RSS

Archives Mensuelles: juillet 2010

MashAllah

It didn’t take us long to catch up with the ways of polite society and we always remember to suffix or prefix our sentences with Mashallah.“You’re wearing a lovely suit, Mashallah,” is a great ice-breaker at parties where often the only other person you know is your partner.

The host and fellow guests will promptly say “Mashallah” when you are introduced as so-and-so’s “begum” or so-and-so’s “shohar”. Sometimes the odd man out will check you out and remark: “Maaashaaaallah – so this is your Begum!”

More often than not the term is employed to ward off the evil eye. So if you’ve got a beautiful house, beautiful children and beautiful currency sitting in a beautiful Swiss account, I’d pray and pray that you figure in the NRO list, but I’d disguise my real feelings by beautifully lacing my sentence with “Mashallah, what a beautiful house/lawn/children/.”

http://indiansinpakistan.blogspot.com/2010/02/tryst-with-mashallah.html

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le juillet 17, 2010 dans May aime l'actualité

 

Métropia

Image

Synopsis :

Dans une banlieue de Stockholm, dans un futur proche. Les souterrains européens sont reliés par un gigantesque métro. Roger évite de prendre le métro. il a l’impression que ses faits et gestes sont contrôlés, entend dans sa tête la voix d’un étranger… Pensant être victime d’une machination, il demande de l’aide à une jeune mannequin, Nina.

Je viens de voir l’OVNI Metropia au festival du film fantastique, une année après les salles françaises après s’être arrêté dans les pays du nord de l’Europe l’an dernier, mais faut-il réellement l’attendre ?

Pour en savoir plus, May diwan le forum:

http://may.forumavie.com/metropia-vt135.html

Film Réalisé par Tarik Saleh

 
 

Femme Musulmane et Scientifique

Femme musulmane et scientifique, ce n’est ni un exploit ni original, quand on vit en pays musulman.

Le paradoxe est exclusivement occidental.

Dans mon pays d’origine ou je n’ai pas connu la mixité à l’école, on ne se posait pas la question de savoir si on allait faire des études scientifiques ou littéraires, à vocation féminine ou masculine. On était simplement orientée , en fonction de ses performances ou compétences.

Forte en maths, c’est donc tout naturellement que je me suis dirigée vers une filière ou carrière d’ingénieur que j’ai terminée par ‘un doctorat obtenu en France.

Ma première expérience professionnelle, c’est en Suisse que je l’ai vécue, néanmoins, pays oui j’avais suivi mon mari.

Le défi professionnel était certain, le travail enrichissant et oh combien exigeant.

Pour faire son travail quand on est à temps complet, il faut être à 150%. On l’était , les deux, mon mari et moi, ce qui rendait difficile la mission d’éducation que j’avais envers mon enfant, mission dont je en voulais pas démissionner.

Je voulais être la femme parfaite: ingénieur, mère , active, le tout à un certain niveau d’excellence et d’élégance.

Mais élever un enfant musulman dans un milieu qui ne lui était pas forcément favorable s’avéra vite difficile.

Passons les vacances sacrifiées pour les vaccins et petits soucis de santé.

Passons le manque structurels de crèche et autres pour le garder en toute sécurité.

Il a fallu avoir recours à ce que l’on appelle communément une maman de jour, et là vous heurtez à des jugements de valeur de l’ordre : mais pourquoi , ile ne mange pas de porc, ça ne va rien lui faire!!

Vous vous retrouvez face à une situation ou votre enfant est négativement discriminé, dévalorisé et non respecté en raison de sa confession et de ses origines, et ce dés son plus jeune âge.

Cruelle souffrance pour une maman

Cruel dilemme pour une mère active , partagée entre son ambition professionnelle de haut niveau et sa volonté de donner la meilleure éducation à  son enfant.

J’ai alors décidé de faire une pause professionnelle pour quelque temps, afin de m’occuper de mon bébé, le métier d’ingénieur ne se pratiquant pas à temps partiel,e t dans la foulée, ce qui est normal eu un deuxième enfant.

A ce moment là de ma vie, il etait clir pour moi que je devais rester à la maison avec mes enfants.

4 ou 5 ans plus tard, je voulais retrouver la voien active, et le parcours du combattant comme ça.

Il est fortement conseillé d’avoir de l’expérience dans le domaine, moi j’avais un trou dans mon CV.

Retrouver du travail signifiait pour soit accepter un poste de niveau inférieur et on me reprochait d’être sur qualifiée.

Soit reprendre les études ce qui pesait trop lourd sur le budget. Entre les frais d’écolage et les frais de garde d’enfant, il faut pouvoir assumer.

Et plus le temps passe, plus cela devient difficile . on revoit ses ambitions à la baisse pour pour pouvoir s’assumer et être autonome.

Et on accepte n’importe quel travail qualifié ou pas. Ce qui est bien dommage . Un vrai gâchis.Ca vaut bien la peine de faires des etudes scientifiques.

Le problème ne se serait évidemment pas posé si j’étais enseignante ou exerçant une activité scientifique mais indépendante telle que médecin ou orthophoniste.

Expérience faite , je recommande aux femmes de faire un choix sexué.

Une profession scientifique, oui pourquoi pas, mais dans les domaines de la santé et l’enseignement, etc ou elle peut être indépendante ou exercer à temps partiel.

Une profession technique, je ne pense pas. C’est difficilement compatible avec la vie de famille. Si on est une passionnée, établir une véritable stratégie quand au niveau de la formation, planifier les naissances: avant ou après le premier emploi, être au clair avec les modalités de garde d’enfants.

Bonne chance.

 
8 Commentaires

Publié par le juillet 2, 2010 dans May aime l'actualité