RSS

Archives Mensuelles: novembre 2009

Moi, May, Enfant sage…

.

.

Moi , May, enfant sage devenu adulte , je confesse

.

.

.

  • que rien dans ma vie d’enfant n’aura été plus dur pour moi que d’être une enfant sage.
  • Non pas que je voulais être une enfant terrible , non.
  • je veux dire par là que rien ne m’aura été plus pénible que de rester calme quand je voulais m’agiter , courir , grimper aux arbres.
  • rien ne m’aura été plus dur que d’être une petite fille modèle , quand je voulais être un garçon manqué, cela ne se fait pas quand on est bien élevée.
  • que rien ne m’aura été plus frustrant que de jouer à la princesse quand je voulais être Robin des bois , Ivanohé
  • rien ne m’a autant embêté que ces jeux de fille, j’aurais voulu être un garçon pour m’évader.
  • J’aurais voulu être un garçon pour être libre , pour m’exprimer
  • j’aurais voulu être un garçon pour dire non, pour m’opposer
  • j’aurais voulu être un garçon, pour m’insurger, pour affronter
  • des règles fortes et trop rigides qui m’emprisonnaient.
  • J’aurais voulu vouloir me taire mais j’y étais obligée.
  • j’aurais voulu pouvoir le faire mais on m’en a empêchée
  • enfant de l’ombre et du silence, rien ne m’aura été épargné.
  • Aujourd’hui, mon cœur pleure  une vie volée , une enfance gâchée.
Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 28, 2009 dans May aime la psychologie

 

May cherche un emploi

Parmi tous les défis que May eut à relever, trouver du travail s’avéra le plus dur le plus douloureux, le plus vain.

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 28, 2009 dans May aime se poser des questions

 

La vie est une vogalonga

Je ne sais pas pour vous , mais pour moi, la vie est une suite d’épreuves visant à tester notre foi pour mieux nous faire parvenir au paradis.

Dans cette course au devenir,vers l’avenir,  il n’y a pas  de gagnants ni de perdants, le but étant seulement d’arriver sur l’autre rive, sans contrainte de temps, ni contraintes en tous genres.

La vogalonga est une manifestation    parmi d’autres à Venise, un évènement qui rassemble énormément de monde d’horizons divers.

La vogalonga  consiste en une épreuve d’endurance qui rassemble des centaines de bateaux de rameurs. La course a lieu entre Venise et Burano

La vie est un épreuve d’endurance qui rassemble tous les êtres humains.La course a lieu entre la naissance et la mort.

La Vogalonga est un Marathon de 32 kms réservé à tous les types d’embarcations à rame, et qui de la douane de la mer vont jusqu’à Torcello et Burano, en passant par Murano, Saint Erasme

La vie est un marathon de longue durée réservé à tous types d’hommes et de femmes ,de profils,  de chemins, de politiques , de stratégies, de dogmes ou d’idéologies, et qui au péril de leurs survies, font du landau au tombeau la course vers  l’éternité.

J’adore la vogalonga

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 28, 2009 dans May aime la philosophie

 

Qui sinon toi, Quand sinon maintenant?

Le monde musulman est à genoux mais pas devant Dieu.

Les musulman sont malades, brisés , traumatisés

Des siècles de jougs maintenant et d’oppression les ont martyrisé , poussés au bout d’eux mêmes, en dehors d’eux.

Mon Dieu jusqu’à quand? ces larmes et ces cris , ces horreurs , ces douleurs?

Mon dieu jusqu’à quand? cette errance , cet égarement?

Mon Dieu jusqu’à  quand, cette souffrance jusqu’à épuisement?

Tout le monde attend le sauveur , guette les signes, de la fin du monde peut-etre, la fin d’un monde , pour le moins.

Mon Dieu, on a obéi, on a aimé, on s’est soumis, s’est asservi, on a crié, s’est révolté, on a triché, prié, mendié, on a volé, on a sauté, on s’est battu, abandonné, on est revenu , recommencé, on  a eu  assez d’épreuves, on n’en peut plus:

ou est le chemin ou bien l’issue, ou est la fin , la félicité.

Tant de questions se bousculent dans ma tête, auxquelles je ne trouve qu’une seule réponse:

Qui..sinon toi

Quand…sinon maintenant.

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 28, 2009 dans May aime se poser des questions

 

Mes enfants, mes amours

  • On vous doit la vérité
  • on ne vous raconte que mensonges
  • On veut votre bonheur , on fait votre malheur
  • on veut vous voir réussir , on vous pousse à l’échec
  • On vous veut fort, on vous fragilise
  • On vous aime, on vous étouffe
  • On vous laisse et on étouffe
  • On veut vous garder, on doit vous lâcher
  • on veut vous protéger, on veut apprend l’autonomie
  • on veut vous responsabiliser on vous donne la liberté
  • on vous veut libres , on vous donne des responsabilités.
 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 28, 2009 dans May aime les enfants

 

Maman, pourquoi nous on n’a rien?

Maman on peut acheter un sapin?

Non mon fils, nous on est musulman, le sapin tu sais  c’est pour les chrétiens.Mais on a nos fêtes aussi .Seulement, il n’ y a pas de sapin.

Maman, je peux accrocher une couronne à la porte?. Elle est tellement belle. Je l’ai faite à l’école.

Non mon fils, on ne peut pas. La couronne, c’est le symbole de Noël, et nous, nous sommes musulmans. Ne l’oublie pas.

Maman, je peux avoir un cadeau pour  Noël. Tous mes copains vont en avoir et me poser la question. Je dis quoi?ça me gêne, d’autant plus que je suis le seul dans la classe à être musulman.

Les cadeaux, je t’en fais à longueur d’année, avec ou sans raison, avec ou sans occasion. Pourquoi pas à Noël, c’est un jour comme un autre dans l’année.

Maman, on peut fêter le nouvel an?

Non mon fils. On n’ pas le même calendrier.Notre nouvel an à nous, on ne  le fête pas . C’est à peine si on a jour férié pour se reposer en musulmanie.

Maman, pourquoi eux ils ont tout le temps des fêtes et pas nous. Tu dis que nos fêtes se font chez nous . Mais  c’est ou chez nous? Pourquoi ne pas vivre en musulmanie?

ça , tu le saurais quand tu seras grand, mon fils. Pour l’instant, voici de l’argent, tu en fais ce que tu veux.

Fais tes devoirs. Réussis tes études et tout ira pour le mieux.

Un jour …nous… on ira au paradis.

A mes enfants….je le leur dois bien.

 
2 Commentaires

Publié par le novembre 28, 2009 dans May aime les enfants

 

Étiquettes : , , , , ,

Les valises en carton

La plupart des gens font  leurs valises pour partir en voyage, pour le commencer.

Moi , je les fais , une fois arrivée, lorsque j’ai fini.

La plupart des gens, commencent leur aventure, leur chemin par le début le commencement , moi je commence par la fin, la conclusion.

Décidément , je ne fais rien comme les autres. Si seulement , cela pouvait changer. Mieux, si seulement cela pouvait payer.

Pour être claire , ce dont je parle c’est du livre-roman-fiction inspiré du réel mais dont toute ressemblance avec des personnes connues ou des des évènements serait fortuite et non désirée.

J’ai tellement d’idées , tellement de chose à dire , tellement d’imagination que je ne sais plus ou donner de la tête.

Ma pensée va plus vite que mes doigts sur le clavier. Et puis il y a la vie de famille.

Je pense sérieusement à m’acheter un dictaphone pour ne pas perdre une miette des ces idée de génie qui me traversent parfois l’esprit. Mais pour cela, il faudrait déjà que j’aie les sous.

Mais je m’avoue jamais vaincue. C’est ma croix et mon atout , du moins je l’espère.

J’ai décidé, faute d’autres choix, de tout optimiser. tout ce qui m’arrive dans la vie, que je ne peux choisir, empêcher.

Peut être que ce roman, ne verra jamais le jour sous forme d’un roman conventionnel

C’est pourquoi, j’ai décidé d’écrire un blog. C’est plus facile de rester concentrée sur de petits billets d’humeur, légers, drôles et aérés. Ma vie est tellement dure que la ressasser ne fait déprimer . Je préfère oublier.

Mais ce roman devait avoir une fin un jour, et c’est précisément là ou je voulais en venir, je sais déjà comment le terminer.

Par cette conclusion  toute simple:

Au bout de sa route parsemée d’horreurs , May arriva non sans peine à faire ses bagages pour la route , car arrivée à destination, celle qu’elle avait toujours cherchée, sans vraiment savoir ou aller, une destination ou plutôt un but , un objectif, celui de poser ses valises en carton, usées par le temps, elle n’aura jamais réussi à avoir autre chose. Mais l’important , c’est de les poser quelque part, se poser, en ayant gardé , préservé, l’essentiel.

 
Poster un commentaire

Publié par le novembre 27, 2009 dans May aime la psychologie