RSS

Le nous pour éviter de se perdre dans le on

10 Fév

Le nous pour éviter de se perdre dans le on Je nous onL’opinion publique est une force qui annihile la personnalité. En se conformant à une idée ambiante, la personne devient individu et participe de l’opinion. La personnalité se dérobe et dès lors le sujet est une unité de plus, s’inscrivant dans un mouvement général qui réduit le particulier à une composante d’un tout.

Cette pression de l’opinion apparaît aujourd’hui de plus en plus forte ; les personnalités s’effacent dans la multitude dont la propagation est facilitée par une médiatisation toujours plus croissante des affaires humaines, mais aussi par la mise à disposition dans la sphère privée d’outils de prime abord favorisant la communication sociale.

Sauf que la communication est un échange entre deux ou plusieurs consciences individuelles, et non le partage d’une conscience commune et impersonnelle. Ainsi, le risque est de se perdre soi en se faisant le représentant d’une pensée publique dont le contenu ne souffre d’aucune critique. Cette représentation est avant tout le résultat d’une pression sociale à laquelle on ne sait résister. Les autres pensent ainsi alors je m’efface, je pense de même pour que l’on pense tous identiquement. Les autres absorbent le moi pour devenir on, comme le fait remarquer Heidegger dans Etre et Temps : « Cette distantialité inhérente à l’être-avec implique que le Dasein se tient, en tant qu’être-en-compagnie quotidien, sous l’emprise des autres.

Il n’est pas lui-même ; l’être, les autres le lui ont confisqué. Le bon plaisir des autres dispose des possibilités. » En s’inscrivant dans la mouvance, les possibilités se resserrent, l’idéal se perd. Il s’agit bien plus de se conformer que d’être, de céder sa responsabilité à la masse et ainsi s’enferrer dans le troupeau. Mais cet attroupement n’est pas une communion. Il ne suffit pas d’être ensemble pour communier. Le je se perds dans la foule et alors plus personne ne se reconnaît. Tout n’étant plus qu’équivalence, il n’est plus possible de se distinguer l’un et l’autre. Il s’agit d’un étant collectif, lisse et sans saveur. Heidegger toujours : « Dans l’usage des moyens publics de transport en commun et dans le recours à des organes d’information (journal), chaque autre équivaut à l’autre.

Cet être-en-compagnie fond complètement le Dasein qui m’est propre dans le genre d’être des autres à tel point que les autres s’effacent à force d’être indifférenciés et anodins. C’est ainsi, sans attirer l’attention, que le on étend imperceptiblement la dictature qui porte sa marque. » Se confondant les uns aux autres, la banalité est de rigueur, l’originalité déconsidérée. L’opinion fixe pour chacun des valeurs convenables. L’autonomie intellectuelle, si chère à Kant, fond dans l’infantilisation généralisée. Se démarquer, c’est aussi prendre le risque de l’exclusion et l’homme n’aime pas être seul, car paradoxalement il existe aussi avec les autres. Mais alors, que faire face à ces autres qui à la fois nous dévorent et nous permettent d’exister ? Privilégier le nous à on, privilégier la relation à l’absorption. Chacun doit arriver avec sa conscience, sa personnalité, prêt à rencontrer une autre conscience, avec respect mais aussi détermination, prêt à s’ouvrir sans se fuir, disposé à écouter et non se conformer. Bien-sûr l’exercice n’est pas aisé.

Nous avons tous besoin de l’autre, mais qu’il est difficile de rester avec lui. Cette difficulté, dès lors qu’elle n’est pas refusée mais travaillée, est source d’enrichissement. On s’enrichit en effet de ses efforts et cette richesse est d’autant plus belle qu’elle est partagée.

Source

Advertisements
 
2 Commentaires

Publié par le février 10, 2011 dans May a des coups de coeurs, May aime la philosophie

 

Étiquettes : , , ,

2 réponses à “Le nous pour éviter de se perdre dans le on

  1. Oceanelle

    février 10, 2011 at 11:28

    Il est vrai qu’il est très difficile d’arriver à faire naitre cette troisième personne dans un couple qui est le  » nous « …. là est la construction …. l’acceptation d’oublier le  » je « … c’est tout un art et peu y arrivent ; L’être est beaucoup trop tourné sur sa personne depuis l’enfance ! Et mettre au monde ce  » nous  » qui nous est si indispensable par moments ….est loin d’être une affaire gagnée !
    La communion dans l’osmose est une des choses les plus difficiles à réaliser, quoiqu’on en dise …. on approche biensûr, mais très vite on doit se rendre à l’évidence, que le  » je  » demeure….
    Plein de bisous et merci pour cette réflexion

     
  2. Yano

    février 10, 2011 at 12:21

    Le couple, dans le mariage ou non, étant la continuité de deux individualités.en prendre conscience des le début de la relation, permet de construire très vite, ce » nous » assemblant ou rassemblant deux « je » dans justement un jeu de rôles biologiquement déterminé, le seul à même de permettre une communion qui ne prends sens que dans la respect de la différence et les identités premières.
    L’osmose elle, reste à la charge du temps, de la vie, des émotions.

    Merci Océanelle pour ce bel échange.

    Gros becs.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :