RSS

La vieille djellaba

23 Mar

Le vieil homme réfléchit
Assis face à la mer.
Il voit son Algérie
Coeur sanglant sur la terre
Il a les larmes aux yeux
Marseille s’est endormie
Il vague comme il peut
Son bateau c’est l’esprit.

Sa vieille djellaba
Il l’a toujours portée
Comme ton costume de soie
Ton jean’s délavé
Et quand il a souffert
Aux rires des imbéciles
Son visage berbère
Parlait toujours kabyle

Surtout ne l’oublie pas
Car tu es né de lui
Dans ta banlieue p’tit gars
Si un jour tu l’oublies
Tu auras tout perdu
Ton père, ta mère, ta terre.
Et si tu n’en peux plus
Repense à ton grand-père.

Il est venu ici
Travailler pour le pain
Ses nuits, ses insomnies.
Ses soucis quotidiens
Sa vieille djellaba
Elle les connait par coeur
Il venait de là-bas
Il pleurait comme tu pleures.

Quand il pleurait
Il pleurait comme la pluie
Je veux dire il disait
Tout ce qu’on n’a pas dit
Travailler pour le pain.
S’étendre de fatigue
Ton grand-père comme le mien
Reste le meilleur guide.

La vieille djellaba
Toujours contre sa peau
Tu n’es pas de là-bas
Mais tu es de sa peau.
Et les yeux du vieil homme
Tendus vers l’horizon
Ont le regard du gone
Qui écrit cette chanson.

Je veux dire en cela
Ouvrez tout grand vos yeux
Le vieille djellaba
Ecorce du Bon Dieu
C’ests l’amour d’un soldat
Qui déteste la guerre
C’est ton coeur quand il bat
C’est l’âme de ton grand-père

S’il vous plait messieurs-dames
Arrêtez de mentir
Mourir n’est pas un drame
S’exiler c’ets mourir
Le mot intégration
Est un mot de raciste
Cette terre c’est ton nom
Ta joie et ton supplice.

Et ne l’oublie jamais
Ce vieux en djellaba
Il est porte-secret
Il ets ton vrai combat.
Moi qui suis né d’ici
Qui m’en vais voir ailleurs
Je porte son Algérie
Comme on offre une fleur.

P’tit gars dans ta banlieue
N’oublie pas ton histoire
Un jour on devient vieux
Un jour il se fait tard
La vieille djellaba
C’est tes yeux merveilleux
N’oublie pas petit gars
Tu es l’eau et le feu.

Et le vieil homme se lève
Tourne le dos à la mer
Marseille se réveille
Il commence à se taire.
La vieille djellaba
Portée par le soleil
Le ciel de haut en bas
S’éclaire d’un arc en ciel

Surtout ne l’oublie pas
Surtout ne l’oublie pas
Surtout ne l’oublie pas

Jean-Marc Le Bihan

L’album
Jean-Marc Le Bihan
Histoires vécues
Disponible à la FNAC – Virgin et points de vente habituels
Edité par Le loup du faubourg www.leloupdufaubourg.com

Publicités
 

5 réponses à “La vieille djellaba

  1. Madeleine Lafrance

    mars 23, 2011 at 7:41

    WOW ….Quel texte !!!
    J’ai relu deux fois …Saisissant …vraiment !
    Ça replace les valeurs rattachées au respect …!
    Je me tais ….Je savoure le message …!

    Merci May
    Bonne soirée à toi
    Tendresse
    Manouchka

     
  2. Yano

    mars 23, 2011 at 7:49

    Saisissant , c’est le mot.
    J’ai été très touchée moi aussi , en le lisant , très émue,
    C’est toute la,vérité qui se dégage de ses lignes qui en est si poignante.
    Beaucoup de dignité aussi, de respect, de générosité, d’humanisme.
    Merci à toi Manouchka pour ta sensibilité et tav reaction si sincère.Bonne soirée.
    Affectueusement.
    May

     
  3. Oceanelle

    mars 24, 2011 at 8:26

    Très touchée par ce si joli texte que j’ai lu et relu . Merci pour le partage . Belle journée à toi . Bisous-soleil

     
  4. assjbedard

    avril 1, 2011 at 7:13

    Très beau texte plein de sentiments humains et d’attachements à la terre.

     
  5. Yano

    avril 4, 2011 at 7:38

    Effectivement. Merci pour ton témoignage
    yano

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :