RSS

Grippe A H1N1: des virus et des hommes

20 Fév

Ceux qui vont tomber malades et les autres.

« …les chercheurs s’efforcent de mettre au point un test d’usage, permettant d’analyser une goutte de sang en quelques minutes et d’annoncer la maladie… » (1) avant l’apparition des premiers symptômes. « Le principe en est simple: le système immunitaire se met en marche pour combattre l’infection bien avant l’apparition des signes de grippe ou avant que le test actuel parvienne à détecter le virus dans l’organisme…Les scientifiques ont repéré l’empreinte ARN, qui différencie ceux qui vont tomber malades des autres ».

Puce sous-cutanée.

C’est cette empreinte génomique (2) qui signale la réponse immunitaire de l’organisme face à une infection respiratoire virale. De là à proposer « une puce sous-cutanée capable de détecter facilement la présence du virus H1N1 dans l’organisme, voire d’autres virus si nécessaire », il n’y a qu’un pas que certains (4) semblent vouloir franchir.

Vaccin électronique pour effet vaccinant.

D’autres chercheurs s’intéressent, eux, à une sorte de vaccin électronique universel (5) pour obtenir « un effet vaccinant » (3) contre tout type de virus grippal à partir d’antigènes artificiels (et pourquoi pas sous forme de puce électronique justement ?) qui serait administré par des « impulsions électriques ultrabrèves » (électroporation).

En temps réel.

Fini le bon vieux vaccin réalisé à partir du virus de la grippe A H1N1 cultivé pendant des mois interminables sur des centaines de millions d’oeufs de poule puis inoculé en douleur dans notre corps par des seringues en acier dignes de l’âge de pierre. Demain, nous aurons droit à des puces électroniques sous-cutanées qui détecteront en temps réel la présence d’anticorps dans nos cellules et transmettront automatiquement à des ordinateurs intégrés dans nos téléphones portables et autres futurs i-pods des e-alertes-maladies vers des centres mondiaux d’observations et d’analyses qui pourront ainsi détecter, avant même l’apparition des premiers symptômes, l’émergence de nouvelles maladies avant qu’elles se transforment en épidémie. Nos puces sous-cutanées pourront alors être activées par des signaux satellitaires afin qu’elles provoquent des « effets vaccinants » de façons à stimuler artificiellement des réactions précoces de défenses immunitaires de notre corps… sauf dans le cas d’un bogue informatique qui pourrait perturber le signal et compliquer tragiquement la situation.

http://cacaou3.blogspot.com/2009/09/grippe-h1n1-83-des-virus-et-des-hommes.html

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le février 20, 2010 dans May aime l'actualité

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , ,

2 réponses à “Grippe A H1N1: des virus et des hommes

  1. Yano

    février 20, 2010 at 8:58

    Une remarque d’un lecteur :

    On trouve dans Internet des déclarations émanant de sources diverses, assez invérifiables. Les nanotechnologies offrent des possibilités qui, en comparaison de la physique et de la chimie seraient comparables à la différence entre nos premiers ordinateurs à lampes et les microprocesseurs d’aujourd’hui. Rappelons que dès 1976 des revues de vulgarisation scientifique montraient une image d’une pompe à engrenages dont la taille était de l’ordre du micron. C’était il y a … trente ans. Les pièces étaient simplement « découpées au laser » et leur assemblage ne faisait qu’utiliser les techniques standards de conception des microprocesseurs ( structuration en couches, dépôts par évaporation sous vide, attaque à travers des masques, etc ). On sait que cette nanotechnologie maîtrise déjà la fabrication de mini-moteurs électriques ( des « actionneurs », en termes techniques ). On sait faire des vannes, absolument n’importe quoi, à des échelles vis à vis desquelles le dixième de millimètre ressemble à un hall de gare. Ce qui se trouve évoqué dans des déclations trouvées dans Internet c’est la capacité d’opérer une reconnaissance d’ADN  » in situ « . Ainsi, en libérant par exemple une toxine à des doses infinitésimales ( exemple la toxine botulique ) le « projectile » pourrait opérer l’élimination de groupes ethniques sélectionnés, ciblés. C’est le rêve « de toutes les grandes nations » : pouvoir tuer  » les autres  » en « épargnant nos boys « . Plus astucieux : au lieu de libérer une toxine, libérer un virus mortel pour faire croire à une « mort naturelle ».

    http://www.jp-petit.org/Presse/puce_dans_cerveau.htm

     
  2. Yano

    février 20, 2010 at 11:14

    NON aux vaccins

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :