RSS

Archives Mensuelles: janvier 2011

je m’appelle funny bear

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le janvier 30, 2011 dans May a des coups de coeurs

 

Étiquettes : , , , ,

Un crise de foi

 » – J’ai une crise de foie !


– quel foie?
– des deux fois. Enfin des deux fois… on n’a pas deux foies…

J’ai une crise de ce foie ci, celui-ci qu’on peut palper et puis l’autre foi, enfin l’impalpable, l’autre mot foi.

J’ai mal aux deux mots à la fois. J’ai mal à mon foie et à ma foi. »


– Tu as déjà eu mal à tes foies?
– autrefois, bien des fois, j’ai eu mal à mes foi(e)s mais jamais aux deux à la fois ! »

Raymond Devos.

 
4 Commentaires

Publié par le janvier 29, 2011 dans May a des coups de coeurs

 

Étiquettes : , , , , , , ,

LA SANTE, UNE QUESTION DE FOI (E) ?

Le foie et la Foi, sont la « clé » de la santé nous affirme Alain HAUUY, ils sont étroitement liés…Au service du « foie » de ses patients en tant que praticien de santé naturopathe, il l’est également depuis une douzaine d’années, au service de la « Foi » par l’enseignement qu’il dispense auprès de groupes de plus en plus nombreux, de personnes en quête d’un meilleur équilibre physique et psychique.

ENTR’AIDE : Tout d’abord, comment pouvez-vous établir un lien entre ce qui est palpable, le foie et ce qui est impalpable, la Foi ?

Alain HAUUY: Une partie de la réponse est dans la mythologie grecque. Prométhée, ayant dérobé le feu aux dieux pour en faire cadeau aux hommes, fut condamné à être attaché sur un rocher, où chaque soir un aigle venait dévorer son foie qui renaissait le jour suivant. Le mythe est clair, le foie à la capacité de se régénérer ; les chirurgiens vous le confirment, le foie «repousse» s’il subit une amputation. Mais pourquoi doit-il subir le châtiment d’être «dévoré» ? Parce qu’avec le feu, l’homme détient un pouvoir avec lequel il cuit ses aliments. Notre foie en effet, subit indirectement les méfaits de la cuisson des aliments ; n’ayant plus une alimentation « vivante», chargée en particules vitales, le foie ne peut plus assu­mer son rôle de réservoir de vie, de «Yang» dirait-on en médecine traditionnelle chinoise. L’individu en baisse de yang perd de sa vitalité et de sa capacité à s’impliquer dans le processus créateur, perdant son foie, il perd la Foi. Heureusement, il a en lui le germe de sa régénération. Voilà en quelques «mots» l’origine de tous nos «maux » physiques et psychiques.

ENTR’AIDE : vous considérez donc le foie comme l’organe « moteur», le cœur n’aurait-il pas selon vous le rôle primordial ?

Alain HAUUY : le cœur, c’est l’organe central du corps, c’est l’échangeur du sang, c’est par lui que transite le sang « rouge » chargé d’énergie et le sang « bleu » de retour chargé des énergies usées. Quant au foie, il est le «starter» métabolique ; pour mettre du «cœur à l’ouvrage», il faut une impulsion, il faut une étincelle… Il faut la Foi, il faut un bon foie, un bon souffle et une volonté de faire ! Assurément, cette grosse glande molle joue un rôle primordial dans l’économie puisqu’elle fournit le sang et l’énergie, l’énergie étant liée à la qualité et à la quantité du sang qui la transporte. Le foie est l’organe «atelier» qui assume la synthèse d’environ toutes les protéines, tous les lipides, la plus grande partie de la gestion des sucres et pra­tiquement toute la désintoxication du sang, puisqu’il neutralise les toxines, les poisons, les bactéries pathogènes et les virus ! En conséquence, si le foie n’assume pas ses fonctions, vous vous intoxiquez, votre souffle faiblit et votre volonté aussi, vous déprimez et vos défenses fléchissent ; une moindre contrariété, un moindre obstacle et vous en faites une montagne, vous n’avez pas la Foi, l’énergie du foie, de la Foi qui vous permettrait de la soulever… cette montagne !

ENTR’AIDE : Expliquez nous ce rapport entre notre état de santé et notre perception de la réalité.

Alain HAUUY : L’interface entre la réalité extérieure perçue par nos cinq sens et notre vie intérieure est constituée par nos nerfs et nos glandes. La justesse de perception de la réalité extérieure est tributaire de la quali­té de notre vue, de notre audition, de notre goût, etc. mais aussi et corrélativement, de notre état d’être intérieur et de la qualité des échanges au sein des milliards de cellules qui nous composent. Nos cellules, il faut le savoir, échangent en permanence des informations : des informations en «matières » tels que nutri­ments et oxygène, les «flux vitaux» qui entretiennent les structures (donc la matière) et contribuent aux métabolismes, les mouvements associés à ces flux vitaux à savoir nos «émotions» et les pensées qui sont liées à notre vie psychique. De toute cette activité, résultent non seulement des résidus, des scories, des éner­gies usées qui doivent être recyclés, mais surtout une « valeur » ajoutée par la Vie, qui dans son périple, tend à se révéler à elle-même au cœur des êtres par le biais de la Conscience. L’état d’équilibre de l’individu, son état de santé, va donc dépendre de l’harmonie entre la vie extérieure perçue et sa vie inté­rieure. Plus il y a adéquation entre sa réalité intérieure et la réalité extérieure, plus il y a acceptation de la Vie telle qu’elle se présente, jalonnée de «plus» et de «moins», moins il y a possibilité de maladie ; autrement dit, si vous avez appris à vous positionner devant les obstacles, si vous avez la Foi en la Vie, vous évi­tez la maladie parce que vous acceptez pleinement de collaborer avec le processus créateur et bien au-delà, avec le Créateur ! La mala­die se révèle comme étant un problème fondamental de communication avec la Vie, la maladie, c’est le «mal-dit» ou «mal à Dieu», le mot Dieu signifiant lumière…« de Vie ».

ENTR’AIDE: Mais alors que faites vous des virus que traquent les chercheurs…

Alain HAUUY: le virus ou vi(e| – rus(e), «ruse» de la vie, il y en aura toujours et de plus en plus rusés et pourtant ils sont innocents, aussi innocents que les pensées que nous croyons produire avec notre cerveau. Lorsque nous aurons appris par l’expérience et non intellectuellement par un «formatage didactique», comment s’élaborent nos processus mentaux, lorsque les biologistes sortiront de leur laboratoire pour étudier la vie, lorsque nous apprendrons à nous libérer de nos négativités sans chercher dans les poubelles du passé, nous ne serons plus vulnérables aux virus, et nous serons libres de toutes superstitions et dogmes destructeurs. Ayant reconnu notre nature profonde nous n’aurons plus peur de la mort, mutation néces­saire au sein de la manifestation créatrice et délivrance pour celui qui a oeuvré toute sa vie pour la croissance de son être intérieur. La Foi est paisible, elle ne s’établit pas sur des croyances mais sur le bon sens et le bon sang.

ENTR’AIDE: Mais dites-nous, qu’est ce que le bon sens ?

Alain HAUUY : L’Homme doit découvrir par sa confrontation aux obstacles qu’il rencontre, le chemin qui ne le fait plus souffrir. Il est comme un aveugle qui cherche son chemin, il se cogne ou il chute et se fait mal et peu à peu il apprend et il trouve sa route. Il en est ainsi pour toute l’Humanité et les générations quise succèdent. Le monde que nous vivons est le reflet du cheminement et de l’équilibre cellulaire de chacun, de notre capacité à négocier les conflits ou à nous relever quand nous chutons, de la résistance de notre foie «bouclier des émotions», en un mot de notre Foi. Chacun est le monde, le mal et le bien font partie de la même réalité comme une feuille de papier présente deux faces, l’une qui est exposée à la lumière et l’autre qui est dans l’ombre, il nous faut apprendre à nous positionner pour recevoir la lumière. Il y a le monde à l’endroit et le monde à l’envers, le démon c’est l’anagramme de monde. Nous avons le choix, devenir co-créateur ou demeurer prédateur. Le jugement dernier dont nous parle la Bible c’est la « séparation du bon grain et de l’ivraie », la séparation entre ceux qui acceptent d’être au service de la Vie, de s’ou­vrir à la lumière de la Vie et les autres, quelque soient les bannières qu’ils brandissent ou la religion dans laquelle ils se sont enfermés et se croient protégés. A quel camp appartenez vous ?

ENTR’AIDE : la souffrance est donc un point de repère ?

Alain HAUUY : La souffrance peut effectivement servir de repère, c’est pourquoi dans certains cas il est stupide de vouloir l’occulter par des artifices qui ne font que la masquer sans nous en libérer. C’est ainsi que sur un plan général, en nous laissant subjuguer par ce qui est artificiel, nous nous éloignons de la Connaissance vraie et sombrons dans la dépression et la folie. Le seul fait de devenir attentif aux événements, aux obstacles, qui surviennent dans notre vie et que nous attribuons habituellement au hasard, peut nous per­mettre de développer cette faculté que nous appelons «intuition», sans laquelle notre savoir est de peu de valeur. Peu à peu, simplement en observant et en expérimentant, nous éprouvons un jour la certitude que seule l’intuition peut nous ouvrir les portes de la Connaissance. La maladie se révèle être un refus devant la vie, un refus parfois nécessaire pour nous permettre de dépasser nos conceptions toutes faites du monde, nos à priori et nos préjugés. La souffrance doit nous obliger à reconsidérer ce que nous croyons être, à modifier nos habitudes, nos comportements et notre façon de penser. Notre organisme dispose à l’origine, comme tout organisme vivant de tous les moyens nécessaires pour lutter contre la maladie, sinon il ne verrait jamais le jour. Les animaux sauvages ne tombent malades qu’en présence de la pollution, du manque d’eau potable et de nourriture et en fin de vie; ils échappent habituellement aux dysfonctionnements. – Le meilleur médecin est celui qui vous permet de chercher la guérison, non par des pilules ou par la «lumière guérisseuse » à X euros la séance, mais au plus profond de vous-même en collaboration avec votre «médecin intérieur», au-delà des symptômes, au-delà de la souffrance.

ENTR’AIDE : Quelle médecine nous conseillez-vous alors pour la santé du Foie?

Alain HAUUY: Le réflexe de tout professionnel de la santé (et non de la maladie), est d’aider à la restauration du foie. La naturopathie fondamentale (PV Marchesseau 1935) nous donne la méthode en trois temps : hygiène alimentaire avec le réglage alimentaire personnalisé, hygiène nerveuse et mentale avec la relaxation volon­taire et hygiène musculaire avec la «gymnastique des organes» qui réalise un auto-massage hépatique couplé à la respiration profonde volontaire. Si le protocole est adapté au sujet et est correctement suivi, les artifices médicamenteux « médica…menteurs », allopathiques ou homéopathiques que l’on préconise habi­tuellement pour tous les problèmes chroniques dont la plupart sont liés à des dysfonctionnements hépa­tiques (tels que sinusites, conjonctivites, sinusites, tendinites, mycoses, allergies cutanées, hémorroïdes, baisse de tonus, réveils nocturnes répétés entre 1 et 3 heures du matin), seront inutiles. Quant aux pratiques thérapeutiques telles que les plantes, les arômes, l’acupuncture, la réflexologie, l’ostéopathie, les massages, la sophrologie sans omettre la simple application des mains, seront valables, si elles sont utilisées à bon escient au sein du concept naturaliste que nous propose la naturopathie au cours de ses trois étapes incontournables : la désintoxication, la revitalisation et la stabilisation. Le retour à la santé n’est durable que s’il s’accompagne d’une prise conscience chez le patient de ses erreurs de vie et de la nécessité vitale d’une meilleure relation avec lui même, avec les autres, avec la création et avec le Créateur. Aucun procédé thérapeutique isolé n’est valable, car rien d’équilibré ne peut-être obtenu au niveau cellulaire, tant que l’ordre naturel n’est pas respecté au niveau biologique, la décancérisation de l’espèce n’est possible qu’en empruntant la voie que nous impose la Vie, tout artifice est voué à plus ou moins long terme à l’échec. Et en se rappelant simplement ce que disait St Vincent de Paul « il faut que le corps soit bien pour que l’âme s’y plaise…». ( d’après article publié dans le Journal « Entr’aide » N°51 Juin 2003)

A suivre

Article réalisé par Alain HAUUY

Lien : http://multimediaprevert.free.fr/articles.php?lng=fr&pg=18

 
 

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

ZINCUM (zinc)

MENTALE DES SYMPTOMES OU pathogenèse ZINCUM
1 – () Lit le tableau dans le cerveau ou l’épuisement nerveux, neurasthénie ancienne, suite à une prolongation des études ou d’un surmenage par l’activité mentale excessive, répétée des veillées ou des soirées sociales ou d’intoxication. Il ya une difficulté ou une lenteur dans la compréhension et de répondre. La confusion mentale, surtout au réveil. Une faiblesse marquée de mémoire avec des difficultés pour obtenir sa pensée et à une pénurie d’idées.
Progressive Bêtise, stupidité. Oublieux, ne se rappelle pas ce qu’il a fait dans la journée. Avant de répondre à une question, toujours répétée, comme s’il cherchait à se le rappeler ou le fixer de meilleure qualité, et répond lentement. Enfants ou les personnes quelque chose de stupide, hébété et docile, après que des conditions meningoencefalicas, un visage sans expression. Stupeur ou l’inconscience sinon l’éruption dans les maladies éruptives, et après les éruptions. L’enfant répète tout ce qu’ils disent.

2 – () une hypersensibilité au moindre bruit (ce qui fait surprenante) des voix, fait qu’il est pire d’entendre parler d’autres, et reste silencieuse, surtout la nuit, sujets à la séance.

3 – () tourmenter tout le monde avec leurs plaintes et réclamations, gémit et se plaint sans cesse, surtout pendant la journée. Mais il a une manière d’être de très mauvaise humeur ou en alternance avec tristesse et de joie à midi ou le soir hilarité, ou vice versa.

4 – () irritable et impatient. Irritable soir, les enfants irritables, croisées, en particulier le soir (dans les affections du cerveau). Moody,
pas parler à personne. Des élans de colère, et une grande anxiété lorsqu’ils sont laissés seuls. Prennent facilement la mouche.

5 – () Scream, surtout quand tu dors (tu dors chocs) et au réveil, avant les crises et dans les maladies du cerveau ou des méninges (cri des cerveaux »). Somnambulisme par des éruptions ou des émotions réprimées. Pincez les couvertures.

6 – () La peur de l’obscurité, obscurité, des voleurs, des fantômes ou des fantômes, de mourir, à l’automne. Anxiété: prémenstruel, pendant la fièvre de conscience, de culpabilité (à regret). Pensez à la mort, comme si la fin était proche. Grande agitation.

7 – () ou de manie Insania supprimé éruptions. Il rit aussi. Delirium niolento, croit qu’ils l’arrêter pour un crime ou qu’il sera tué, ou allez les diables, et qui veut s’échapper, ayant un temps d’arrêt dur, impétueux. Mystical troubles mentaux. Au cours de délire, et chez les enfants, il ya une pression constante sur pubis ou mettre la main sur les parties génitales.

8 – () Tristesse, mieux pendant les menstruations. Pleurer sans raison. Suicidaire. Timide, rougit. Aversion pour le travail et à marcher.

9 – () émotions troubles entendre des choses horribles pire.
10 Mange trop rapidement ou de boire.

Symptômes ZINCUM pathogenèse GENERALESO
11 – () des mouvements automatiques et involontaires dans la bouche, des bras et des mains, mais où est le numéro un symptôme clé de zinc, qui est ce qui conduit à leur prescription est souvent dans les pieds, incessante et sentiment violent d’agitation ou de l’agitation dans les pieds ou les membres inférieurs, ce qui provoque devez les déplacer constamment, même contre leur volonté et même dormir, vous ne pouvez pas les tenir en place.

12 – () Il existe un déficit marqué de la vitalité, à une échelle qui est trop faible pour développer des éruptions cutanées, de produire des menstruations, de cracher ou d’urine, etc., Un fait soulève un certain nombre de troubles mentaux (voir 1 et 5) et physiques (voir Demandes spéciales) et l’enlèvement des éruptions ou des sorties. Effets des éruptions de maladies éruptives (rougeole, la scarlatine, etc.) Survenant trop lentement, ou pas se produire ou sont supprimées. Excessive faiblesse le matin au réveil, la marche, la diarrhée, la famine, avant les règles, en prenant soin des malades.

13 – () Il existe deux modalités particulières de zinc. Premièrement, l’amélioration durant les menstruations (en particulier le système nerveux et des organes génitaux) toutes les souffrances, améliorer les symptômes et les troubles ne fait que commencer à couler les menstruations (à l’exception des convulsions et la chorée (voir 14)), mais réapparaissent de nouveau pour arrêter . Deuxièmement, l’aggravation du vin, ne peuvent pas supporter la moindre quantité de vin qu’il produit ou aggrave les maux de tête, nausées, brûlures d’estomac, éructations acides, le hoquet, les vomissements et même en Corée.

14 – () convulsions, surtout chez les enfants, dans la dentition, pâle et sans fièvre, des convulsions yeux et des grincements de dents de la suppression d’éruptions ou des éruptions cutanées qui ne font pas le printemps, pendant la menstruation, l’effroi, dans le post-partum; toniques ou cloniques, avec la chute ou la paralysie. Corée mouvements involontaires de la bouche, la tête, les mains et les pieds ou les extrémités inférieures (voir 11), ou déplacer une main et la tête, ou tournez le sur un côté à l’autre peuvent être causées ou aggravées par la peur, a supprimé les éruptions pendant la menstruation, au repos, après le dîner, avec le vin et le crépuscule. Secousses musculaires, secousses musculaires isolées. Violentes secousses dans tout le corps, surtout après les émotions. Maladie de Parkinson. Évanouissement.

15 – () Worst: par le toucher, par la pression, en le secouant ou en voyage, couché, assis, au repos, de mouvement, par l’effort mental ou aisicos, la marche: de 11 à 12 heures le soir (de 17 à 19 heures) et nuit, du froid En cas de surchauffe; par la chaleur, dans une pièce chaude, à l’extérieur ou par les courants d’air (très sensibles) après avoir mangé ou bu, du sucre, du lait ou du vin (voir 13) ou de veau, par le bruit ou entendu parler, avant et pendant la menstruation. Amélioration: les rejets (les symptômes thoraciques de la toux, une miction de la vessie, de retour par la pollution et, en général, la menstruation (voir 13)); par l’apparition d’éruptions ou des éruptions peu développé.

16 pulsations violents dans tout le corps. Sensation de froid dans les os.
Des engourdissements, des picotements, des fourmillements. Une anémie hémolytique avec prostration profonde.
Le désir et l’aversion du Zinc

17 – () Je veux de la bière, les boissons et les aliments froids, Aversion pour la viande, des bonbons, du vin et du brandy, du poisson, des aliments cuits et chauds.

Zinc PARTIICULARES
18 – () Vertigo comme si d’avoir un accident vasculaire cérébral, comme si la tête de haut en bas comme si son ondulation siège comme si elle venait à tomber vers la droite pour être dans une peur des hauteurs ou à l’automne vers la gauche; pires matin dans une pièce chaude et après avoir mangé ou levant les yeux, et mieux à l’extérieur, avec obscurci la vision, le sentiment que vous remplissez les yeux, des nausées, des évanouissements et les mains tremblantes. Maux de tête après avoir bu du vin (mais très peu), avec des nausées et des vomissements. Pression dans la région nasale, comme si sur le point de sombrer dans la tête, mal de tête frontal En appuyant sur le matin. Hémicrânie après le dîner. Céphalée occipitale dans le poids des sommets. Les céphalées sont pires dans une seule pièce, dans la soirée dans le lit et après les repas, mieux à l’extérieur et pendant la menstruation.
Maux de tête dans l’étude dure école. Sensibilité sur le vertex. Front froid, chaud base du cerveau. La méningite ou une encéphalite aiguë des mouvements de la tête de gauche à droite et s’enfonce dans l’oreiller, des céphalées, des vomissements, le cri céphalique et la raideur douloureuse du cou. La méningite tuberculeuse. Hydrocéphalie. Sentant que la chevelure est droite, se situe dans le vertex; calvitie.

19 – () Douleurs dans les yeux, brûlure, larmoiement, presser, comme si elles s’enfoncent dans la tête, ou comme le sable, à une photophobie et larmoiement, en particulier dans le coin interne, pire dans la soirée et la nuit. Démangeaisons, brûlures et le sentiment d’excoriation des paupières et des yeux, surtout dans le coin interne, aggravée pendant la menstruation et pendant la nuit ou le matin.
Conjonctivite aiguë purulente, avec rougeur, pire dans le coin interne.
Ptérygion. Post-strabisme encéphalite. Yeux secs. Les paupières sont collées nuit. Postopératoire de brûlure intense dans ses yeux. La paralysie et la chute des paupières supérieures. Myosis. Allez chercher brille de mille feux dans l’air ou la pluie est d’or. Diplopie. Amaurose pendant la céphalée. Aller une vision moitié nuageux.

Earache 20 déchirure ou perforation, surtout chez les enfants, avec 2xterna enflure. Augmentation de la cire, qui devient plus liquide. Prurit dans l’oreille droite, mettant le doigt mieux. Écoulement de pus fétide de l’oreille. Bells, bourdonnements, craquements, comme si elle allait se briser un verre, pour dormir. Très sensible au bruit.

21 – () excoriant douleur à l’intérieur du nez. Obstruction nasale. Intense pression douloureuse à la racine du nez, comme si elle était introduite dans la tête avec des vertiges. Fourmillements, l’éternuement. Nez dans gonflés à l’extérieur, tantôt sur un côté. Coryza aqueux. Nez rouge, la pointe se bloque facilement.

22 – () visage pâle et terreux, alternativement rouge et pâle, cadavérique, cachectique, Sharp, bleu-blanc, cireux, blanc ou jaunâtre. Expression apathique, absent. Larmoiement, couture ou la fracture des os du visage. Secousses spasmodiques dans Risorius, avec une tendance constante à rire. Névralgie du trijumeau, pire au toucher et au crépuscule. Fissures dans les lèvres et les coins. Lèvres gonflées et sèches. Lèvre supérieure plaie dans le milieu. Élancements dans l’articulation de la mâchoire, ou lourds mordre quand ils sont déplacés ou pressé avec un doigt. Éruptions cutanées avec démangeaisons et des rougeurs sur le menton.

23 – () Maux de dents à mâcher. Dents qui bougent, se sentent allongée. Grince des dents, éveillé ou endormi. Troubles de la dentition chez l’enfant, avec la faiblesse et les pieds froids et agités.

24 jaunes d’ulcères dans la bouche. Saignement des gencives au moindre toucher, blanc, gonflées, douloureuses excoriés, ulcérées. Sialorrhée avec un goût métallique. Langue sèche, blanche ou blanc jaunâtre, avec des vésicules; mal à manger. Bouche enflammée, avec douleur en baillant. Goût de sang (plus que dans la grossesse), salé, sucré, fromage pourri.

Sécheresse de la gorge 25. Grande accumulation de mucus adhère à la pharynx ou des narines, de Hawking nécessité constante pour les enlever.
Sensation de boule dans la gorge, pis quand ne pas avaler. Maux de gorge, mais quand ne pas avaler. Contraction et des crampes dans l’oesophage, pire durant l’inspiration.

26 – () la soif de violence, dépêchez-vous boire. La faim a diminué. Appétit vorace, insatiable, de faim intense à 11 ou 12 heures, et se hâter vers le bas, ne peut pas manger suffisamment rapide (symptôme qui se voit surtout dans les troubles du cerveau chez l’enfant). Régurgitations acides après avoir mangé, surtout le pain ou du lait. Burning pour le sucre ou de sucreries. Hoquet après le petit déjeuner.
Des nausées, des nausées et des vomissements, pire moindre mouvement. Nausées par la moindre absorption de vin. Retch; pendant la grossesse, l’acide biliaire; sang. Spasmes dans l’estomac. L’oppression brutale dans l’estomac, doit desserrer ses vêtements. Gastralgies déchirure.

27 – () Douleurs dans l’hypocondrie, saccadé ou pression, pour le pire après les repas, le déplacement et la marche. Foie volumineux, difficile et douloureuse.
Douleurs dans la rate. Douleurs de l’estomac pendant la nuit ou après un repas avec ballonnement. Pain à un point en dessous du nombril comme une induration. Périombilicale colique spasmodique. Douleur lancinante, ou des crampes sur eodo après le petit déjeuner. Prononcé flatulences ou escamotés, avec un abdomen distendu, avec fracas et gargouillis, pire après les repas, avec l’expulsion fréquente des flatulences chauds et putrides. Hernie inguinale. Appuyant sur la douleur dans le pubis. Adénopathie inguinale. Bubon, le plus à gauche.

28 – () Constipation avec selles dures et sèches, l’insuffisance et la fragmentation, des efforts violents évacués. Constipation du nouveau-né. La diarrhée infantile, pire la nuit, avec des selles liquides, verdâtres, des muqueuses ou sanglante, des crampes et d’urgence, avec la douleur pendant et après la selle, des troubles nerveux, de la stupeur, l’agitation, mouvements spasmodiques, mouvement automatique de la tête, des troubles qui apparaissent especiabnente à arrêter d’urgence de la diarrhée. Selles involontaires, en particulier dans les tableaux aiguë cérébrale ou méningée demain pire. Burning, crudité et violentes démangeaisons à l’anus. Burning défécation anale. Sentant que la pression flatus contre le coccyx. Fourmillement et de picotement anal comme si j’avais des parasites.

29 – () Stitches et la douleur dans les reins, mais sur la gauche. Les pierres aux reins ou la vessie de gravier. Rétention d’urine nerveux ou hystériques quand il commence à uriner, violente pression dans la vessie comme si elle allait éclater et les désirs excessifs, mais il ne peut uriner assis et se penchant en arrière. Miction involontaire lors de la marche, la toux ou les éternuements et la nuit. Urines claires avec le sédiment blanc, trouble après un repos. Sang dans l’urine, ou il ya un écoulement de sang après une miction douloureuse. Brûlure à la miction et après. Incisive douleurs au niveau du méat urétral.

30 – () testículos rétracté, gonflées et douloureuses. Dessin des douleurs dans les testicules et le cordon spermatique, avec l’un ou l’autre des arriha testicules.
Excoriant douleur dans le scrotum. Orchite suppression de la gonorrhée.
Intense désir sexuel, violent, excessif, d’une excitabilité facile, avec éjaculation très rapide ou, au contraire, très difficile ou presque impossible.
Permanent des érections pendant la nuit. Rupture de liquide prostatique. Grande perte de cheveux génitales. Il a toujours les mains sur ses parties génitales, ou sont manipulés, tendance à se masturber. L’enfant saisit les parties génitales au cours de la toux.

31 – () Sens de la poussée. Menstruations précoces et abondantes, surtout la nuit, avec de gros caillots, ou en retard, précédée par une extrême agitation et la nervosité, des douleurs dorsales, toutes les plaintes disparaissent pendant les règles. Les règles sont réprimées, et des douleurs dans les seins et organes génitaux. Les crampes menstruelles.
Irresistible désirs sexuels avec violence ont nuit à se masturber.
Nymphomanie dans la période post-partum. Masturbation, a toujours ses mains sur ses parties génitales. Mucus, épaisses, sanguinolentes, cinglantes et après les menstruations, provoquant des démangeaisons intenses masturbation voluptueuse inducteur. Démangeaisons vulvaires pendant la menstruation. Douleur dans l’ovaire gauche, continue, amélioration par la pression et pendant les règles, réapparaît peu après. Veines dans les organes génitaux externes, des veines variqueuses dans les jambes, aggravée pendant la grossesse. Abondante perte de cheveux génitales.
Tendance à l’avortement. Répression des lochies. Excoriant douleurs dans les mamelons.
Tupresion ou l’absence de lait.

32 – () Enrouement, avec ardeur dans la trachée. Chatouilles fréquentes dans le larynx.
Toux, spasmodique, violent, sec, épuisant, avec des points de suture à la tête et du thorax, comme s’il allait éclater, pire après les repas, le repos, assis, debout, pour le lait, les bonbons et les boissons alcoolisées avant (demain) et pendant les règles, avec expectoration de mucus visqueux, jaune, purulente, teintés de sang, avec un goût métallique, sucré ou putride, tousse ou pur sang ou de mucus suivie par la sensation de froid et de cuisson dans la poitrine, comme s’il s’agissait d’premières . L’enfant saisit les parties génitales en cas de toux, la toux pire. L’asthme avec expectoration difficile, la dyspnée, la production d’expectorations cesse que commencer. Constriction autour du thorax. Appuyant sur la douleur et de brûlure derrière le sternum. Élancements dans les côtés. Sensation de vide dans la poitrine. Gauche névralgie intercostale, aggravée par le mouvement.

33 Palpitations. Précordiale coups douloureux, points de suture sur le bout du c?ur. Éclatement, spasmodique, soudain, dans le c?ur.
Violent pulsations artérielles au cours de la fièvre. Tachycardie.

34 – () raideur douloureuse dans le cou. Ne peut supporter d’être touché la moindre pression sur le dos. Région cervicale se sent fatigués et douloureux pour l’écriture ou sur tout autre effort, surtout la nuit. Irritation de la moelle épinière avec prostration et un engourdissement dans les membres infeiores. Tabes (anesthésie plantaire, douleurs fulgurantes, etc) .. Dolores de profondeur, de tir et de brûlure dans la dernière vertèbre thoracique et la première lombaire, pire encore après avoir été assis ou en marchant faire du vin de meilleure qualité. Allumées toute la colonne. Faiblesse dans le dos, pire séance. La tension entre les omoplates et les aiguilles. Sensation de brûlure dans les omoplates. Douleurs au niveau du sacrum et du coccyx.

35 – () la faiblesse, des tremblements et secousses ou des contractions fibrillaires dans les muscles des extrémités. Douleurs articulaires au niveau des membres larmoiement, le pire de plus en plus chaud ou d’exercices. Raideur dans les articulations, la coupe des douleurs et des démangeaisons violentes. Les crampes et les douleurs spasmodiques dans les membres. Douleurs rhumatismales dans les membres.
Faiblesse et tremblement des mains lors de l’écriture, la paralysie, et la pâleur ou cyanose des mains. La peau sèche sur les mains, fissuré et plaques prurigineuses, des fissures entre les orteils. Engelures gonflées, les mains douloureuses, démangeaisons, chaud et rouge, des pieds et des doigts, frotter le pire. Endormi sur les doigts se posent dans la matinée. Varices sur les cuisses et les jambes, douloureuse, aggravée par la grossesse, des veines variqueuses. L’?dème dans les jambes. Des démangeaisons dans les jambes et derrière les genoux, des fourmillements dans les jambes et les pieds, comme si un insecte, elle marcha dans la peau, à l’insomnie. Nocturne des douleurs dans les genoux. Douleur brûlante le long du tibia. Sensation comme si le sang ne circule pas sur les jambes. Raideur et la tension dans les mollets à
marcher. Erysipèle sur le tendon d’Achille. Douleur terrible dans le terebrante talon et après avoir bu du vin, de la marche pire. Rigidité du pied après avoir été assis beaucoup. Faiblesse et tremblement des pieds, la paralysie ou la suppression neurologiques de la transpiration du pied. Bromidrose pieds, les doigts nastimado. Froid aux pieds pendant la nuit. Grande sensibilité de la plante des pieds. Marche pour soutenir la plante entière sur le sol. Tendon aréflexie. Troubles de la suppression de la transpiration des pieds. Beaucoup d’agitation dans les membres, en particulier dans la partie inférieure, en particulier dans les jambes et, plus encore, dans les pieds, au crépuscule ou la nuit dans son lit et qui dure pendant des heures, souvent persistantes dans le rêve, et aussi en position assise (voir ll), ne peut s’arrêter.

36 La somnolence pendant la journée, pire après avoir mangé dans un bâillement. Les troubles du sommeil, souvent interrompus, parle ou crie de couchage, ou ont chocs. Il se réveille effrayé, étonné par des rêves effrayants. Le rêve ne s’est pas reposé. Somnambulisme.

37 – () des frissons dans le dos, débutera après le déjeuner et jusqu’au soir, pire ou êtes à l’extérieur quand il touche un objet froid et avant la tempête. Vagues de chaleur sensation de chaleur interne de froid dans le ventre et les pieds. Transpiration nocturne abondante ou de nuit, nauséabondes, et de ne pas tolérer d’être couverts lorsque vous transpirez.

38 – () démangeaisons la nuit dans un lit qui disparaît quand on la touche. Crawling entre la peau et les muscles. Éruptions chroniques. Eczéma sur le dos de sa main droite, avec une irritation intense, la fissuration et à l’humidité, aggravée par temps froid et le frottement. Fissures, douloureux, sensation de brûlure, aggravée par le lavage. Boil.
Maux d’éruptions supprimées.

COMPLEMENTAIRE ZINCUM:
Pulsatilla. Sépia. Soufre.

() Très efficace. () Efficaces. () Util

Source: «Vijnovsky Matière médicale homéopathique »

Pour plus d’information sur l’homéopathie s’il vous plaît visitez:
Index of Materia Medica Homéopathie

Source

 
 

Étiquettes : ,

La paix dans le monde

«La miséricorde et la vérité se sont rencontrées;

La justice et la paix se sont embrassées.
La vérité  jaillira de la terre et
La justice brillera du haut des cieux.
Oui, le Seigneur donnera ce qui est bon;
Et notre terre produira son fruit» (Psaumes 85,11)

A un moment donné, tout est évalué non pas selon son apparence, mais selon le degré de son développement.

Tout ce qui existe que ce soit bon ou mauvais, même la chose la plus nuisible au monde, a le droit d’exister et ne devrait pas être éradiquée du monde, ni détruite… Nous devons la réparer et la transformer en bien, car tout regard sur le travail de la création est suffisant pour nous instruire sur la grandeur et la perfection de son opérateur et de son créateur. Nous devons, par conséquent, être très attentifs lorsque nous rejetons un défaut inhérent à un détail quel qu’il soit de la réalité et comprendre qu’en le jugeant redondant et superflu, nous calomnions son opérateur.
.
Tout le monde sait que le Créateur n’a pas achevé la création. Et nous pouvons voir dans tous les aspects de la réalité, dans le général comme dans le particulier, qu’elle observe les lois d’un développement progressif émanant de son absence jusqu’à l’achèvement de sa croissance. C’est pour cette raison qu’au début de sa croissance, lorsqu’un fruit a un goût amer, ce n’est pas considéré comme un défaut du fruit car nous savons tous qu’il n’est pas encore arrivé à maturation.
Il en est de même pour chaque aspect de la réalité, lorsque qu’une chose nous apparaît mauvaise et nuisible, ce n’est en vérité que le propre témoignage de cet aspect qui n’est encore que dans une phase de transition, dans le processus de son développement. Nous ne pouvons donc pas dire que c’est mauvais et ce ne serait pas sage de notre part de l’imposer comme tel.
 
 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Le beau naturel et le beau culturel

 

Je pense qu’il existe deux types de beau du point de vue de l’observateur. Le premier est d’ordre instinctif, ou encore naturel. On trouve ceci ou cela beau, c’est beau dirions-nous, sans raison. C’est une émotion, une sensation, sans calcul, qui induit une opinion esthétique. Cette opinion, l’on souhaiterait qu’elle soit partagée par d’autres, on voudrait que ceux-ci aient la même.

Mais s’agissant d’une déclaration émotionnelle, il est difficile d’opposer à tout désaccord une démonstration convaincante. Le consensus sensitif est peut-être celui qui fournit les plus grandes joies, mais il tient bien plus au fait du hasard, d’une rencontre inopinée de deux natures qui s’accordent, que d’une démarche intentionnelle. Je ne maîtrise pas le goût dès lors qu’il est un produit exclusivement sensuel, mais l’empire des sens est peut-être aussi ce qui me permet de connaître, une fois au moins, le sublime. Je suis dans ce cas dans le champ naturel et c’est ainsi que je distingue ensuite le beau culturel, que je qualifierais encore d’intelligent. Ce beau là est le fruit d’une histoire, d’une culture. Sur le plan affectif, c’est un beau qui est plus plaisant qu’il ne procure de plaisir. Son origine est la raison et sa conclusion un jugement esthétique.

Plus réfléchi, le beau culturel est discutable. Moins volcanique, il s’inscrit dans la durée. Raisonnable, il est un travail du goût et ainsi, à une sensation agréable, s’ajoute un bien-être engendré par l’effort accompli.

Source

 
 

Histoire du parfum

Eternel parfum

Le parfum existe depuis toujours. Vous le savez bien. Le premier est apparu peu après les peintures de Lascaux et bien avant la machine à vapeur. Des empires s’élèvent et s’écroulent, les religions passent, le parfum reste. La raison en est simple: le parfum est le premier objet de séduction. C’est ce qui vous habille lorsque vous avez tout enlevé. Quand on demandait à Marylin Monroe ce qu’elle porte pour dormir, elle répondait: « Trois gouttes de N°5. »

 

Le commerce d’aromates précieuses fait la prospérité de villes phéniciennes et grecques dans l’Antiquité et celle de Venise à la Renaissance. Louis XIV abuse de parfums au point d’y devenir allergique vers la fin de sa vie, et l’empereur Napoléon – paraît-il – vide un flacon de l’Eau de Cologne de Jean-Marie Farina par jour. Mais c’est au 19ème siècle que l’usage du parfum se répand dans la société pour devenir, au 20ème, un élément incontournable de la vie de tous les jours.

 

A l’aube du 20ème naissent ou s’affirment les dynasties légendaires et les maisons illustres. Guerlain, qui existe depuis 1828, lance Jicky, L’Heure Bleue et Mitsouko, qui seront au parfum ce que Titien, Goya ou Rembrandt sont à la peinture. En 1904 Caron ouvre ses portes rue de la Paix, et s’illustre avec N’Aimez Que Moi, Tabac Blond, Narcisse Noir et l’indémodable Pour Un Homme. En 1917 François Coty crée Chypre – un tel succès qu’il donne son nom à une famille olfactive, les chyprés. Toute l’Europe se fournit alors en France. Il n’y a que les Anglais, ces extravagants, pour préférer leurs propres parfums que distillent Yardley et Floris. Souvent monotones – sobriété et flegmatisme oblige – on leur doit la mode de la lavande et de la violette, mais aussi des sommets de décadente volupté comme le Hammam Bouquet créé par William Henry Penhaligon.

 

Après la guerre arrivent les années folles, les jupes raccourcissent, le corsage disparaît, Amelia Earhart traverse l’Atlantique en avion, les femmes fument la cigarette et s’installent au volant des voitures. Des parfums deviennent de plus en plus sophistiqués et osés. 1920 est l’année de Shalimar, sans doute la plus belle évocation olfactive de l’Orient jamais composée. En 1921 Ernest Beaux crée le N°5 pour Chanel et inaugure ainsi une mesure inédite de la vitesse, le flacon/heure : il se vend aujourd’hui deux flacons de N°5 par minute. Patou lance Joy – prétendument le parfum le plus cher au monde, à la composition exceptionnelle. L’art du parfum atteint son apogée.

 

Mais, suivant ses éternelles fluctuations, la mode se détourne de la sobriété mêlée d’insolence qui distinguait Chanel et du charme capiteux de la femme fatale. L’après-guerre veut oublier les privations et les horreurs – la grâce fragile et l’insouciante légèreté sont dans l’Air du Temps… que Nina Ricci dévoile en 1948. Christian Dior conquiert l’Amérique avec le New Look, les tailles fines et les flots de soie. Miss Dior flâne les long des vitrines de l’avenue Montaigne avec son cortège d’élégantes : Madame Rochas, Miss Balmain, Jolie Madame. Monsieur de Givenchy leur emboîte le pas.

 

Désormais parfumerie et mode seront indissolublement liées. Une liaison dangereuse qui a de beaux jours devant elle: hier comme aujourd’hui, les parfums de Calvin Klein, Thierry Mugler, Jean-Paul Gaultier, Gucci, Armani ou Hermès tiennent invariablement le haut de l’affiche.

 

Au cours des trente années qui suivent la parfumerie évolue avec le reste du monde. L’époque change, la production s’industrialise. Jadis un luxe rare, le parfum devient peu à peu un produit de grande consommation, sans pour autant perdre ses lettres de noblesse. Les quantités augmentent, les jus se diversifient pour satisfaire les goûts les plus insolites et les plus exigeants. Tout comme les textiles synthétiques, les molecules synthétiques de plus en plus nombreuses donnent aux créateurs une liberté jusqu’alors impossible. Il n’y a plus de mode en parfum, mais des tendances plus ou moins passagères. Dans les années ’60 et ’70 naissent encore quelques parfums mythiques, souvent dus au génie d’Yves-Saint-Laurent : Rive Gauche, Opium, Paris. Il y a l’Eau Sauvage de Dior pour homme, Polo de Ralph Lauren, Coco de Chanel, Charlie de Revlon, quelques autres encore. Mais le parfum-signature, unique et reconnaissable, cède peu à peu la place à une ‘garde-robe’ de dizaines flacons, où l’élégante d’aujourd’hui pioche au gré des saisons, des occasions et des humeurs.

 

Aujourd’hui, on porte le parfum comme une robe ou un t-shirt, on le savoure au passage, comme un éclair au chocolat ou un mojito. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si ces dernières années ont connu une vogue de parfums gourmands aux senteurs de fruits, voire de légumes, de bonbons et de limonades : de Baby Doll Honeymoon de Saint-Laurent à Premier Figuier de l’Artisan-Parfumeur, en passant par Miss Dior Chérie, la liste est longue.

 

Le parfum de cette première décennie du 21ème siècle correspond plus que jamais à une ambiance, à un cadre – de rêve. « Il est des parfums frais comme des chairs d’enfants, doux comme les hautbois, verts comme les prairies… ». Ecoutez ces noms : Jardin sur le Nil, Escale à Portofino, Thé Pour Un Eté, Ombre Dans l’Eau… Le parfum est un poème.

 

Composez votre anthologie !

Source

 
2 Commentaires

Publié par le janvier 23, 2011 dans May a des coups de coeurs, May aime la poésie

 

Étiquettes : , , , , , , ,