RSS

Vers une humanité infertile

05 Mar

On parle beaucoup ces jours-ci de surpopulation mondiale et de la pollution qu’elle engendre. On avance même qu’il faudrait stopper cette croissance par un contrôle de naissances sévère. Et si une telle mesure s’avérait inutile, puisque l’humanité semble déjà se stériliser tranquillement et subrepticement?

Au cours des 50 dernières années, la fertilité des hommes de pays industrialisés a baissé de moitié. On peut en déduire que d’ici la fin du XXIesiècle, les mâles humains auront de la difficulté à se reproduire. Ce phénomène d’infertilité grandissante chez les hommes est très complexe et il nous incite à nous demander: qu’est-ce qui s’est passé au juste pour en arriver là?

Certains facteurs davantage masculins ont été identifiés. Dans un premier temps, les fumeurs (autrefois en majorité des hommes) démontrent une qualité inférieure de spermatozoïdes à cause des quelque 2200 produits chimiques qui se dégagent des cigarettes et qui contaminent leur environnement immédiat. De plus, une prise importante d’alcool par le père deux ou trois mois avant une conception produit des anomalies congénitales chez certains enfants parce que la spermatogénèse est affectée par l’alcool. Aussi, les pesticides qui entrent dans le corps peuvent causer des anomalies du sperme. Une étude de l’université de Naples a relié les polluants automobiles à une baisse de fertilité chez une population de travailleurs d’un péage autoroutier.

Nous sommes aussi très imprudents dans notre vie quotidienne: nous laissons beaucoup de produits chimiques entrer en contact avec notre organisme. Nous réchauffons nos repas dans des plats de plastique ou recouverts de cellophane, ce qui fait pénétrer les cancérogènes phtalates et bisphénol-A dans notre corps. Nous cuisinons beaucoup avec les poêles antiadhésives qui dégagent le PFOA, l’acide perfluorooctanoïque qui persiste 10 ans dans nos tissus corporels. Les moquettes antitache et les vêtements imperméabilisés en contiennent également. Nous entrons dans nos maisons des ordis, télés, systèmes de sons, rideaux de douche, meubles et vêtements imprégnés de retardateurs d’incendie bromés, qui agissent sur nous comme de vrais poisons à long terme. Nos cosmétiques en contiennent aussi.

Est-il alors si surprenant que les humains aient des problèmes de fertilité?

Passer à l’action

Les Européens sont plus avancés que nous dans leur lutte contre les produits chimiques ayant le potentiel de stériliser les humains. En 2007, leurs politiciens ont passé le règlement REACH, pour mieux protéger les populations contre de nouveaux produits chimiques et surtout contre 320 substances susceptibles de perturber le système endocrinien humain. Même si la relation de cause à effet n’est pas encore démontrée clairement pour beaucoup de produits chimiques en relation avec ce phénomène particulier, la simple prudence nous incite à les éloigner le plus loin possible de nous-mêmes.

Ce n’est pas un hasard si l’incidence de cancers des testicules a doublé chez les hommes au cours de la deuxième moitié du xxesiècle et que les malformations génitales chez les petits garçons sont à la hausse.

Des leçons à tirer

Pourtant, nous aurions pu tirer leçon des problèmes de santé des populations animales qui nous entourent. Nous savons depuis longtemps que la présence de perturbateurs endocriniens dans leur environnement est la cause des malformations génétiques chez les espèces d’amphibiens partout dans le monde. Des populations de poissons se féminisent dans les rivières et estuaires pollués aux pesticides. Des gastéropodes (mollusques) développent des organes mâles par-dessus les organes femelles existants (imposex) dans les eaux contenant des restes de peinture à bateaux.

Il était donc présomptueux de notre part de penser que les millions de tonnes de produits chimiques déversées à chaque année dans l’environnement ne nous atteindraient pas un jour.

Et ce jour semble être arrivé!

L’espèce humaine se dirige lentement mais sûrement vers une infertilité chronique chez les mâles de son espèce. Pourtant, les solutions sont à portée de nous, si nous avons la volonté de remplacer les autos polluantes par des véhicules électriques, substituer les pesticides chimiques par des produits verts tout aussi efficaces, sortir les poisons de nos cosmétiques, de nos maisons et de nos lieux de travail…

Attendre trop, c’est condamner les humains du futur à se cloner afin de se reproduire, car l’un des deux genres humains ne pourra plus assumer son rôle de géniteur.

Belle perspective, n’est-ce pas?

http://www.cyberpresse.ca/le-droit/mode-de-vie/201002/23/01-954401-vers-une-humanite-infertile.php

Publicités
 
3 Commentaires

Publié par le mars 5, 2010 dans May aime l'actualité

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

3 réponses à “Vers une humanité infertile

  1. Yano

    mars 5, 2010 at 4:43

    Surtout quand on sait que les clones naissent sans hypophyse ( glande pinéale)…donc sans relation au Divin

    ça fait peur..mais en même temps, l’islam l’a prédit: viendra un jour ou les femmes se suffiront aux femmes.

     
    • paul istasse

      décembre 17, 2011 at 12:24

      bonjour,

      pourquoi tu dis ça: quand on sait que les clones naissent sans hypophyse ( glande pinéale)…donc sans relation au Divin?

       
      • Yano

        décembre 17, 2011 at 9:21

        Bonjour

        Je l’ai lu sur un site. C’est un témoignage très intéressant d’un étudiant en philosophie.

        Le voici: Tout en continuant à rechercher sur la glande pinéale, je tombé sur un site Internet sur lequel quelqu’un mettait la glande pinéale en lien avec des expérimentations de clonage humain. Il disait que les clones naissaient sans glande pinéale. Je ne peux malheureusement plus retrouver le site et je ne me rappelle plus du degré de sérieux apparent de celui-ci. J’y fais quand même référence au cas où quelqu’un pourrait retrouver quelque chose à ce propos.

        Source:
        http://mejliss.com/2011/07/29/t-moignage-r-cit

         

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :