèdent pas autant de renseignements sur les individus !!! Il faudrait en fait rassembler les renseignements détenus par la police, l’administration communale, le ministère des finances, les banques, les médecins et les organismes de sécurité sociale pour obtenir des informations aussi précises et complètes !

Etant donné les performances actuelles des satellites (les plus puissants sont pratiquement capables de voir, depuis l’espace, le contenu d’un magazine que nous sommes en train de lire) et des systèmes de repérage (GPS), on est en droit de craindre que la micro-puce serve à observer nos moindres faits et gestes. Nous pourrions non seulement être repérés, mais aussi éventuellement filmés à tout instant. Il s’agit donc là d’une violation de nos droits les plus fondamentaux mais aussi d’espionnage manifeste. On ne peut que frissonner en pensant aux applications qu’« on » pourrait faire à partir de cette micro-puce. La liberté d’action, d’association, d’expression (voire de choix) sont menacées ! Bref, grâce un pouvoir d’intimidation inégalé, la micro-puce ouvre une voie royale à « Big Brother » !!!

Et puis, bien entendu, il y a d’immenses risques au niveau de la santé : tout d’abord, le risque de rupture de la micro-puce à l’intérieur de l’organisme, bien que minime, entraînerait une plaie douloureuse et purulente, due au lithium contenu dans la pile minuscule de la microchip, comme nous l’avons vu plus haut; il y a aussi le risque de jouer avec les hormones du corps humain (arrêter le débit de la glande hypophyse, par exemple !); ensuite, étant donné que les ondes générées par la micro-puce agissent directement à l’intérieur de l’organisme et sur le comportement, on ne peut qu’imaginer les dégâts sur la santé des individus ! Tout dernièrement, un article, basé sur le rapport que la Food and Drugs Administration avait rendu, a reconnu les risques médicaux de la micro-puce sous-cutanée pour humains. Ces risques sont les suivants : une réaction défavorable des tissus, la migration du transpondeur implanté, l’échec du transpondeur implanté, une interférence électromagnétique, des risques électriques, une incompatibilité avec l’imagerie à résonnance magnétique (IRM) et avec l’aiguille. Au niveau de l’imagerie à résonnance magnétique, des courants électriques peuvent être induits dans les implants conductreurs en métal qui peuvent causer « des brûlures potentiellement graves chez les patients. »

– Mais il y a bien pire… Ne soyons pas naïfs : ce n’est certainement pas pour rien que la CIA et des membres éminents du gouvernement qui étaient impliqués au niveau de l’armée ont fait effectuer des recherches sur la manipulation du comportement par les ondes et sur le contrôle des êtres humains ! Nous savons que l’énergie qui actionne un neurotransmetteur est transmise par des fréquences radio. L’une des possibilités des transmetteurs cérébraux est d’influencer les gens (afin qu’ils se conforment aux systèmes politiques, par exemple). Les comportements individuels et sociaux, les réactions émotionnelles et mentales peuvent être provoqués, maintenus, modifiés ou inhibés, chez les animaux comme chez l’homme, par stimulation des structures cérébrales spécifiques. Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Que l’on peut, par exemple, amplifier grâce à la microchip les ondes générées par les satellites. Via les ondes, on peut faire produire plus ou moins d’hormones à un individu. Par exemple, on peut lui faire produire plus ou moins d’adrénaline, ce qui le rendra plus ou moins anxieux, agressif etc. En d’autres termes, la micro-puce sous-cutanée pour humains est ce que l’on appelle un outil de « mind control » (contrôle de l’esprit), et représente donc un sérieux risque de suppression du libre-arbitre et de la liberté de pensée !!!

Risque de contrôle des naissances : par les mêmes moyens employés que pour le contrôle de l’esprit (ondes d’une certaine fréquence, satellite, système GPS, stations terriennes et antennes-relais), on peut également contrôler les naissances ! Puisque l’on peut stimuler ou inhiber la production d’hormones, cela signifie également que l’on peut stopper la production d’oestrogène et provoquer chez les femmes une ménopause prématurée !!! On imagine les conséquences terribles d’une telle application de la micro-puce sous-cutanée si elle tombe entre les mains d’un gouvernement peu scrupuleux (ce qui risque fort d’être le cas, puisque Sanders prétendait que « le but des puissances contrôlant le monde est de réduire la population globale de 90% :  une taille qui, selon eux, est contrôlée plus facilement »).

Se pose alors la question : que se passerait-il si « on » se mettait, via cette micro-puce qui émet mais reçoit également les ondes satellites, à envoyer certaines fréquences d’ondes déterminées afin de modifier délibérément le comportement des gens ou même de s’en servir comme une arme afin de ruiner la santé de cibles précises ?

La réponse est simple : on obtiendrait alors une dictature mondiale dont les opposants éventuels seraient bien vite éliminés, et ce en toute discrétion ! Quant à la liberté de pensée et au libre-arbitre, ils disparaîtraient également ! « Big Brother » serait alors en possession d’une armée d’esclaves humains privés de toute volonté et soumis à l’esclavage de cette maudite micro-puce !!!

Il n’y a plus de doutes à avoir après ce que vous venez de lire : LA MICRO-PUCE EST BIEN L’ABOUTISSEMENT D’UNE CONSPIRATION MONDIALE ET DE PROJETS SECRETS QUE L’ON NOUS A PREPARES DEPUIS PLUS DE 35 ANS !!!

Bien. évidemment, la micro-puce ne s’est pas encore installée partout, et il n’y a, pour l’instant, qu’aux USA où l’usage commence à en être imposé. Et puis, bien sûr, « cela n’arrive jamais qu’aux autres »…

Mais il serait temps de se bouger le c… avant que la micro-puce devienne OBLIGATOIRE chez nous ! Cela risque de se produire très bientôt, car la microchip est déjà bien répandue sur la planète et acquiert une « force de conviction » telle que peu de choses resteront faisables pour la contrer, SAUF SI NOUS REAGISSONS DES MAINTENANT !

« Mais nous vivons quand même en démocratie, donc personne ne viendra nous l’imposer, cette puce ! » . Mouais, peut-être, mais alors, vous oubliez un certain nombre de détails importants : certaines organisations de protection de la vie privée ont protesté contre la microchip « verichip ». Mais leurs arguments ont été balayés d’un revers de main par Applied Digital Solutions. « Les bénéfices à en attendre sont plus importants que les inquiétudes concernant la vie privée », a déclaré l’ancien PDG d’A.D.S., Richard Sullivan. Quelle belle morale, ne trouvez-vous pas ? Eh, oui ! C’est la dictature capitaliste et néo-libéraliste qui prime sur tout le reste !!!

Suite à l’attentat soi-disant « terroriste » du 9 septembre 2001, les USA ont fait passer, sous le nom de « Patriot Act », un certain nombre de lois « anti-terroristes » qui permettent au gouvernement de passer au-dessus de la constitution américaine (cette constitution qui garantit les droits de base et les libertés du citoyen : liberté de presse, liberté d’opinion, liberté de pensée, liberté d’association…). Le Patriot Act est donc une arme à double tranchants qui risque fort de réduire, voire de faire disparaître, les libertés des Américains !!!

Mais savez-vous que les U.S.A. ne sont plus seuls à avoir des lois d’exception anti-terroristes (Patriot Act) ? Ainsi, en France, la loi Perben s’est révélée être, au niveau du concept et des risques, un «jumeau » du Patriot Act. En Belgique, les lois passées en juillet 2002 ainsi que la loi du 19/12/2003 sont elles aussi des copies conformes du Patriot Act. Au Canada, un projet du même style est en préparation ! Ceci signifie que d’autres pays ont hérité de lois d’exception qui comportent les même risques et dérives que le Patriot Act. Ces lois représentent un danger REEL de dérive totalitaire pour tous ces pays. Et dans un Etat faussement démocratique et pleinement totalitaire, l’usage de la micro-puce peut se révéler, LUI AUSSI, dictatorial !

Et puis, les gros commerciaux qui tentent de vendre la micro-puce sous-cutanée pour humains ne sont pas si bêtes ! Nous venons de vous parler des aspects mortellement dangereux de la micro-puce, mais ils viendront vous la présenter avec une voix mielleuse et « pleine de bonnes intentions », et on vous la présentera sous son meilleur jour !!!

Cependant, et à titre d’avertissement, sachez ceci : A.D.S. , dans son projet, ne cache pas que sa micro-puce, entre autres utilisations, sert à « FOURNIR UN MODELE D’IDENTIFICATION INFAILLIBLE, ABSOLU ET A TOUTE EPREUVE, DES INDIVIDUS ». Vous voilà prévenus !!!

Schéma expliquant comment la verichip fonctionne et comment on pourra vous repérer à tout moment, et à votre insu…

5. Comment « on » essaiera de nous faire accepter cette maudite micro-puce

Comme nous l’avons dit ci-dessus, on nous présentera la microchip sous-cutanée sous ses meilleurs aspects afin de nous la faire accepter et de « faire passer la pilule ». Mais n’oubliez jamais une chose : si vous vous faites implanter cette saleté dans le corps, c’en sera fini de votre libre arbitre, de votre vie privée et de votre liberté !

Voici donc quelques arguments « mielleux » qui ont été présentés par A.D.S. et sa filiale, « Verichip ». La verichip sera susceptible d’être utilisée pour :

– la sécurité dans le nouveau domaine du réseau Internet et dans toute transaction impliquant des échanges électroniques (commerce électronique).

– la recherche et le sauvetage d’invidus incluant les enfants perdus ou pris en otage etc.

– le monitoring médical de patients à risque

– la surveillance, le pistage et le suivi de militaires, de diplomates ou de tout autre membre important d’un gouvernement

– le pistage, la surveillance et la vérification de l’authenticité de biens de haute valeur

– le pistage, la localisation et le suivi des pistes ou sillages laissés par les enthousiastes de sports sauvages, et qui auraient pu se blesser gravement à la suite d’un accident

– le pistage et la localisation d’enfants kidnappés (ou assassinés)

Quel humanisme ! ! !

Remarquez bien que les mots « surveillance », « pistage », « recherche », « localisation » et « vérification » reviennent de façon récurrente et même quasiment obsessionnelle !

On fera accepter la microchip au peuple pour des raisons de « sécurité » : on reliera les « bienfaits » de la micro-puce à des événements très graves qui se seront produits et qui, grâce à la micro-puce bien sûr, ne se reproduiront soi-disant plus jamais (ces événements auront même éventuellement été créés à cet effet ou délibérément voulus ; des attentats terroristes, un meurtre particulièrement odieux ou un enlèvement spectaculaire, par exemple), mais aussi à des facilités, notamment financières ou de sécurité (« Avec cette puce sur vous, on ne vous volera plus votre argent ni votre carte de banque ! » ; « Plus de terroristes dans les aéroports : il seront identifiés bien avant leur arrivée !», etc.). Et puis, la micro-puce, ce sera « cool » ! C’est l’incarnation du progrès « que l’on ne peut de toute façon pas arrêter »… Reste à savoir de quel type de progrès on parle !!!

Les arguments financiers sont en tout cas très importants pour le développement de la micro-puce : n’oublions pas que dès sa conception, la microchip fut pensée en termes de gouvernement mondial ET DE MONNAIE UNIQUE !!! Il suffira de passer sa main (ou son front) devant un scanner ad hoc, et votre « compte en banque virtuel » sera débité automatiquement du montant de vos achats. Très vite, on tentera de remplacer les cartes de banque, la monnaie et leurs « faiblesses » par la micro-puce « imbattable et hyper pratique ». Vous croyez qu’il s’agit ici d’une pure spéculation ? Pas si sûr ! Ainsi, par exemple, un certain professeur Kevin Warwick, du département de cybernétique de l’université de Reading (et qui s’était fait implanter la micro-puce) a déclaré il n’y a pas si longtemps (le 10 octobre 1999) lors d’une émission sur la chaîne Arte (intitulée « Souriez,vous êtes surveillés ») que «bientôt les cartes bancaires (et bien sûr aussi la carte d’identité, le passeport, la carte de sécurité sociale etc.) seront remplacées par un implant électronique dans le corps » !!!

Et que voyons-nous aujourd’hui ? Que la micro-puce a contaminé une vingtaine de pays, qu’elle est proposée comme moyen d’atteindre une société sans argent cash et sans chèques, et qu’elle se répand sur la planète !!!

Soyez-en sûr, la microchip, conçue dans une optique de monnaie unique et mondiale, sera proposée dans un premier temps, puis imposée systématiquement comme l’unique moyen de paiement et d’achat « valable », et ce pour les (fausses) raisons citées plus haut.

En plus, imaginez les profits colossaux que A.D.S. (et d’autres firmes fabricant des micro-puces sous-cutanées) retireront de toutes ces opérations ! ! ! Cela représente un marché extrêmement juteux ! ! ! Les brevets furent acquis par A.D.S. pour la « modique » somme de 130 millions de dollars. On ne dépense généralement pas une telle somme s’il n’y a aucun gros profit à l’horizon !

Mais dans une société où cette puce sera presque généralisée, pour ceux qui refuseront la micro-chip, que se passera-t-il ??? Ils ne pourront ni vendre ni acheter sans ce foutu micro-implant, et devront survivre comme des marginaux, en faisant du troc, par exemple…

Des théories et hypothèses affirment que cette micro-puce ne nous sera proposée, puis imposée, qu’après un énorme krach, une catastrophe économique mondiale… ou que l’on joindra à la micro-puce encore d’autres fonctionnalités pour la rendre encore plus séduisante (par exemple, la possibilité de téléphoner avec un GSM…). A suivre de près !

Enfin, les derniers prétextes pour « pucer » les gens sont des élucubrations médicales (donc humanistes, et à caractère « irréfutable », puisque l’on parle de la santé des gens). La puce permettrait de soi-disant « sauver des vies » en donnant des informations capitales sur l’état de gens qui arrivent à l’hôpital inconscients : leurs allergies, leur type sanguin, leur passé médical etc. La micro-puce « améliorerait » aussi le traitement des dossiers des patients… Evidemment, tout ceci n’est que prétexte pour répandre un dispositif dont les dangers (même pour la santé !) ont déjà été démontrés.

   Sachant ce que vous savez à présent , vous laisserez-vous pucer, ou laisserez-vous implanter votre enfant ? 

Les enfants : un enjeu primordial !

          Les enfants et adolescents ont toujours été un public particulier et privilégié pour les ordures qui fabriquent et vendent les micro-puces sous-cutanées pour humains.

          POURQUOI les enfants sont-ils donc si importants à leurs yeux ? Mais tout simplement parce qu’ils sont le NERF DE LA GUERRE DES PUCES !!!

          Nous aimons nos enfants et voulons naturellement qu’ils soient en sécurité. C’est là l’ouverture parfaite pour les entreprises qui commercialisent les micro-puces sous-cutanées pour humains ! « Nous vivons dans un monde peu sûr, plein de terroristes, de kidnappeurs, d’agresseurs sexuels et autres croque-mitaines », nous sussurent-ils.

Pour protéger vos enfants de façon sûre, vous devriez les faire pister électroniquement, voire les « pucer », nous affirment-ils . Le problème de la sécurité serait alors « résolu » !


Ces crapules jouent donc sur la corde sensible des parents ! Et de plus, il s’agit là d’un moyen « indirect » de toucher les adultes. A partir du moment où les parents ont fait implanter leurs enfants et constatent que, finalement, le « puçage » ne semble pas être quelque chose de bien dangereux, mais au contraire « protège » leurs enfants, ils seront eux aussi tentés de se faire implanter ! GRAVE ERREUR ! Car les risques, eux, sont bien présents ! C’est ainsi qu’aux U.S.A. ou au Japon, des parents commencent déjà à sacrifier (souvent sans s’en apercevoir) la liberté de leurs enfants pour leur soi-disant « sécurité » ! Voilà aussi comment, au Mexique et au Brésil (pays où les kidnappings d’enfants sont monnaie courante), on a réussi à convaincre certaines personnes de faire « pucer » leur(s) enfant(s) ! 

        Si la génération adulte actuelle montre encore certaines réticences par rapport à cet implant infernal, les enfants, eux, peuvent être endoctrinés beaucoup plus facilement : ils ne possèdent pas d’eprit critique bien forgé, et peuvent être « attirés » de façon assez simple.  En montrant aux enfants des films et des dessins animés dans lesquels les thèmes relatifs aux puces et RFID sont présents, on les « sensibilise ». Observez bien les derniers films sortis au cinéma, les jeux vidéo ou les dessins animés récents, et vous allez tomber des nues !

       Faites porter aux enfants des RFID et même des micro-puces sous-cutanées pour humains dès leur plus jeunes âge, et dans une ou deux générations, tout le monde trouvera que porter cet immonde implant sous-cutané est NORMAL !!! Voilà l’un des grands buts que les gens qui commercialisent les micro-puces sous-cutanées pour humains (et les membres du nouvel ordre mondial) poursuivent !

       Soyez donc vigilants, et ne tombez pas dans un piège aussi grossier ! ET SURTOUT, NE LAISSEZ PERSONNE PUCER VOTRE ENFANT, EDUQUEZ VOTRE ENFANT AUX VALEURS DE LIBERTE ET DE DEMOCRATIE VERITABLES, NE VOUS LAISSEZ PAS PIEGER PAR LES ARGUMENTS MIELLEUX DES INDUSTRIELS ET DES AUTORITES QUI, POUR DE SOI-DISANT RAISONS DE « SECURITE », D’HUMANISME, DE « PROTECTION MEDICALE » OU DE FACILITES (financières, mode), VIENDRONT VOUS TENTER AFIN QUE VOUS FASSIEZ « PUCER » VOS ENFANTS OU PETITS-ENFANTS !!!     

Applied Digital Solutions tente de brouiller les pistes…

Depuis quelque temps, on constate certaines différences techniques au niveau de la verichip et au niveau de la politique d’ADS…  Ne vous laissez pas piéger !  ADS tente uniquement de se doter d’une belle apparence d’honorabilité, de brouiller les pistes en faisant passer les opposants de la micro-puce pour des « illuminés », des « rétrogrades », des menteurs etc.

Par exemple, la verichip, qui à la base devait contenir un numéro unique à 18 chiffres répartis en 3 groupes de 6 digits (666), n’en contient plus que 16 dans sa forme actuelle. Toutefois, rien ne pourra les empêcher d’ajouter 2 digits plus tard (lorsque la verichip sera déjà bien implantée partout)…

Aussi, la verichip, ne s’implante plus sur le revers de la main pour l’instant : on utilise l’arrière du bras (le triceps). Tout ceci sert évidemment à déjouer les dénonciations de chrétiens qui voient en ce produit la « marque de la Bête »…             TOUTEFOIS, sachez que ADS en revient tout doucement à ses premières résolutions : ainsi, par exemple, le projet consistant à utiliser la verichip pour déverrouiller les gâchettes des armes à feu « intelligentes » (smartguns) dont nous avons parlé un peu plus haut impliquerait que les propriétaires de l’arme à feu soient implantés sur… le revers de la main ! Vous voyez donc comme cette société machiavélique est rusée, et comment l’on peut vous mener en bateau et se jouer de vous facilement ! RESTEZ DONC VIGILANTS ET, QUOI QU’IL ADVIENNE, NE VOUS FAITES PAS IMPLANTER ! 

La verichip, qui normalement devait être une puce active (donc qui émet et reçoit des données à tout moment et à l’insu de son porteur), est, dans sa forme actuelle, une puce passive (qui ne s’active que lorsqu’un scanner est passé au-dessus de la micro-puce)… TOUTEFOIS, sachez que le projet de puce active RESTE D’ACTUALITE et qu’ ADS y pense toujours et avec ardeur !

En fait, rien n’empêche ADS de mettre sur le marché une première version de sa micro-puce sous-cutanée pour humains et, une fois que ce modèle sera bien répandu et accepté, introduire le second modèle qui, lui, possèdera toutes les caractéristiques qui ont été mentionnées au début de cet article ! Et de plus, les dangers pour la santé,  le risque de violation de la vie privée ainsi que l’immense péril de contrôle mental de masse subsistent !

6. La micro-puce référencée dans la Bible ?

Même si vous n’êtes pas croyants/croyantes, je pense que ce petit chapitre pourrait vous être très utile.

La Bible (mais oui, ce « vieux bouquin » qui date de 2000 ans !), recèle bien des messages et des codes (simples ou mystérieux). Dans la dernière partie de la Bible, appelée l’Apocalypse de St Jean ou « Révélations », l’auteur nous fait part de ce qui lui a été révélé concernant la période qui concerne « les temps derniers » et qui précède le retour de Jésus Christ.

Cette partie de la Bible est particulièrement difficile à comprendre de façon précise, car Jean y glisse de nombreuses images pour nous parler de « la fin des temps ». Il y est notamment question de l’Antéchrist, des faux prophètes, de la « Bête » et de la « Marque de la Bête » qui, tous, tenteront de causer la perte de l’humanité. Jean décrit aussi le Jugement Dernier, et la façon dont Dieu enverra des avertissements et des « plaies » sur Terre, puis triera les Bons des Méchants.

Le plus étrange, c’est que ce livre, qui semblait bien énigmatique depuis toujours, commence à pouvoir être interprété, de façon parcellaire, soit, mais bien plus clairement depuis peu de temps ! Ainsi, de nombreux Chrétiens ont pu voir un rapprochement plus que « curieux » entre la marque de la Bête et la micro-puce sous-cutanée. Même le Dr. Sanders, après s’être rendu compte du danger de la microchip, était convaincu que la micro-puce était effectivement la marque maudite citée dans l’Apocalypse.

Voyez plutôt :

 

   (Ap. 13:4-5, 16-17-18) : « Ils adorèrent la Bête… On lui donna de proférer des paroles d’orgueil et de blasphème… Elle obligea tous les hommes, gens du peuple et grands personnages, riches ou pauvres, hommes libres et esclaves, à se faire marquer d’un signe sur la main droite ou sur le front. Et personne ne pouvait acheter ou vendre sans porter ce signe : soit le nom de la Bête, soit le nombre correspondant à son nom. C’est ici qu’il faut de la sagesse : que celui qui a de l’intelligence déchiffre le nombre de la Bête ; car c’est un chiffre humain, c’est : six cent soixante-six ».

 

   Lorsque l’on sait que la micro-puce sous-cutanée pour humains fonctionne au maximum de se potentialités sur le revers de la main ou le front (car ces 2 endroits sont les endroits du corps qui changent le plus vite de température, permettant ainsi à la pile au lithium de se recharger via un circuit  thermoélectrique), cela semble étonnant, n’est-ce pas ?

 

   Lorsque l’on sait que les sociétés qui produisent cette puce en souhaitent la généralisation au niveau mondial et que la micro-puce possède des ambitions financières visant à créer une société sans argent cash où la monnaie ne serait plus que « virtuelle » (donc unique), on se doute bien que dans une société dominée par la puce comme moyen unique de paiement, ceux qui ne possèderaient pas cette puce ne pourraient ni vendre ni acheter quoi que ce soit. Un élément troublant de plus par rapport à la citation de l’Apocalypse…

 

   Et lorsque l’on sait que le nombre 666 fait partie intégrante de cette puce sous-cutanée (cf. chapitre 2 concernant l’historique de la puce sous-cutanée), on se dit que cela fait beaucoup de « coïncidences » (beaucoup trop) par rapport aux versets de l’Apocalypse cités ci-dessus…

 

   Encore une autre citation de la Bible : (Ap. 16 :2) : « Le premier (ange) s’en alla et versa sa coupe sur la terre. Un ulcère malin et douloureux frappa les hommes qui portaient la marque de la bête et qui adoraient son image ».

 

Lorsque l’on sait que la microchip possède une pile au lithium qui, une fois brisée, provoque une plaie douloureuse et remplie de pus, on ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec la Bible.

Question : serions-nous donc en train de vivre la période des « temps derniers » ?

La Bible, via l’Apocalypse, nous met aussi sévèrement en garde afin que nous n’acceptions pas la marque de la bête, et nous encourage à vivre selon les commandements de Dieu :

(Ap. 14:9-12) : « Un troisième ange les suivit, proclamant d’une voix forte :

Celui qui adore la bête et son image et qui accepte de recevoir sa marque sur le front et sur la main, devra aussi boire du vin de la fureur de Dieu. Ce vin lui sera versé pur dans la coupe de la colère divine, et il souffrira des tourments dans le feu et le soufre devant les saints anges et devant l’Agneau. La fumée de leur tourment s’élèvera à perpétuité. Quiconque adore la bête et son image, quiconque accepte la marque de son nom ne connaîtra aucun repos, ni de jour, ni de nuit. C’est là que les membres du peuple de Dieu, ceux qui observent les commandements de Dieu et vivent selon la foi en Jésus, doivent faire preuve d’endurance. »

Mais la Bible nous dit aussi que refuser la marque de la bête n’est pas sans risques :

(Ap. 20 :4) : « Je vis aussi les âmes de ceux qu’on avait décapités à cause de la vérité dont Jésus est le témoin et à cause de la Parole de Dieu. Je vis encore tous ceux qui n’avaient pas adoré la bête ni son image et qui n’avaient pas reçu sa marque sur leur front et leur main. Ils revinrent à la vie et régnèrent avec le Christ pendant mille ans ».

La victoire finale appartient cependant à ceux qui n’auront donc pas accepté la marque. Mais c’est aussi ici que se pose la véritable question : êtes-vous prêt(e)s à ne plus pouvoir rien vendre ni acheter, à être rejeté(e)s et à vivre éventuellement de troc, en marginaux, car vous aurez refusé la marque (micro-puce) ? Et même : êtes-vous prêt(e)s à être persécuté(e)s ou à mourir à cause de cette décision (cf. les thèmes de la décapitation et de la résurrection dans le texte) ?

Ou préférez-vous perdre votre liberté, votre libre arbitre, votre âme en acceptant une micro-puce implantée dans votre main ou dans votre front ???

Préférerez-vous mourir en esclave « décérébré » ou en homme libre et conscient ???

C’est la question à laquelle il vous faut dès à présent réfléchir, car le moment venu, vous devrez choisir votre camp, et il n’y aura pas d’alternative ! En tout cas, une chose est certaine : vous ne pourrez pas dire que, croyant(e) ou pas, vous n’aurez pas été avertis des risques et dangers de la microchip, qu’ils soient religieux ou non !

Source:

http://www.freewebs.com/nomicrochip/index.htm

 

 

Micro-puce sous-cutanée pour humains : la « Marque de la Bête » ?

 
Poster un commentaire

Publié par le août 20, 2011 dans May aime pas le n.o.m

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :