RSS

Archives Mensuelles: novembre 2010

La capsule rendant la virginité vendue sur internet

Dessin de presse : Les mariages menacés de nullité

Dans la religion musulmane, la virginité de la mariée est une question de fierté familialle, et jusqu’à nos jours cette mentalité est ancrée , et elle peut aussi, dans des cas plus graves entrainer des « crimes d’honneur » , ainsi appelés pour justifier la « non virginité » le soir du mariage!

En Israël, beaucoup de jeunes Arabes Israéliennes se sont assimilées aux israéliens de Tel Aviv ou de Berchéva, et ont souvent fréquenté avant le mariage, mais cela devient le jour des noces , un cauchemar qui peut se terminer en divorce ou bien même par la punition qui est la mort.

Médicalement, le souci est de recoudre l’hymen, et en Israël, cette chirurgie est très courante , et beaucoup de jeunes filles prêtes à se marier viennent consulter les chirurgiens pour restaurer entièrement l’hymen en 60 minutes!

Cela leur permettra de faire croire à leur futur mari qu’elles sont vierges.

Mais toutes ces femmes n’ont pas les moyens de payer ce genre de chirurgie ( 2000 $ U.S. et 2500 $ U.S., ), car il n’y a pas de sécurité sociale comme en France!

Donc , désormais elles peuvent trouver sur internet »la capsule de virginité » pour quelques euros.

C’est quoi exactement cette capsule?

Elle doit être introduite dans le vagin juste avant le rapport et au contact de la verge du monsieur , celle ci éclate et fait couler du sang, car cela est la preuve tangible qui est sur les draps et que certaines familles vérifient, le lendemain!

Cette capsule reste interdite dans tout le Moyen-Orient et elle est seulement vendue sur internet.

 

Source:http://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=ar&tl=fr&u=http%3A%2

 
34 Commentaires

Publié par le novembre 27, 2010 dans May aime l Algerie

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Il faut dire la vérité aux enfants

Depuis leur naissance, les enfants ont besoin de paroles pour grandir harmonieusement. Ces mots, extrêmement importants, leur permettent de comprendre le monde et de lui donner du sens. Si on ne parle pas à un petit comme à un adulte, il est primordial de dire la vérité aux enfants.

Beaucoup d’adultes sont tentés de dissimuler, modifier ou adoucir la réalité face à leurs enfants. Souvent, cette attitude part d’une intention bienveillante. En effet, l’enfance paraît une période vulnérable durant laquelle les parents souhaitent épargner la dureté du monde des grands à leur progéniture. Par crainte de faire souffrir, de traumatiser ou de nuire à l’innocence, ils mentent.

 

En réalité, un enfant peut tout entendre et tout comprendre pour peu qu’on utilise un langage à sa portée. Le mensonge ou la dissimulation, qui s’apparentent à des non-dits, sont beaucoup plus néfastes à son développement psychologique qu’une vérité, même cruelle. Dans son livre « les mots », Françoise Dolto, très impliquée dans la cause des enfants, explique comment s’adresser à eux.

 

En effet, un enfant même très jeune perçoit instinctivement qu’on lui cache une information. A travers le langage non-verbal, les sous-entendus, les regards même que les adultes échangent, il devine un mystère dérangeant. Comme le montre ce témoignage d’un soignant en pédo-psychiatrie, le mensonge peut s’avérer extrêmement destructeur. Cet infirmier en centre médico psychologique raconte qu’un de ses petits patients, à qui la mère avait raconté que son père, décédé accidentellement, était « parti » en voyage, avait passé des nuits entières à la fenêtre de sa chambre à attendre son retour… Il a fallu que la mort de son père lui soit enfin signifiée pour qu’il recommence à dormir la nuit.

 

Il faut bien-sûr voir derrière ces non-dits une  souffrance et une culpabilité extrêmes face au chagrin des  enfants. Cependant, dire la vérité revient à les considérer comme des personnes. C’est un acte d’amour et de respect. Les enfants ont le droit de vivre les émotions liées à un deuil, une séparation ou un emprisonnement par exemple. Que ce soit de la douleur, de la honte ou de la haine, tous ces sentiments doivent s’exprimer.

 

La vérité dite aux enfants  s’entoure de douceur, de mots simples. Les parents ne doivent pas hésiter à montrer leurs propres sentiments. Lorsque les enfants se posent des questions sur la sexualité par exemple et qu’il est difficile pour un adulte d’aborder ce thème, il peut déléguer cette tâche à une autre personne, moins proche. C’est une très bonne façon d’éviter de tomber dans le piège de la cigogne, du chou ou de la rose… Il faut se souvenir qu’un petit est un futur adulte, qui, s’il découvre plus tard qu’on lui a caché une vérité, peut en garder une profonde rancune.

http://www.come4news.com/il-faut-dire-la-verite-aux-enfants-685776

 

 
3 Commentaires

Publié par le novembre 26, 2010 dans May aime les enfants

 

Étiquettes : , , , , ,

Pour une science sans à priori

Si les scientifiques renoncent à la réflexion métaphysique et spirituelle , ils se couperont de la société.

Nous sommes un groupe de scientifiques venant des horizons les plus divers, aussi bien au plan culturel qu’au plan des disciplines scientifiques que nous représentons.

Nous avons en commun le fait de penser que, si les conceptions religieuses ou métaphysiques ne doivent en aucun cas intervenir à priori dans le déroulement de la recherche scientifique, il est non seulement légitime mais également nécessaire de réfléchir à posteriori aux implications philosophiques, éthiques et métaphysiques des découvertes et des théories scientifiques.

Ne pas le faire serait prendre le risque de couper les scientifiques et la Science d’une majorité de nos contemporains.

Ce débat regroupe les opinions les plus diverses. Ainsi le biologiste contemporain Richard Dawkins a-t-il affirmé que l’on pouvait être un athée comblé après la publication par Darwin de « L’Origine des espèces ». Tandis que l’astronome Arthur Eddington a pu dire : « Après 1926, année de la synthèse de la mécanique quantique, un homme intelligent pouvait de nouveau croire en l’existence de Dieu ».

A l’inverse, des biologistes peuvent affirmer la compatibilité du darwinisme avec la foi en un créateur, et des physiciens que la physique quantique ne diminue pas la crédibilité du matérialisme et du scientisme.

Cependant, la légitimité de ce débat est aujourd’hui menacée, en France comme aux USA, par deux confusions qui sont liées à l’intense développement médiatique qui a eu lieu autour du mouvement dit du « Dessein Intelligent » (Intelligent Design). Mouvement qui transgresse les limites de la Science à la fois par son programme politique (la modification des programmes d’enseignement dans les lycées américains) et la présence en son sein de nombreux créationnistes qui nient quelques-unes des bases de la Science moderne.

La première confusion est celle existant entre « créationnistes » et ceux qui acceptent totalement l’évolution tout en émettant différentes hypothèses sur ses mécanismes, voire recherchent d’éventuels facteurs internes. Le terme « créationniste » doit être employé uniquement pour qualifier ceux qui nient l’existence d’un ancêtre commun à toutes les principales formes de vie sur Terre et les faits de l’évolution ayant mené des premières formes de vie jusqu’aux êtres actuels. Si une telle rigueur n’était pas appliquée dans l’emploi de ces termes, tous les scientifiques déistes, juifs, musulmans et chrétiens (ainsi que la plupart des fondateurs de la science moderne ) pourraient être qualifiés de « créationnistes » en ce qu’ils croient en un principe créateur. On voit bien que cela mène à une confusion extrême.

La deuxième confusion est encore plus facile à faire car elle porte sur le même terme : Dessein (Design). C’est la confusion entre ceux qui affirment que les progrès de l’astrophysique suggèrent l’idée selon laquelle un dessein existe dans l’Univers n’est pas à exclure, et le mouvement du Dessein Intelligent.

Ainsi en 1999, l’American Association for Advancement of Science (AAAS), la plus grande association mondiale de scientifiques et éditeur de la revue « Science » a-t-elle organisé un colloque sur les « Questions cosmiques » (Cosmic Questions) dont une journée était intitulée : Y a-t-il un dessein dans l’univers ? (« Is the Universe designed ? »). Bien entendu aucun des supporters actuels du Dessein Intelligent n’y avait été invité.

C’était un débat entre astrophysiciens professionnels. Le domaine de recherche concerné est issu de la découverte, dans les années 80, selon laquelle il était nécessaire que l’Univers fut réglé de la façon la plus précise (fine-tuned) pour que la vie puisse y apparaître. Et qu’une petite modification des constantes et des lois de l’Univers rendrait celui-ci impropre à voir s’y développer toute forme de complexité.

Ce domaine de recherche, qui concerne ce qu’on appelle le « principe anthropique », a donné lieu à de nombreuses publications dans des revues à référés. L’existence de ce réglage a amené certains scientifiques à penser que cela donnait une possibilité nouvelle, mais en aucun cas une preuve, à l’hypothèse de l’existence d’un principe créateur. D’autres contestent vigoureusement cela, sans apporter de preuves du contraire. Il s’agit d’un débat d’idées normal sur les implications philosophiques et métaphysiques des découvertes scientifiques. Ce débat a lieu à l’intérieur de la communauté académique et ceux qui y participent ne doivent en aucun cas être confondus avec ceux qui nient une partie des fondements de la science comme le font les créationnistes et la plupart des partisans du « Dessein Intelligent ».

À ce propos, il faut souligner que, même si l’acceptation du matérialisme méthodologique est à la base de la méthode utilisée dans la plupart des disciplines scientifiques (bien que la physique quantique fasse exception aux yeux de nombre de ses spécialistes), cette acceptation ne doit pas être présentée comme menant obligatoirement au matérialisme scientifique ou le validant.

Nous tenons donc à affirmer que :

– Vouloir se servir de l’existence d’un mouvement comme le Dessein Intelligent pour discréditer les scientifiques qui affirment, a posteriori, que les découvertes scientifiques récentes donnent droit de cité, sans les prouver, aux conceptions non-matérialistes du monde, c’est effectuer volontairement ou non, une confusion qu’il convient de dénoncer.

– Accuser, comme cela a été le cas récemment en France, ces mêmes scientifiques de se livrer à des « intrusions spiritualistes en science », c’est contraire à l’éthique et à la liberté du débat qui doit exister sur les implications philosophiques et métaphysiques des découvertes scientifiques. C’est aussi faire deux poids et deux mesures, car ces mêmes personnes n’accusent nullement un Richard Dawkins par exemple « d’intrusion matérialiste en science ».

– Agir de cette façon, ce n’est pas servir la science. En une période où il existe une crise de vocation importante chez les jeunes pour les carrières scientifiques, où la science est soumise à différentes sortes de critiques, la science se doit d’être la plus ouverte possible (entre autres ouverte à la question du sens) et ne doit pas se refermer autour d’un rationalisme borné caractéristique du scientisme.

– En France, l’Université Interdisciplinaire de Paris (UIP), aux activités de laquelle nous avons tous participé, a porté ce débat sur la place publique au cours de ses dix années d’existence. Elle l’a fait de façon ouverte et rigoureuse et nous pensons qu’une telle démarche doit être soutenue. Les signataires de cet article espèrent, par cette déclaration commune, aider le public français en général et les médias français en particulier à éviter les confusions et les amalgames que nous avons mentionnés ici ; à s’intéresser à la richesse du débat en cours sur les implications philosophiques et métaphysiques des découvertes scientifiques effectuées au cours du XXème siècle ; à respecter tous les acteurs de ce débat pour autant qu’ils se basent sur des faits admis par l’ensemble de la communauté scientifique.

http://www.staune.fr/Pour-une-Science-sans-a-priori.html

 

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 26, 2010 dans May aime la philosophie

 

Étiquettes : , , , , ,